L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Nuit du 31 décembre: la "go" aux poulets

Nuit du 31 décembre: la "go" aux poulets

 

Dans la nuit du 31 décembre, peu après 22 h, au niveau de la place de la Nation, était arrêtée une jeune femme bien coquette dans sa robe de sortie. Tout portait à croire que la "go" en question était prête pour la bamboula. Mais une chose a attiré l'attention de plus d'un passant: la demoiselle tenait, dans la main gauche, deux poulets vivants qui contrastaient avec sa parure. Etait-ce un cadeau du nouvel an qu'elle avait par anticipation reçu sur place? Etait-ce un sacrifice? Nous ne sommes malheureusement pas en mesure de vous le dire.

 

Une demoiselle en larmes sur Kwame N'Krumah

 

La soirée du 31 décembre 2007 n'a pas été heureuse pour tous ceux qui avaient voulu la passer dans la java des boîtes de nuit. C'est le cas de cette jeune fille qui, comme beaucoup d'autres ce jour-là, étaient en sexy, avec le dos découvert. Elle a toutefois dû, pour des raisons que nous ignorons, se retrancher sur l'avenue Kwame N'krumah pour pleurer à chaudes larmes, à proximité d'un grand maquis dans lequel le show battait son plein. Facile de deviner qu'elle avait été victime d'une trahison.


Réveillon de la Saint-Sylvestre: le coup de fil mensonger

 

A 22 h, le réveillon de la Saint-Sylvestre battait déjà son plein dans un maquis au secteur 17 de Ouaga. C'est à peu près à cette heure qu'un jeune homme, tiré à quatre épingles, sort du maquis pour répondre à un coup de fil. Il a fait rire ou sourire tout son entourage lorsque, en langue mooré, il a répondu à son interlocuteur, d'un air très sérieux, qu'il était en panne de moto devant le SIAO. (Il était pourtant à Pissi). Tous ont compris que son interlocuteur n'était autre que l'une de ses copines à qui il avait posé un lapin.

 

Visas pour l'Espagne: journées d'informations à Ouaga

 

Il est possible d'immigrer en Espagne sans courir le risque de mourir au cours d'une traversée aussi incertaine que coûteuse. Une association, "Burkina Faso també" ("Burkina Faso aussi" en espagnol), issue de la diaspora et dont le siège est à Barcelone, en a fait son credo. Les 8 et 10 janvier 2008, cette association organise à Ouagadougou des journées d'informations sur les conditions d'immigration et de séjour en Espagne. A cette occasion, l'association lancera un manuel appelé "un visa pour l'Espagne". C'est un guide qui permet de disposer de toutes les informations utiles pour obtenir son visa et réussir son séjour en Espagne. Cette initiative est née de la volonté de cette association de promouvoir une "immigration digne" afin de changer le regard de l'Occident sur les immigrants africains.

 

TELMOB : Où sont passés les 10 mille francs de crédit ?

 

"Pour le nouvel an, Telmob procède à la distribution de crédit pour 2008, envoyez le message à 10 personnes et vous aurez 10000 F CFA de crédit." Ce message, bon nombre d'abonnés de la compagnie de téléphonie mobile Telmob l'ont reçu dans l'ambiance des fêtes de fin d'année. Des unités gaspillées pour rien, car, au bout du compte, pas le moindre crédit !

Une source proche de la société attribue cela à des intentions malveillantes qui veulent saturer le réseau Telmob, histoire de porter un coup à l'image de la société.

 

L'EFO bientôt en AG

 

Une assemblée générale de l'Etoile filante de Ouagadougou (EFO) était prévue pour se tenir le 5 janvier. Mais elle a été reportée au 13 janvier, c'est-à-dire au lendemain de la proclamation des résultats de l'élection à la Fédération burkinabè de football (FBF). On sait que le PCA du club, Zembendé Théodore Sawadogo, vise la présidence de la FBF qu'il a de grandes chances de remporter. Ceci explique-t-il le report de l'AG ? En tout cas, s'il est élu à la FBF, Zembendé pourrait être amené à quitter la présidence du Conseil d'administration de l'EFO. Parmi ses probables successeurs, on susurre le nom du DG de la CAMEG, Lazare Banssé. Quant au poste de président du Comité central, c'est le DG de la SONAPOST, Arthur Kafando, qui est pressenti pour l'occuper. On annonce aussi l'arrivée d'une grande patronne d'entreprise dans le staff de l'EFO, en la personne de Henriette Kaboré. Avec une telle armada et un nouvel entraîneur, l'EFO veut apparemment se donner les moyens de ses ambitions dans le gotha du football burkinabè et, pourquoi pas, africain.

 

Concours de la Fonction publique : les surveillants de Koudougou réclament leur dû

 

Les surveillants aux différents concours de la Fonction publique à Koudougou

attendent toujours leur dû. Pour certains, cela a trop duré car c'est l'une des rares fois qu'on les fait attendre ainsi. "Les surveillants de Ouaga et Bobo ont été payés sur place lors de la reprise de certains concours, pourquoi devons-nous attendre ainsi?" s'interroge un des surveillants. Pour ce dernier, l'année nouvelle va bientôt commencer, pourtant ils n'ont toujours pas perçu leur dû. En tout cas, ils veulent voir clair dans cette affaire car ils trouvent injuste qu'on paye certains et laisse d'autres, pour des gens qui ont fait le même travail.

 

Des étincelles dans le ciel

 

Il y avait, comme lors des précédentes années, un concert grand public à la place de la mairie centrale de Ouaga, pour marquer le passage au nouvel an. Ce spectacle qui a été suivi à la belle étoile, et malgré le froid, par des milliers de Ouagalais, a duré jusqu'à 23 h 59, comme l'affichait l'horloge lumineuse de l'hôtel de ville. La même horloge précisait qu'il faisait 19°C. C'est à cette heure précise que la sirène s'est mise à sonner jusqu'à 00 h 00, avant de passer le relai au premier feu d'artifice. Pendant plus de 5 minutes, les étincelles aux couleurs arc-en-ciel ont illuminé le ciel de Ouaga, sous les applaudissements du grand public qui n'avait visiblement pas regretté d'avoir ainsi vécu le passage à l'an 2008. Mais juste après ce beau spectacle, il y a malheureusement eu un embouteillage à la place des Cinéates qui a, pendant plus d'une vingtaine de minutes, immobilisé des Ouagalais dont certains se hâtaient pourtant de prendre ou de reprendre d'assaut les boîtes de nuit pour la suite de la bamboula.

 

Extrait de Pot-pourri in Le Pays du 4 janvier 2008



04/01/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres