L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

20 ans de renaissance démocratique /Le pourquoi d'une célébration

20 ans  de renaissance démocratique

Le pourquoi d'une célébration

 

A deux semaines de l'événement (qui se déroulera du 10 au 21 octobre) le comité d'organisation du XXe anniversaire de la renaissance démocratique du Burkina avec Blaise Compaoré a  rencontré la presse le samedi 29 septembre dernier à Ouaga 2000. Le pourquoi de cette commémoration, les acquis sociopolitiques et économiques, les  principales activités qui auront lieu ont été au centre de cet échange.

 

Pour la circonstance, c'est Jean-Léonard Compaoré, président du comité, entouré de ses collaborateurs qui a été le principal animateur de ce face-à-face avec les journalistes qui avaient tout de même à leurs côtés certains bonzes du CDP et de la mouvance présidentielle. D'abord, il a tenu à relever ce que n'est pas cette célébration : «Nous ne célébrons ni l'âge d'un pouvoir ni la durée d'un individu». Pour lui, il s'agit de revisiter, après 20 ans de parcours, ce qui s'est effectué sous la IVe République, «un exercice dialectique indispensable...» pour tirer les enseignements du long cheminement de la démocratie et du progrès au Faso.

Ainsi, selon les organisateurs de cette fête, il est incontestable que la renaissance démocratique du Burkina,  ces 20 dernières années, s'est faite sous l'impulsion de Blaise Compaoré «homme d'ouverture, de dialogue, de tolérance et de rassemblement. Et Jean-Léonard Compaoré de citer à l'appui les libertés dont jouissent les Burkinabè depuis ces 20  ans : libertés d'opinion, de presse, des syndicats et des associations, de culte et de croyances... «même la liberté de s'opposer est née de cette renaissance démocratique», clame le conférencier. Des libertés qui ont engendré des progrès économiques, et justement lors de cette commémoration, les résultats en termes de croissance et de bien-être seront exhibés, sans oublier la valorisation du dialogue social qui a favorisé la cohésion nationale.

Un colloque international dont le thème est «Démocratie et développement en Afrique», des expositions, du sport seront  autant d'activités qui marqueront cette fête.

A la séance des questions-réponses, c'est un Jean-Léonard Compaoré un peu railleur qui a rappelé un peu «Léo la mal-cause» qui a refait surface. Exemples : Quel est le budget prévisionnel de  cette commémoration demande un journaliste. Réponse de Léo : «Les ressources sont d'abord humaines, il n'y a pas de budget quantifiable, je ne peux pas vous donner de chiffre, est-ce que je peux vous demander votre budget familial ?». Ou encore : Quelle est l'opportunité de célébrer un tel événement, surtout que des voix discordantes se font entendre par rapport aux dates de 1987 et 1991 ? Réplique du président de cette fête : «Il n'y a pas de divergences... le sujet est clair, je n'ai jamais entendu de divergences..  si c'est fumeux  et nuageux chez certains, c'est clair chez nous... nous n'allons pas danser et chanter, mais commémorer... les libertés de presse ont éclos sous Blaise…Vous à l'Observateur, on a brûlé le journal ; cette renaissance démocratique doit être doublement fêtée par vous… est-ce que tous les couples célèbrent les 20 ans de leur mariage le même jour ? Si c'était le cas à Ouaga chaque jour on aurait des célébrations... les voix discordantes ne font pas partie de notre dispositif».

Autres questions : pourquoi ne pas dissocier la période 87 et 91 ? Réponse de Léo : «Un enfant quand il naît, c'est le jour de  sa naissance qu'on retient, pas celui où son papa et sa maman l'ont conçu... après, il faut l'encadrer avant qu'il  devienne autonome... la période 87 rappelle des événements douloureux de notre histoire … 91 est l'année de l'adoption de la Constitution».

Pour le conférencier, qu'on aime Blaise ou pas ses partisans et les autres ont bénéficié de ce qu'il a fait, "même ceux qui s'opposent ou qui disent que c'est pas opportun, nous les célébrons".

Enfin signalons que plusieurs personnalités viendront à ces manif ; parmi lesquelles le président brésilien Lula Da Silva (hasard de calendrier ou volonté d'y assister ?). "Attendez, quand il viendra, vous lui demanderez, a répondu Léo à un journaliste qui voulait en savoir plus sur cette visite.

 

Zowenmanogo Dieudonné Zoungrana

 

 

L'Observateur paalga du Lundi 1er Octobre 2007



01/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres