L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Affaire commandant Pooda : Renvoyée au 29 mars 2007

Affaire commandant Pooda

Renvoyée à la demande de la défense

 

Le tribunal militaire de Ouagadougou a siégé hier  21 février 2007. A son rôle, quatre dossiers dont celui des 50 millions du commandant Pooda renvoyé au 29 mars 2007.

 

Comme annoncé dans nos précédentes éditions, c'est hier que devait s'ouvrir le procès du commandant Pooda Siehono Bernardin, intendant militaire de 3e classe. Prévenu de complicité de détournement de deniers publics, il devait comparaître avec deux autres coaccusés, le lieutenant Yaméogo Tegawendé et M. Souli Wendwaogo Moustapha, entrepreneur et prévenu quant à lui pour recel de deniers publics.

 

Rappelons que le commandant Pooda avait déjà comparu devant les juges militaires à l'occasion du procès d'avril 2004, des présumés putschistes. Au cours de son audition, il y a 3 ans, l'intendant militaire avait nié en bloc les accusations portées contre lui précisant que "si complot et attentat il y a, c'est un complot et un attentat de l'Etat à mon encontre". Il s'était alors présenté comme un gestionnaire probe qui, pour avoir mené des enquêtes et mis à jours des détournements de deniers publics, s'était fait beaucoup d'ennemis.

 

Condamné alors à 16 mois de prison avec sursis, l'intendant militaire se retrouve une fois de plus sur la sellette, en tant que complice du lieutenant Yaméogo Tegawendé. Il leur est reproché la dissipation de la somme de 50 millions de francs CFA, du temps où le commandant Pooda officiait à la comptabilité de l'armée.

 

Le procès qui devait s'ouvrir hier, a été repoussé au 29 mars 2007 et ce, à la demande de la défense. Me Farama Prosper a, en effet, sollicité ce renvoi pour mieux se préparer.

 

Après la suspension, l'audience de ce 21 février s'est poursuivie avec les trois autres affaires inscrites au rôle. Les soldats de 2e classe Combary B. Ambroise, Sawadogo N. M. Bassirou et Sanou Lassina étaient en effet poursuivis pour "désertion à l'intérieur en temps de paix".

 

H. Marie Ouédraogo



21/02/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres