L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Un président sans capitale (Togo)

Législatives au Togo

Un président sans capitale

 

Le scrutin du 14 octobre au Togo a donné les résultats provisoires que l’on connaît: le Rassemblement du peuple togolais (RPT) s’en tire avec la part du lion en engrangeant une cinquantaine de députés. Il est suivi de l’Union des forces du changement (UFC) qui comptera 27 élus au parlement et le Comité d’action pour le renouveau(CAR), grand perdant de cette compétition qui se retrouve avec la portion congrue de 4 députés.

Ces législatives, malgré les prévotations et les fraudes de toute forme, se sont déroulées dans la sérénité et la paix «sans morts d’hommes, ni de bras cassés ou d’exilés massifs», pour reprendre les mots de Gilchrist Olympio, leader de l’UFC. En tout cas c’est un scrutin auquel ont participé presque tous les partis représentatifs ou non dans ce pays.

Mais si les principaux partis de l’opposition sont un peu amers sur leur score, estimant qu’ils auraient  dû en avoir plus, il y a aussi une espèce de rage contenue au niveau du RPT en ce qui concerne sa performance ou plutôt sa contreperformance à Lomé. En effet, dans la capitale togolaise, le parti présidentiel n’a pu grappiller qu’un seul siège sur les 5 à pourvoir, les 4 autres revenant à l’UFC. D’ailleurs ce parti soutient que le RPT a fait du forcing pour s’attribuer ce siège sinon tous les 5 lui revenaient. Ce qu’il faut qu’il  démontre. Une douche froide donc  pour le parti présidentiel qui laisse échapper ainsi un des bastions de l’opposition qu’il aurait dû prendre. C’est connu que Lomé a toujours été le fief de l’opposition en l’occurrence l’UFC qui en a fait sa citadelle imprenable. On l’a du reste  constaté aussi à la présidentielle où la coalition jaune (opposition) avait fait le plein de voix dans son vivier(Sud) presque naturel qu’est Lomé.

Voilà donc Faure Gnassingbé privé de la capitale parlementairement parlant, puisque c’est la preuve avec ces résultats qu’il ne contrôle pas de fait la capitale où il a ses quartiers. Une situation qui ressemble à un remake des législatives à Ouagadougou où le CDP avait obtenu 5 députés sur 9, ce qui, vu le contexte, s’apparente à une défaite.

Maintenant il reste à l’UFC de partir de cette prouesse pour gagner d’autres victoires .Ne dit-on pas que qui tient le centre tient aussi la périphérie ?

 

Extrait de «Billets craquants » in L’Observateur Paalga du 29 octobre 2007



29/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres