L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Yatenga : Issa Joseph Diallo enfin dans l'arène

Yatenga

Issa Joseph Diallo enfin dans l'arène

 

Comme on le sait maintenant, 14 partis se sont déclarés partants pour la conquête des 04 sièges à pourvoir au Yatenga. A dix jours de l’ouverture officielle de la campagne, chacun y va de sa stratégie pour convaincre les électeurs. Si certains se contentent des tranches offertes par les radios locales pour se faire entendre, visiblement, le combat est rude entre l’ADF/RDA et le CDP sur le terrain. Comme il fallait s'y attendre, ces deux géants ont mis en branle leur machine de campagne, pour ne pas dire leur machine de guerre, sur toute l’étendue du territoire provincial.

 

Après donc le meeting de lancement du CDP, sur un ton belliqueux le samedi 14 avril 2007, l’ADF/RDA a choisi d’agir dans la discrétion, en optant pour la campgane de proximité à travers les villages des différents départements. Le président du parti, Me Gilbert Noël Ouédraogo, au cours de la première semaine de la campagne, a ainsi effectué des descentes dans les villages des départements de Koumbri et de Tangaye. «Nous nous sommes rendus compte de l’inefficacité des grands meetings au cours des élections précédentes ; cette année, nous avons décidé de rejoindre les électeurs où ils sont, pour partager avec eux la vision de notre parti tout en discutant des différentes préoccupations»,  a-t-il expliqué.

A en croire le patron du parti de l’éléphant, dans les différentes zones traversées par les équipes de la direction provinciale de la campagne, l’engouement est total. Ses missionnaires disent se départir "des discours creux et des promesses démagogiques". Pour eux, le retrait des cartes d'électeurs par les militants reste leur combat quotidien. «Nous allons nous battre pour engranger le maximum de voix ; nous laissons le choix aux électeurs de décider du parti qui les aura le plus convaincu...»,  a laissé entendre l’héritier politique de Gérard Kango Ouédraogo. «Je suis très confiant, dans la mesure où je constate que face aux moyens colossaux étalés et à la campagne d’intimidation entreprise par certains de nos adversaires, des vagues de défections de leurs militants continuent de grossir nos rangs. Partout où nous sommes passés, les gens nous ont assuré de leur attachement, rien que pour la sincérité de nos propos», s’est réjoui le président de l’ADF/RDA de retour d’une sortie effectuée dans plusieurs villages du département de Tangaye le jeudi 19 avril 2007. 

 

Si vous me lâchez...

 

Après avoir mesuré l’animosité de ses anciens camarades à son égard suite à leurs propos du meeting du samedi 14 avril 2007, Issa Joseph Diallo, après une semaine d’observation et de prises de contacts, s’est décidé enfin à se jeter corps et âme dans la bataille.

Dans la soirée du dimanche 22 avril 2007, Sidiki Belem, premier titulaire sur la liste provinciale de l’ADF/RDA, et l’ancien maire CDP révoqué Issa Joseph Diallo, deuxième titulaire, ont convergé vers le village de Kononga. Là-bas, la mobilisation était celle des grands jours. Dès la porte du village, les invités du jour ont été accueillis par des militants motorisés et à coups de salves de fusils. Sur le chemin du retour, les deux prétendants à l’hémicycle ont fait escale à Rikou, où ils ont été chaleureusement accueillis. Cette même nuit du dimanche 22 avril, l’éléphant a encore barri dans les secteurs 8 et 7 de la ville de Ouahigouya. Ces rencontres de l’ADF/RDA ont pris souvent des allures de prédications religieuses : Halidou Sawadogo, marabout attitré du parti, était ainsi à côté de l’équipe de campagne, conduite par le premier titulaire, et s’est illustré par ses propos incisifs. «Ceux qui disent que l’ADF/RDA n’a rien fait dans le passé ont la mémoire courte. Ils oublient qu’ils sont venus au monde dans des maternités construites au temps de Gérard Kango. C’est également dans des écoles implantées au temps fort de l’ADF/RDA qu’ils ont été instruits», n'a cessé d'asséner ce bouillant homme religieux à l’égard de leurs détracteurs.

«Ce que Dieu a construit, personne ne peut le détruire», chantent en chœur les militants de l’ADF/RDA, comme pour répondre aux dirigeants locaux du CDP, qui ont juré de réduire à néant leur rival à l'occasion de ces élections. Dans ses différentes interventions, Issa Joseph Diallo exhorte les électeurs à faire le bon choix le jour des élections. Il ne cesse  d’interpeller les différentes couches sociales à se départir de la recherche effrenée du gain facile et à faire bloc autour des dignes fils du Yatenga, ceux-là qu'ils pourront rencontrer à tout moment pour discuter de leurs projets de développement. «On a dit que si je ne suis pas élu, je serai conduit directement en prison ; si cela arrive, c’est que vous m’aurez lâché, c’est que vous aurai refusé de me voter»,  dit-il à ses sympathisans.

Pour Sidiki Belem, ceux qui croient faire du Yatenga leur propriété privée n’auront que leurs yeux pour pleurer au soir du 06 mai 2007.

Actuellement la ronde de l’ADF/RDA dans la commune urbaine de Ouahigouya  se poursuit chaque nuit. Et le réveil subit d'Issa Joseph Diallo y a donné du piquant à la campagne. Certains  délégués du CDP dans les secteurs, un peu agacés, courent dans tous les sens pour colmater les brèches en attendant de boucler le tout par de grands meetings.

 

Le CDP fidèle à son programme de départ

 

Les hommes de Roch Marc Christian Kaboré continuent d’allier la campagne de proximité aux grands rassemblements dans les départements. Le jeudi 19 avril 2007, Salif Diallo, appélé par ses ouailles "le grand leader de la région du Nord", escorté par l’équipe provinciale de la campagne, dirigée par Boubacar Savadogo, a fait le show dans les départements de Zogoré et de Tangaye.

Comme pour ne rien laisser lui échapper, le commissaire politique du CDP du Nord a passé la nuit du vendredi 20 avril dans le département de Thiou, où il a multiplié les rencontres avec jeunes, femmes, vieux, enfants avant de réaffirmer publiquement l’intérêt accordé par son parti à cette localité au cours de deux grands meetings organisés dans les chefs-lieux des départements de Thiou et de Kaïn. Après  cette traversée, le cap a été mis sur Oula dans la matinée du dimanche 22 avril. Là-bas, les inconditionnels du parti majoritaire ont juré de ne pas laisser le moindre espace pour un quelconque regroupement d’un autre parti en compétition ; pas par la force, mais parce que toute la zone d'Oula serait acquise au parti au pouvoir.

Si le programme de campagne du CDP a été respecté, Salif Diallo a dû déposer ses valises, le mardi 24 avril dans la soirée à Séguénéga où il comptait passer quelques jours pour prêter main-forte à Cécile Beloum, ressortissante de la localité, deuxième titulaire sur la liste provinciale.

Le maître à penser du CDP Yatenga aura à user de toute sa poigne pour faire taire les divergences qui troubleraient la quiétude de la majorité dans cette zone ; il y a d’abord qu’à Kossouka, les partisans du député Cécile Beloum et ceux de l’ancien député Windyélé Sawadogo, non retenu sur la liste définitive des candidats cette année, se regardent en chiens de faïence ;

à Séguénéga également, le parti serait en proie à de vives contestations de la part de certains de ses militants, qui jugeraient inconcevable qu’un fils de ladite ville, la plus grande de la zone, n’ait jamais été inscrit sur la liste des élus du parti au pouvoir depuis 1992.

Les frondeurs jureraient de ne plus voter pour quelqu’un d’autre. Sachant les problèmes que connaît son adversaire, l’ADF/RDA a mis sur sa liste des titulaires un ressortissant de cette ville, certainement pour s'attirer les déçus du CDP. Il faut aussi noter que plusieurs candidats tête de liste d’autres partis sont ressortissants de la zone de Séguénéga : Etienne Ouédraogo de l’UNIR/MS, ainsi que deux vieux briscards, à savoir le professeur Alain Nindaoua Sawadogo du PDP/PS et le vieux Joseph Ouédraogo de l’UPS. Tous ces prétendants ont mis l’accent sur cette partie du Yatenga aux premières heures de l’ouverture officielle de la campagne.

C’est dire donc qu’en plus des inquiétudes des hommes du CDP dans la commune urbaine de Ouahigouya, où l'opération de charme de leur ennemi juré Issa Joseph Diallo serait en train de faire mouche, Salif Diallo aura à batailler  pour éviter la dispersion des forces de son parti dans la zone de Séguénéga.

Au stade actuel de la campagne, les deux traditionnels partis rivaux campent sur leurs ambitions de départ : le CDP court dans tous les sens pour remporter les 04 sièges tandis que l’ADF/RDA se défonce pour le partage équitable. A vrai dire, les 12 autres partis en lice, moins visibles sur le terrain, joueront certainement pour apporter le maximum de voix à leurs candidats sur les listes nationales ; vu que sauf surprise de dernière minute, ces derniers partis n’ont pas engagé une bataille permettant de bousculer la hiérarchie politique connue depuis longtemps dans la cité de Naaba Kango.

 

Emery Albert Ouédraogo

L’Observateur Paalga du 26 avril 2007



25/04/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres