L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

*60 mois de cachot pour vol d'une chèvre

LES BRUITS DE LA BOUCLE

* 60 mois de cachot pour vol d'une chèvre

Simon Pierre Tamini, repris de justice, a été condamné à 60 mois de prison ferme par le tribunal de grande instance de Dédougou à l'audience du 31 octobre dernier. Le prévenu qui est sorti de prison il y a moins de 3 semaines, après avoir purgé une peine de 15 mois s'est de nouveau illustré de fort mauvaise manière. Vol de bétail, de volaille avec souvent des menaces d'agressions semblaient le jeu favori de ce prévenu qui n'a pas nié les faits à lui reprochés. Un individu de ce genre mérite d'être extirpé de la société pendant un bout de temps, a dit le procureur avant de requérir 48 mois de prison ferme. Le tribunal a estimé qu'il méritait plus et a prononcé une sentence de 60 mois.

* Il volait chez des autorités judiciaires et administratives

Repris de Justice, M. N. volait chez des autorités judiciaires et administratives. Il a été arrêté par la police de Dédougou et déféré le 9 novembre dernier à la maison d'arrêt et de correction. Selon nos sources, il aurait volé par 2 fois pendant qu'il était en corvée extérieure chez une autorité administrative qui habite en face de la maison d'arrêt. A sa sortie, il a volé chez une autorité judiciaire. C'est au moment où il s'apprêtait à vendre le matériel volé qu'il a été appréhendé. Agé de 20 ans, il risque de payer au plus fort prix son audace. Les receleurs ont également été déférés.


* Le séminaire Saint-Paul de Tionkuy coupé du reste du monde

Depuis quelques jours, le séminaire Saint-Paul de Tionkuy est encore coupé du reste du monde. Les câbles de ses lignes téléphoniques ont été sectionnés pour la énième fois par des voleurs. Cette situation porte préjudice aux séminaristes, à l'administration, au corps professoral et à la nationale des télécommunications. Par deux fois, l'ONATEL a dû changer le câble sur plus de 500 mètres . Malheureusement, c'était sans compter avec l'esprit mercantile des délinquants. Selon nos sources, les voleurs sectionnent les câbles à la recherche de cuivre. Cette matière, après un passage à la flamme, est revendue aux bijoutiers qui la transforment en objet de valeur. Malgré la détermination des forces de sécurité, ces voleurs courent toujours et il est aussi difficile de mettre le grappin sur les complices. En attendant que l'ONATEL décentralise sa nouvelle technologie, les populations devront redoubler de vigilance afin de démasquer ces voleurs.


* Mossis et Samos chaussent les crampons

Pour raffermir les liens séculaires de parents à plaisanterie, les Mossis et les Samos de Dédougou ont organisé le week-end dernier un match de gala en football. Ce match très plaisant à suivre s'est soldé par un score de parité de 2 buts partout. Initiée par Salif Congo, la rencontre sportive a drainé un beau monde au stade provincial d'où chacun est reparti plus ou moins satisfait. Ce sont les Mossis qui, dès l'entame du jeu, ont pris le taureau par les cornes. Par deux fois, ils ont brûlé la politesse au gardien samo. Menés 2 à zéro, les Samos vont sortir le grand jeu en seconde période pour parvenir à réduire et à rétablir la parité au score. On a assisté à 2 sortes de spectacles. Celui de l'aire de jeu et celui de la touche. Mossis et Samos s'échangeaient des plaisanteries à vous couper le souffle. En tout cas la soirée a été très animée et tous ont souhaité qu'il en soit ainsi pour toujours. Vivement que d'autres communautés s'en inspirent, car comme le disait un penseur français, la culture est ce qui nous reste quand on a tout perdu.


* Dédougou : les cimetières nettoyés

Sur initiative de Albert Lombo Dayo, chef de canton de Dédougou, les populations de Dédougou ont procédé, la semaine dernière, au nettoyage des cimetières de Dédougou. Fortement mobilisées, machettes, coupe-coupe et autres daba en main, elles se sont attaquées aux herbes et arbustes. Quand on sait que le respect des morts passe aussi par l'assainissement des lieux ou ils reposent, cette action a été saluée à sa juste valeur. Certains n'ont pas hésité à proposer qu'une journée de salubrité dans les cimetières soit instituée, car ces endroits sont même exposés aux feux de brousse.




Par Serge COULIBALY

Le Pays du 12 novembre 2007



12/11/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres