L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Un recrutement sur fond de magouilles

Direction générale de la statistique agricole

Un recrutement sur fond de magouilles

 

Il est clair que le Burkina Faso d’aujourd’hui n’est plus celui d’il y a quelques années où il était encore mis devant les compétences d’un individu pour réussir à un test de recrutement. Ce qui vient de se passer dans cette direction générale du ministère de l’Agriculture de l’Hydraulique et des ressources halieutiques est une illustration parfaite de ce que nous avançons.

 

Il est vrai que le nombre de candidats va chaque année grandissant, mais au contraire cela devrait plutôt permettre à chaque recrutement de choisir les meilleurs parmi les meilleurs. Mais non ; on préfère utiliser la misère du peuple à des fins politiciennes. Le fils d’un inconnu bardé de connaissances et bourré de compétences ne peut plus réussir à un test dans ce pays.

 

Sinon pourquoi sélectionner 15 personnes les former et organiser encore un autre test de recrutement ? Pourquoi admettre 23 autres personnes qui n’ont pas pris part à la première sélection si ce n’est pas pour faire échouer en définitive ceux qui ont tant souffert pour se placer parmi les 15 premiers parmi 700 candidats ?

 

Il faut noter que la région du Centre n’est pas la seule à avoir reçu des candidats supplémentaires pour la formation. Le Centre-Ouest a reçu 17 personnes en plus de celles régulièrement recrutées après le test. Le Plateau central a aussi eu son surplus de personnes non admises au test et qui a pris part à la formation. Là-bas, ce sont 11 candidats n’ayant pas participé au test qui ont reçu la formation.

 

La direction générale des prévisions et des statistiques agricoles, ancienne Direction des statistiques agropastorales (DSAP), à ce que l’on dit, reçoit de nombreux financements, mais l’utilisation de cette manne laisse à désirer. Parfois le financement peut être obtenu mais le travail pour lequel les fonds ont été débloqués n’est pas réalisé et l’argent disparaît. Le cas le plus cité a été l’enquête sur la maraîcheculture.

 

C’est encore une direction où à diplôme égal selon là où on travaille, le salaire n’est pas égal. Ceux qui sont à la direction générale ont des traitements consistants. Par contre ceux qui sont sur le terrain ne reçoivent que des miettes. Les contrôleurs doivent parcourir toute la province tout le mois avec 25.000F de carburant. Et gare à un contrôleur si jamais son engin est en panne ; il est immédiatement viré.

 

Pendant ce temps, ceux qui sont au siège lorsqu’ils se déplacent ont 25.000F par jour et les chauffeurs 12500F par jour. Lorsqu’on sait que tous les chauffeurs se débrouillent pour avoir au moins 10 jours de mission dans le mois sans compter leur salaire, on comprend qu’il vaut mieux être chauffeur dans cette direction que directeur dans un service quelconque au Burkina.

 

Est-ce pour cette raison que les chauffeurs ne sont jamais recrutés sur test dans cette direction ? Car hormis deux personnes qui sont arrivées grâce à un recrutement officiel, tous les autres chauffeurs ont été parachutés.

 

MZ

L’Indépendant du 06 mars 2007



21/03/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres