L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Troublantes coïncidences !

Police de proximité et recrudescence du banditisme

Troublantes coïncidences !

 

Le banditisme a-t-il la peau dure au Burkina Faso ? C’est le lieu de se poser la question avec les multiples agressions parfois mortelles dans nos agglomérations et sur nos grands axes routiers, où les mauvais garçons continuent de faire un pied de nez aux autorités en charge de la sécurité. Dans l’édition n°7047 de l’Observateur Paalga du vendredi 11 au dimanche 13 janvier 2008, sur la relation de la cérémonie de lancement des activités de la police de proximité dans les régions du Centre et du Plateau central, suivie de l’installation des comités locaux de sécurité (CLS), on lisait : insécurité au Centre et au Plateau central, ne paniquez plus, la police de proximité est là. Les faits qui ont suivi semblent démentir  ces propos et entament sérieusement l’optimisme de plus d’un quant à l’efficacité de la lutte menée contre le banditisme sous toutes ses formes, dans les villes et campagnes du pays, par Assane Sawadogo et ses collaborateurs du département de la Sécurité.

Pendant qu’à la Maison du peuple, où se tenait l’événement, on fourbissait les armes contre le mal, des malfrats s’illustraient tristement encore sur des voies par des attaques à main armée. Leur présence aurait en effet été signalée sur l’axe Ouaga-Dori, où un car de transport aurait essuyé des tirs. Le conducteur, qui a été téméraire en refusant d’obtempérer, aurait heureusement pu sauver ses passagers. Sur le tronçon entre Fada et Diapaga, localité où la nouvelle gestion de la sécurité s’applique depuis 2005, c’est un véhicule du ministère de la Santé qui aurait été attaqué par les bandits. A Ouagadougou on déplorait en ce temps le meurtre commis sur la personne d'Idrissa Ouédraogo dit Daouda, agent de change précédemment en service à l’aéroport international de Ouagadougou-Taamsê.

Le ministre Djibril Bassolet, alors ministre de la Sécurité, interpellé par une question orale au Parlement sur la police de proximité disait : «La sécurité ne peut reposer exclusivement sur les épaules des forces de sécurité. Elle exige que le corps social s’engage dans la réduction des causes de la délinquance en favorisant le respect des loi, des institutions, des individus et de la société en général». Aujourd’hui doit-on dire que l’initiative montre déjà ses limites avant d’avoir été étendue à tout le territoire ? C’est peut-être trop hasardeux de le dire. Toutefois, il faut reconnaître que beaucoup reste encore à faire malgré les résultats qu’on dit positifs après l’application dans certaines régions de la police de proximité, l’installation des CLS et l’équipement en moyens logistiques des forces de sécurité sur le terrain. La sécurité est une quête permanente. A défaut donc de renforcer le dispositif existant, il faut mettre d’autres stratégies d’accompagnement immédiatement en place pour contrer la sagacité des bandits, qui, comme le mutant, ont toujours quelque chose de nouveau à proposer.

 

Extrait de «Billets craquants» in L’Observateur Paalga du 14 janvier 2008



14/01/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres