L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Maroc : A peine née, elle libère 9 000 prisonniers

Princesse Lalla Khadidja du Maroc

A peine née, elle libère  9 000 prisonniers

 

Lorsque le prince Mohamed VI fut intronisé le 30 juillet  1999,  suite au décès de son père Hassan II, tout le royaume trépignait d'impatience pour que leur souverain prenne une reine, afin d'assurer la filiation royale du Maroc.

Ce que réalisa Mohamed VI en 2002, en prenant pour épouse une informaticienne, Lalla Salma, qui lui donnera un petit prince héritier, Moulay Hassan, nom donné en hommage à Hassan II. Par cette première naissance, le souverain     chérifien s'assurait donc une succession et, en même temps, comblait le vœu d'un peuple très sourcilleux ; on le serait moins sur la problématique de l'héritage royal.

En sus de ce cadeau digne d'un roi, Mohamed VI s'employa à appliquer ce que les Marocains ont appelé "la monarchie exécutive", qui lui permet de mener à bien des réformes majeures, telles la refonte du statut juridique de la femme, la  consécration de la liberté d'expression, la reprise en main des mosquées et surtout la reconnaissance publique (avec les assises de la Commission vérité et réconciliation) et l'indemnisation des victimes de la répression d'Etat, sous les années de plomb, sous Hassan II.

Voilà que le 28 février 2007, le jeune roi offrait encore à son royaume un cadeau qui n'a pas de prix: la naissance de la princesse Lalla Khadidja, une naissance saluée comme il se doit par des liesses et 21 coups de canon.

Dans la foulée   de la venue au monde de Lalla, 9000 prisonniers bénéficieront de la grâce souveraine. Comme quoi le roi sait être large quand il le faut. Question à 1000 prisonniers : à combien de bagnards Mohamed VI aurait-il  fait recouvrer  la liberté si la reine Lalla Salma avait eu des jumelles ?

Est-ce le double ou le triple des 90 000 prisonniers qui auraient été libérés des prisons marocaines ?

Nul ne le sait ; toujours est-il qu'il y a au moins une princesse que les ex-taulards ne sauraient oublier : Lalla Khadidja.

 

Rabi Mitibkèta

Source Billets craquants in L'Observateur Paalga du 12/03/07



12/03/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres