L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Une voleuse de bijoux arrêtée par la gendarmerie

Fait divers

Une voleuse de bijoux arrêtée par la gendarmerie

 

La section de recherche de la gendarmerie de Ouagadougou a appréhendé, mercredi 30 mai 2007, Chantal Mariam Lompo. Une femme qui passait par des astuces pour voler les bijoux et l’argent des certaines Ouagalaises.

Chantal Mariam Lompo rumine désormais sa peine à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO). En effet, appréhendée le 30 mai 2007 par la section de recherche de la gendarmerie de Ouagadougou, elle a été conduite devant le procureur du Faso du Tribunal de Grande instance de Ouagadougou, le 1er juin 2007. Chantal Mariam Lompo est accusée de vol de bijoux et d’argent d’une valeur estimée à plusieurs millions selon le capitaine Yaya Traoré, commandant de la section de recherche de la gendarmerie de Ouagadougou et c’est la deuxième fois que ses services mettent la main sur cette femme. Elle avait déjà été arrêtée le 12 août 2006 pour les mêmes plaintes mais avait bénéficié de la suspension de la garde à vue. La gendarmerie, de commun accord avec les plaignantes de l’époque, avait jugé nécessaire d’accorder une “petite liberté” à Chantal Mariam Lompo eu égard au fait que selon ses témoignages, elle remettait son butin à une certaine Mme Diabaté qui l’écoulerait en Côte d’Ivoire. Mme Diabaté devrait rejoindre incessamment le Burkina.
Pour mieux diligenter l’enquête, la gendarmerie trouvera mieux de suspendre la garde à vue de Mariam afin de pouvoir faire d’une pierre deux coups en l’arrêtant avec son acolyte de receleur. Mais c’était sans compter avec l’esprit de supercherie de Chantal. Comme le dit l’adage, on a beau chassé le naturel, il revient aux galops. Une fois libérée, elle brouillera toutes les pistes en changeant de domicile, de contacts téléphoniques voire en prenant une disponibilité. Enseignante de profession, elle était en service dans une section de l’enseignement de base située dans l’enceinte du lycée Bogodogo. Ainsi, elle a continué de plus belle ses forfaits jusqu’à sa deuxième arrestation à Pissy au secteur n°17 de Ouagadougou où elle avait élu domicile. Pour le deuxième round, elle avait choisi d’écouler son butin à un bijoutier receleur de la place.

Une astucieuse hors pair

Chantal Mariam Lompo avait adopté une astuce simple mais efficace. Aux heures de service et pendant les week-ends, elle repérait les habitations de ses victimes, généralement les habitations somptueuses. Elle s’arrangeait pour les visiter aux heures où elle est presque sure de ne pas trouver les propriétaires. Une fois dans la maison, elle se présentait à la domestique sous différents sobriquets, utilisant tantôt tante Mariam, tantôt Mme Traoré, parfois Tante Monique, etc. avec une certaine familiarité comme si elle connaissait les propriétaires et surtout, la maîtresse de maison. Subitement, elle fait croire qu’elle est saisie d’un mal de bas-ventre, notamment un problème de cycle menstruel. Elle demande alors à aller aux toilettes internes. Au même moment elle lui demande de se rendre à la boutique la plus proche lui acheter du papier hygiénique, précisément du “Vania”. Un prétexte pour faire éloigner la domestique afin de s’introduire dans la chambre de la maîtresse et commettre sa basse besogne pour dérober les bijoux et les espèces sonnantes et trébuchantes.
Le capitaine Yaya Traoré invite les populations à plus de vigilance afin d’éviter pareils désagréments.

Sidgomdé

Sidwaya du 4 juin 2007



04/06/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres