L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Un passeport de charme nommé Poupette

Carnet de route

 

Voyage à Korhogo

 Un passeport de charme nommé Poupette

 

En me rendant pour la première fois à Korhogo pour être parmi les témoins privilégiés de la naissance d’une nouvelle manifestation cinématographique, c’est-à-dire le Festival international de films documentaires, publicitaires et industriels de ladite ville (Festiko), je nourrissais in petto des sentiments plus ou moins ambivalents.

Primo, je ne tenais pas à faire partie des grands absents de la présentation des vœux 2008 de L’Observateur qui, cette année, et pour la première fois, devait avoir lieu dans le village de Boulbi, loin de nos salles studieuses.

Secundo, l’une des motivations de mon déplacement, au-delà du Festiko, c’était aussi (surtout ?) la curiosité fort compréhensible d’un journaliste qui avait la ferme volonté de constater de visu la réalité d’une partie de la Côte d’Ivoire, victime de plus de 5 ans de conflit. Jusque-là en effet, je m’étais contenté de la littérature abondante sur le sujet (édito, interviews, tribunes, reportages…) notamment le dossier de mes confrères et collègues Evariste Barro et son homonyme, Evariste Ouédraogo dit «le Bohémien» réalisé lors du 2e anniversaire de la rébellion. Il avaient alors, vous souvient-il, crapahuté dans la région des Savanes en sillonnant plusieurs localités comme Ouangolodougou, Ferkéssédougou, Bouaké, etc., pour  prendre le pouls du terrain. Ah ! Je n’oublierai pas de sitôt que nos deux reporteurs ont eu à faire 20 kil lourd (entendez 20 kilomètres avec paquetage) à pied. Certes, ce n’est pas aussi dramatique que le vécu de certaines populations de ce pays en guerre, mais cette odyssée m’avait bien fait marrer.

Cette histoire me trottait régulièrement dans la tête dans le car qui convoyait le mercredi 23 janvier 2008 la délégation burkinabè, composée de réalisateurs, de scénaristes, de comédiens et de journalistes au «Pays du bois sacré» des Sénoufo. Le voyage, que nous avons entamé de bonne heure sous le froid, s’était bien passé jusqu’à notre premier arrêt à Bobo pour reprendre des forces en vue de poursuivre notre chemin.

Après Bobo, la délégation ne s’arrêtera plus en cours de route si ce n’est Yiendéré, le dernier poste de police, pour accomplir certaines formalités. L’ambiance, jusque-là, était bon enfant et au poste de police, certains éléments des forces de sécurité avaient reconnu Josiane Ouédraogo dite Poupette de la série télévisée «Commissariat de Tampy», réalisée par Missa Hébié. L’un d’eux s’écrira : «Salut collègue». Des rires fusèrent de partout ; c’était alors la porte ouverte à des commentaires interminables.

Une fois les documents visés, le car repartit de plus belle en franchissant peu de temps après le pont de la Léraba, qui sert de frontière entre les deux Etats. Justement au niveau de ce pont côté ivoirien, des hommes en tenue, que le véhicule avait dépassés sans que nous les apercevions, nous hélèrent. Le conducteur s’immobilisa ; certains occupants du bus dirent de continuer, car il se pourrait que ce soit des malfrats, vu que rien n’indiquait qu’ils fussent de vrais kodos. D’autres, par contre, voulaient que le groupe retournât sagement. Finalement, la décision fut prise de continuer à avancer. On tomba sur la première barrière de sécurité assurée par des éléments des Forces nouvelles. Dans l’habitacle, c’était le silence total ; le chauffeur avait certainement une appréhension puisqu’il avançait de manière hésitante pour s’immobiliser finalement très loin de la barrière. On lui fit signe d’avancer. Ce qu’il fit avec beaucoup de prudence. Le chef de la délégation, Armand Sarambé, descendit du véhicule et se dirigea vers une bâtisse occupée par des hommes en uniforme.

 

 

Bienvenue en territoire rebelle

 

 

Certains rebelles commencèrent à rôder autour de notre autobus. Les yeux rougis et la mine patibulaire de l’un ne passèrent pas inaperçus. Des murmures se firent entendre au fond du véhicule, certains disant que ce monsieur devait être déréglé. Ouf ! Il s’éloigne. Des voix viennent couper court à ces messes basses des voyageurs. «Bonjour les frères, vous avez 50 FCFA pour moi… je veux acheter du thé», dit un agent des Forces nouvelles avec une grande politesse et flottant dans sa tenue, délavée, cousue et recousue à plusieurs niveaux.

Une petite quête commença pour soulager l’impécunieux rebelle, qui remercia à n’en pas finir ses généreux donateurs. Sur ces entrefaites, le chef de la délégation revînt avec un élément de la sécurité pour nous accompagner jusqu’à notre destination finale. C’était le soulagement et la joie se lisait sur les visages de tout le monde. Des supérieurs de ce dernier, venus aussi jusqu’à notre voiture, s’écrièrent tout joyeux : «Où est Souké et Siriki» ? après avoir jeté un regard furtif sur le groupe. C’est là qu’ils découvrirent la présence discrète de Poupette même si, avec sa forme, il n’est pas facile pour celle-ci de se faire… petite. Une voix de stentor alerta ses camarades : «On a un de nos collègues ici… la grosse policière qui joue dans la série…». Rapidement, un petit attroupement se forma pendant qu’on parlementait déjà avec la «fliquesse» du «Commissariat de Tampy». «Où est Oyou ? Et Chocho ?». Poupette répondit qu’elle a été chargée de les représenter. «Descendez là, elle va rester avec nous, c’est sa place ici…», osa quelqu’un. Ce fut une belle ambiance qui avait fini par faire disparaître une certaine peur cachée dès le départ de nombreux membres de la délégation, pour ne pas dire de tous.

Aux prochaines barrières, puisqu’elles sont nombreuses, l’élément mandaté par ses supérieurs pour nous escorter durant le trajet devait aussi «faroter» avec ses collègues, car à chaque arrêt de contrôle, il revenait avec des camarades à la recherche de Poupette. Notre comédienne fut d’ailleurs priée une fois par toute l’équipe de la délégation de l’accompagner aux postes de contrôle et de «faire elle aussi le malin» en serrant les mains des policiers en poste et pourquoi pas en signant des autographes.

En clair, Poupette, la mascotte de charme du groupe, était devenue un bon passeport pour nous.

Cela a bien payé jusqu’à notre arrivée dans la «cité du Poro» aux environs de 19h30. La délégation retrouva les organisateurs du festival à l’hôtel Mont Korhogo, à partir duquel elle a été éclatée sur plusieurs sites d’hébergement. Très fatigué, personne, après avoir déposé son baluchon, n’osait s’aventurer dehors pour prendre la température de cette cité dont l’ambiance était au demeurant calme. Apparemment les journalistes ivoiriens et burkinabè avaient été regroupés dans un même hôtel tandis que les comédiens et réalisateurs de leurs côtés également partageaient les mêmes sites avec leurs collègues ivoiriens. L’objectif du Festiko, à travers cette organisation, était de contribuer à rapprocher davantage les différents professionnels du cinéma.

 

 

Notre «exil» et l’histoire de sorcellerie

 

 

Nous avons donc aménagé à l’hôtel Le Prestige, situé à la périphérie ouest de la ville.  Sans doute est-ce cette donne qui a commandé aux responsables de l’établissement de recruter des dozos munis d’armes traditionnelles pour veiller à la sécurité des clients ; notre quiétude était donc assurée. Excentré par rapport aux sites de nos camarades, notre gîte était à proximité d’un centre de malades mentaux et d’un centre de réinsertion de jeunes filles par l’apprentissage de métiers.

Des artistes ivoiriens, notamment des musiciens, se seraient réjouis de «l’exil» des hommes de médias, estimant qu’ils pouvaient ainsi prendre du bon temps dans la ville sans courir le risque que leurs randonnées nocturnes soient relayées dans la presse.

Si les journalistes ivoiriens comme burkinabè se plaignaient de leur sort, nécessité faisant loi, ils n’ont pas tardé à trouver des stratagèmes pour rester connectés au reste de la ville. En plus, ce fut d’ailleurs l’un des rares sites où les clients ont d’ailleurs bénéficié d’un meilleur traitement. Le lendemain de notre arrivée, alors que j’attendais de me faire servir mon déjeuner, je suis choqué de voir sur la première chaîne de la RTI (Radiodiffusion télévision ivoirienne) des images sur une histoire rocambolesque de sorcellerie. L’accusé est un vieil homme décharné dont la peau est collée à ses os et que des individus tenaient à lyncher. Un des surexcités affirme haut et fort sur les antennes : «C’est un sorcier et il est tombé d’un arbre». Le présumé «mangeur d’âmes», pourtant aidé de policiers, qui lui ont porté secours pour éviter qu’on l’expédie ad patres, était presque traîné ; car il n’avait pas la moindre force pour marcher. Et dire que ce squelette humain est vraiment tombé d’un arbre sans se briser quelques côtes, c’est vraiment le comble. Le reporter parvint à mettre la main sur la fille du soi-disant sorcier, qui expliqua qu’il a amené son géniteur pour le soigner. Ce dernier avait disparu quelques jours et ses recherches étaient restées vaines. Le vieux, lui, sûrement très choqué par ce qui venait de lui arriver, n’avait toujours pas retrouvé l’usage de la parole. Quelle histoire !

Chez nous au Burkina, le Centre Delwendé de Tanghin à Ouagadougou, qui accueille de vieilles personnes accusées également pour la plupart d’être des «mangeuses d’âme», est une preuve que sous nos cieux les exclusions sont souvent guidées par la méchanceté inutile de certains de nos concitoyens.

Dans l’ensemble, la capitale du nord ivoirien est très calme la nuit. Excepté certaines artères chaudes et au quartier général du festival au centre culturel, «Womiengnon», les rues ne grouillent pas de grand monde. L’état-major des FN est serein et par moments de rares véhicules dont certains sont toujours estampillés «MPCI» (1) sont positionnés devant l’entrée principale. De jour comme de nuit, les combattants de cette partie de la Côte d’Ivoire se confondent à la population et on pourrait se demander comment beaucoup parviennent à gagner leur pain quotidien. Peut-être en rackettant ou en implorant la charité des étrangers comme ce fut le cas avec  réalisateur burkinabè ?

 

«Je te donne mes lunettes et je porte quoi ?»

 

En effet, dans la journée une voiture se met à hauteur de T.O., un homme habillé lui présente son téléphone en faisant savoir qu’il a besoin de 1000 FCFA. Le réalisateur burkinabè rétorque qu’il a les poches vides. Son interlocuteur lui demande alors sa paire de lunettes. T.O. réagit : «Je vais te donner mes lunettes et je porte quoi ?». Sur ces mots, le véhicule continua en trombe vers une destination inconnue.

Hormis ces petits et rares désagréments qu’on peut du reste vivre partout, même dans des pays en paix, notre séjour korhogolais fut un fleuve tranquille qui nous a permis de toucher du doigt la réalité du terrain ivoirien  dans sa partie nord.

A l’ouverture du Festiko et même depuis l’arrivée de la délégation burkinabè, Poupette était la plus en vue pour peu qu’on découvrait sa présence. Comme quoi les séries burkinabè fabriquent des stars qui ne sont pas forcément prophètes chez elles. «Poupette par-ci, Poupette par là…. de multiples sollicitations pour des photos ou des demandes pour manger dans des familles le jour où elle séjournera à Abidjan...». C’est une preuve que nos réalisateurs sont de grands artistes et que nos comédiens ont du talent à revendre. Le commandant de la Zone n° 10, Martin Kouakou Fofié, qui a reçu la délégation burkinabè pour un dîner le samedi 26 janvier 2008 à sa résidence, n’a d’ailleurs cessé de vanter les qualités de nos comédiens. Korhogo fut une belle expérience pour chacun des Burkinabè en dépit des routes en piteux état à plusieurs endroits de la zone Nord, qui se remet, petit à petit, comme les autres parties du pays du reste, de la plus longue et plus grave crise que la Côte d’Ivoire ait connue. Et le Com. Zone l’a dit, l’Accord de Ouaga, conclu le 4 mars 2007 entre les ex-belligérants, est le dernier round de la difficile marche vers la paix. Même si, à Korhogo, à Abidjan, à Bouaké ou à Ouagadougou, on n’est pas sûr que la présidentielle puisse se tenir en juin comme le veut le dernier chronogramme, revu, corrigé et mis à jour par les différents protagonistes.

«Ne faisons pas de fixation ou de fétichisme sur les dates», dit-on.

 

(1) Mouvement patriotique de Côte d’Ivoire. Le premier nom de baptême de la rébellion après l’éclatement de l’insurrection le 19 septembre 2002.

 

Cyr Payim Ouédraogo

L’Observateur Paalga du 14 février 2008



13/02/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres