L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Quand les commerçants élisent leurs députés

CCI-BF

Quand les commerçants élisent leurs députés

 

Dimanche dernier, les opérateurs économiques burkinabè ainsi que les non-nationaux  régulièrement inscrits à la Chambre de Commerce ont pris part aux élections consulaires. Objectif : choisir dans la démocratie la plus parfaite ceux qui vont les représenter pour les cinq années à venir, dans leur maison commune qu’est la Chambre de commerce et d’Industrie du Burkina Faso (CCI-BF).

 

Ça n’arrive pas tous les jours, des élections consulaires. En effet, depuis 1991, les Burkinabè sont surtout habitués aux scrutins pour choisir le chef de l’Etat, les députés ou les conseillers municipaux. Ceci pour dire qu’en ce dimanche matin, il régnait une ambiance particulière aux alentours et dans l’enceinte de la Chambre de commerce et d’Industrie de Ouagadougou. Dès 6 heures du matin, heure de l’ouverture du bureau de vote, de nombreux véhicules stationnaient à l’entrée du bâtiment de la Chambre de commerce. En descendaient des hommes et des femmes endimanchés. Devant l’entrée principale, ils se présentaient aux policiers chargés de «filtrer» les visiteurs, puis s’introduisaient dans la cour principale. Les votants dominicaux faisaient la queue et un monsieur les faisait entrer dans la salle de vote où ont pris place un président de bureau et deux assesseurs. Le président du bureau de vote se trouve être le représentant du gouverneur de la région du Centre. Ses deux compagnons sont : un magistrat représentant le ministère de la Justice et un opérateur économique désigné  par le président de la Chambre de commerce, Oumarou Kanazoé. A leurs côtés, trois tables destinées respectivement aux différentes catégories professionnelles : Commerce, Industrie et Services. Des bulletins étaient posés sur chacune des tables. Le votant  se présentait devant les membres du bureau de vote qui vérifiaient les documents à eux présentés. L’électeur se dirigeait ensuite vers les tables, prélevait les bulletins, avant de s’engouffrer dans l’un des deux isoloirs. Il en ressortait peu après pour introduire son enveloppe dans l’une des trois urnes. C’était soit la section «Commerce»,  la section «Industrie» ou la section «Services». Les deux dernières étapes consistaient au paraphe et à l'introduction du doigt dans l’encre indélébile. Aux environs de dix heures et demie, la cour principale grouillait de plus en plus de monde. Et l’homme chargé de réguler les entrées, visiblement débordé, devenait de plus en plus nerveux.   

 

Les enjeux d’un scrutin

 

Quid d’une élection consulaire ? Il s’agissait en effet, pour les opérateurs économiques, de choisir 85 personnes sur une liste de 145 candidats. Ces heureux élus vont  les représenter à l’assemblée plénière de la Chambre de commerce. Leur mandat est de cinq ans, renouvelable. In fine, cette assemblée plénière élira à son tour le Bureau consulaire qui comprendra les treize membres suivants: un président, deux vice-présidents, trois vice-présidents représentant les catégories professionnelles, quatre présidents de sections territoriales et trois secrétaires. Le bureau consulaire est chargé de statuer sur les questions relatives au fonctionnement et à la gestion de la Chambre de commerce. Une gestion qui, si elle est saine, se ressentira forcément sur l’économie du pays. On comprend dès lors l’importance que revêt ce scrutin. Les votants,  1451 au total, ont été rigoureusement sélectionnés sur les 4500 dossiers parvenus à la table du comité d’organisation. Aux yeux des organisateurs du scrutin, ils doivent remplir les critères suivants : inscription depuis au moins un an au registre de commerce ; avoir 18 ans minimum ; résider permanemment au Burkina Faso (y compris les non-nationaux) ; être à jour de ses obligations fiscales et sociales et n’avoir jamais fait l’objet de poursuites judiciaires. Les candidats, qui sont aussi des opérateurs économiques, obéissent aux mêmes critères que les votants. Seules exceptions : ils doivent être âgés de 30 ans minimum et être inscrits au registre de Commerce depuis 2 ans à la date du scrutin.

 

 

Des élections pas comme les autres

 

Des particularités et non des moindres caractérisent ces élections consulaires. D’abord, le financement de la campagne est entièrement à la charge du candidat. « C’est seulement la logistique déployée (bulletins, urnes, enveloppes, fonctionnement des bureaux de vote, etc.) qui est à la charge de la Chambre de commerce.», nous a confié Franck TAPSOBA, directeur général adjoint de la Chambre de commerce. Ensuite, la possibilité est accordée au votant d’accomplir son devoir dans une ville autre que celle où  il s’est inscrit. Dans leur jargon, ils appellent cela, le « vote déplacé ». Enfin, le mode de scrutin de ces élections consulaires est celui de la  proportionnelle au plus fort reste. En d’autres termes, c’est en fonction du nombre de fois qu’une liste  de candidatures a obtenu le quotient électoral qu’elle a un siège. Une illustration : 3 listes de candidatures ; 3 sièges à pourvoir ; 100 électeurs. Si la première liste obtient 70 voix, elle  gagne 2 sièges ; la deuxième liste qui a 25 voix obtient le siège restant et la troisième liste n’obtient rien. 

Les bureaux ont été fermés à 18 heures. A écouter  Olga Jocelyne NIKIEMA, présidente du Comité d’organisation des élections consulaires, le scrutin s’est déroulé normalement et comme prévu dans les 13 circonscriptions réparties sur le territoire national. Sauf à Fada où en début de matinée, les bulletins de votes n’étaient toujours pas disponibles. «Mais dans une heure ou deux, les électeurs de Fada voteront normalement», avait-elle assuré aux environs de 10 heures. Les résultats de cette élection, qui intéresse bien des commerçants, devaient tomber hier. Malheureusement ce ne fut pas le cas. Peut-être qu’aujourd’hui, le suspense sera levé et les commerçants auront les noms de ceux qui vont désormais défendre leurs intérêts.

 

Issa K. BARRY

Aubin NANA (Stagiaire)

L’Observateur Paalga du 31 juillet 2007

 

CCI-BF ou l’histoire d’une Chambre

 

La Chambre de commerce du Burkina a vu le jour le 11 juin 1948. D’abord Chambre de commerce d’Agriculture et d’Industrie basée à Bobo-Dioulasso, elle est devenue chambre de commerce d’Industrie et d’Artisanat en 1973, avec Ouagadougou comme siège. En 1986, pendant la période révolutionnaire, les pouvoirs publics avaient ordonné  la restructuration de la Chambre de commerce, mais en réalité la substance de ses missions n’a pas varié. C’est ainsi qu’elle a connu l’installation d’un Conseil de gestion et d’une délégation spéciale tenant lieu d’Assemblée consulaire. Cette restructuration a connu une évolution plus significative avec un décret de 1995 qui a donné naissance à la nouvelle Chambre de commerce, ceci dans le cadre de la politique gouvernementale de renforcement du secteur privé. Mais très vite, l’application des dispositions de ce décret a fait apparaître des insuffisances, notamment en ce qui concerne l’organisation des élections consulaires. Un décret de 2001 acheva ce processus avec l’adoption de nouveaux textes constitutifs, qui comblèrent le vide juridique laissé par les premiers textes organiques de la CCI-BF. Le 23 décembre 2001, intervinrent les premières élections démocratiques avec un renouvellement de 85 membres de l’Assemblée consulaire à 70% pour un mandat de 5 ans. L’organisation de la Chambre de commerce du Burkina Faso, comme dans la plupart des pays francophones d’Afrique de l’Ouest, s’est faite à l’image des Chambres de commerce et d’Industrie françaises. Elle a le statut d’établissement public doté des moyens administratifs, juridiques et financiers indispensables à l’accomplissement de sa triple mission consultative, représentative et administrative. Ainsi, la CCI-BF est officiellement habilitée à représenter les intérêts généraux et les compétences des chefs d’entreprises. Elle jouit des prérogatives attachées à la puissance publique.

 

Source : CCI-BF



31/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres