L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Trafic sur la route nationale n°5 : "Le pont du Nazinon se porte bien"

Trafic sur la route nationale n°5

"Le pont du Nazinon se porte bien"

 

La dégradation des infrastructures routières constitue, avec les inondations d’exploitations agricoles et la chute de nombreuses maisons d’habitation qui ont entraîné des pertes en vies humaines et des milliers de déplacés, les graves conséquences engendrées par la forte pluviométrie que connaît notre pays au cours de la présente campagne. Dans la région du Centre-Sud, des ouvrages dont le pont Nazinon sur la RN 05 n’ont pas été épargnés. Mais des actions conjuguées ont permis de maintenir le trafic sur l’ensemble du réseau grâce à plus de la centaine de millions mobilisés pour ces travaux d’urgence.

 

Les impacts des dégradations occasionnées par les fortes pluviométries dans la région du Centre-Sud se sont répartis dans le temps et dans l’espace. Tout d’abord, c’est la forte pluie du 6 juin (avec plus de 140 mm d’eau) qui a causé la submersion du pont sur la RN 29-2 (axe Manga-Gomboussougou), endommageant les remblais d’accès et provoquant l’effondrement du béton de parafouille au niveau de l’ouvrage situé au PK 42, à l’entrée de Gomboussougou, sur la RN 29-3. Le 24 juillet, ce sont les talus et les remblais des ouvrages sur les RN 25-2 et RN 25-3, qui s’ébouleront après de fortes pluies. La situation la plus préoccupante dans la région du Centre-Sud interviendra avec les pluies des 27, 28 et 29 août, qui ont entraîné la submersion du pont du Nazinon sur la RN 05 à une trentaine de kilomètres de Pô. Cette submersion, qui a duré plusieurs jours, s’est étendue sur plus de trois cents mètres de part et d’autre de l’ouvrage. Alertés  par le Directeur régional, le ministre des Infrastructures et du Désenclavement, puis le Gouverneur de la région ont effectué une sortie afin d’apprécier la situation et de prendre les dispositions nécessaires.

 

Des dispositions pour sécuriser les usagers et les ouvrages

 

Face aux dégradations survenues sur les ouvrages des RN 25 et 29, les dispositions suivantes ont été prises pour minimiser les désagréments : balisage des sections dégradées, mise en place de panneaux de signalisation invitant à la prudence, inventaire des dégradations, accentuation du fonctionnement des barrières de pluies… Quant à la RN 05, la submersion a nécessité des mesures plus particulières allant de la déviation à la suspension du trafic sur l’axe Pô-Tiébélé-Zabré-Gomboussougou-Manga en passant par la mise à contribution des forces de l’ordre (police et gendarmerie), la mise en activité immédiate de l’entreprise Madi Kanazoé sur l’axe pour des travaux d’urgence. Au vu de la délicatesse de la situation, l’expertise de BECOTEX (Bureau d’études spécialisé dans le domaine des routes) a été commanditée afin de s’assurer de la capacité du pont à supporter le trafic après le retrait des eaux.  Les conclusions de cette expertise de M. Yalguibou, responsable de BECOTEX, ont recommandé la stabilisation des remblais d’accès et le traitement des lésions, l’ouvrage lui-même ayant été déclaré intact.

 

Des actions et des résultats visibles

 

Toutes les situations ci-dessus décrites ont nécessité des actions immédiates et urgentes. Ainsi, pour les dégradations sur la RN 29, l’entreprise Espace Afrique International a été consultée et s’est attelée à exécuter les travaux de reconstitution des talus éboulés, de la parafouille et des protections. Il en a été de même pour la RN 25 sur laquelle les entreprises Madi Kanazoé et COGECO ont réalisé des travaux de reconstitution afin d’en assurer une praticabilité acceptable.

Quant à la RN 05, considérée comme le premier axe international de notre pays, les travaux de stabilisation définitive prescrits par le bureau d’études sont en réalisation sous haute assistance et sous haute surveillance avec à la clé l’utilisation de matériaux appropriés comme les blocs de granite, le sable non compressible et la caillasse. Commise à cette tâche, l’entreprise Madi Kanazoé est à pied d’œuvre depuis le 10 septembre. Compte tenu de l’intérêt et de l’importance du trafic sur cet axe, les agents de sécurité organisent le passage des camions par contingentement en vue de permettre l’exécution des travaux, qui se déroulent en majorité la nuit, période de faible trafic donc moins pénalisante pour les usagers. Pour le Directeur général, Madi Kanazoé, la fin des interventions est prévue pour le 24 septembre. Mais d’ores et déjà, le trafic a repris son quotidien, même si quelques arrêts sont souvent exigés par les forces de sécurité, dont le souci majeur est de permettre la circulation des personnes et des biens en toute quiétude. Avec un trafic moyen de 300 véhicules dont 80%  de poids lourds, la RN 05 est l’un des plus vieux bitumes du Burkina. Avec l’avènement du port sec de Téma, son trafic s’est intensifié, faisant de lui aujourd’hui «le filon commercial» du Burkina.

 

 

Le Service de la Communication

et de la Presse du Gouvernorat du Zoundwéogo

L’Observateur Paalga du 19 septembre 2007

 

 



19/09/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres