L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Noyade à Ouahigouya : 2 amies perdent la vie

Noyade à Ouahigouya

2 amies perdent la vie

Les habitants du secteurs n°2 de Ouahigouya étaient dans la consternation le samedi 19 avril 2008. La raison, deux fillettes sont mortes par noyade dans un trou qui jouxte le barrage ’’Kanazoé’’ au secteur 13 de la ville.

Selon des témoignages recueillis au domicile d’une des victimes, il semble que dans la matinée, les deux petites, avec d’autres amies, toutes joyeuses sont allées assister à la finale de la coupe de football de leur circonscription. Après quoi, elles ont décidé d’aller prendre du bon air dans les vergers. C’est à leur retour vers 11 heures qu’une d’entre elles a, par inattention, laissé échapper son bidon qui a roulé et est tombé dans un trou situé dans l’espace vide du barrage. Jugeant le trou peu profond, elle entreprit alors de repêcher son bidon.

Dans ses tentatives, elle glisse et se retrouve dans le trou. Commence alors pour elle une lutte pour ressortir. Les autres la voyant s’agiter, prennent panique et tentent de la secourir. Mal leur en pris lorsque la deuxième qui s’est plongée dans le trou avait du mal à rester à la surface. Leurs jambes se dérobent sous elles et tout laissait croire qu’une tragique fin les guettait. Ayant pris leurs jambes à leur cou, leurs camarades rentrent dare-dare pour prévenir les parents qui alertent aussitôt les sapeurs-pompiers. Arrivés sur les lieux, ces derniers n’ont pu repêcher que les corps sans vie des deux malheureuses.

C’est dans la soirée du samedi qu’elles ont été inhumées. Toutes deux étaient dans la même école, partageaient le même table-banc dans la classe de CM1 et étaient voisines de quartier. Toujours amies et confidentes, elles se partageaient tout.... jusqu’à la mort. C’est des parents et des enseignants inconsolables que nous avons laissés au cimetière, les yeux rougis par des pleurs.

Il y a lieu de rappeler aux "faiseurs de briques" d’observer le maximum de prudence dans le creusage des trous qu’ils abandonnent dès les premières pluies. Quand on sait que ce sont nos enfants qui passent dans de tels endroits, le danger est imminent.

Emery Albert Ouédraogo

L’Observateur Paalga du 22 avril 2008



22/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres