L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Réforme de l'éducation : Les députés plancheront sur une nouvelle loi

Réforme de l'éducation

Les députés plancheront sur une nouvelle loi

 

Comment éviter les nombreux déchets dans le processus éducatif ? Que faire pour qu'il y ait adéquation entre éducation et professionnalisation ? L'école, possible de 3 à 16 ans au lieu de 3 à 12 ans comme c'est le cas actuellement ? Tous ces aspects du système éducatif et bien d'autres seront examinés en séance plénière le 30 juillet prochain à l'hémicycle. Ce sera le plat de résistance de cette 2e session extraordinaire de l'Assemblée nationale qui s'est ouverte hier.

 

C'est au vu de la lettre n°2007 -412/PM/CAB du 13 juillet 2007 du  Premier ministre, demandant la convocation d'une session extraordinaire, que le président de l'Assemblée nationale, Roch Marc Christian Kaboré, a convoqué les députés pour ladite session, qui va du 17 au 31 juillet 2007.

Cette session extraordinaire aura, pour occupation essentielle, le projet de loi d'orientation de l'éducation. De quoi s'agit-il exactement ?

Le professeur Joseph Paré, ministre des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique, en donne le contenu :

"Il s'agit, a-t-il laissé entendre, de permettre à la majorité de nos enfants d'aller à l'école... et de bâtir le Burkina de demain...

Ce projet comporte en gros 80 articles, qui constituent le système architectural de la loi... Le nouveau système que nous voulons mettre en place concerne le primaire, le postprimaire, le secondaire et le supérieur, bref les cycles terminaux...". 

Il a ajouté en substance qu'il s'agit d'une évolution vers le LMD (Licence - Master - Doctorat) qui sera en vigueur dans les différentes universités du Burkina Faso. Autre nouveauté de la loi : les passerelles qu'il y aura entre les systèmes formel et non formel. On ne saurait oublier également l'âge de ce qu'on peut appeler l'école pour tous les enfants (3 à 16 ans) au lieu habituellement de 3 à 12 ans.

Quid des universités privées dans ce nouveau système ? Pour le MESSRS, l'émergence du secteur privé ne remet pas en cause la prochaine loi.

En attendant la plénière le 30 juillet prochain, c'est à la commission des affaires sociales et culturelles qu'incombe la délicate mission de plancher sur les différents articles qui composent ce projet de loi.

 

Zowenmanogo Dieudonné Zoungrana

L’Observateur Paalga du 18 juillet 2007



18/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres