L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

7 morts à Tintilou (Accident de la circulation)

Accident de la circulation

7 morts à Tintilou

 

Sept morts (6 hommes et une femme), de nombreux blessés. C’est le triste bilan d’un accident de la circulation, survenu hier 30 janvier 2008 à une trentaine de kilomètres de Ouagadougou, sur la route nationale (RN) n° 1.

 

Parti hier aux environs de 8 heures, un car de la compagnie TRANS-MIF,  qui se rendait à Gaoua, au Sud-Ouest, n’est pas arrivé à destination, le véhicule ayant terminé sa course dans le décor, après à peine une trentaine de kilomètres de trajet, à la hauteur du village de Tintilou, département de Komki-Ipaala. Bilan affligeant : sur 32 passagers à bord, on déplore sept morts (Ganemtoré Dominique, Ouédraogo Saïdou, Lankoandé Bandambé, Dah Ambroise, Baguian Idrissa et Sana Boureima pour ceux qui ont été identifiés), mais aussi de nombreux blessés, les plus graves ayant été évacués par deux ambulances des sapeurs-pompiers sur Ouagadougou. C’est l’infirmier-chef de poste du CSPS de Tintilou, Karim Ouédraogo, qui s’est occupé des autres. Les causes probables de l’accident n’étaient pas connues à notre passage. Le chauffeur, qui semble-t-il saignait du nez, ayant été transporté au centre médical de Tanghin-Dassouri. Selon un officier de police qui était du convoi, celui-ci roulait à une bonne allure, entre 55 et 60 km/h. C’est, pense ce dernier, en voulant éviter un petit obstacle qu’il a dû faire une fausse manœuvre. Le véhicule, d'après lui, a chaviré trois fois après s’être heurté à un karité, qui a arraché la portière droite, avant de finir sa course en butant contre un second arbre.

Alertés par le préfet de Komki-Ipaala, Mme Halima Sankara, le gouverneur de la région du Centre, Boureima Bougouma, le Haut-commissaire du Kadiogo, Jean Bassono, y étaient. Les y a rejoints le gouverneur de la région du Sud-Ouest, Rasmané Ouangrawa, qui partait  pour Bobo-Dioulasso et est tombé à tout hasard sur le drame. Toutes ces autorités ont mis à contribution leurs compétences diverses pour essayer de toucher les familles éplorées. Les deux gouverneurs ont appelé les chauffeurs à la prudence et les propriétaires des véhicules au respect de la visite technique. M. Bougouma n’écarte pas l’hypothèse d’une fausse manœuvre ou d’un mauvais état du car. L’état de fatigue du chauffeur, qui, peut-être, est rentré la nuit de la veille de l’accident d’un voyage pour reprendre la route dès le matin, pourrait être la cause. Sinon, comment comprendre un accident matinal  s'est-il demandé ? Aussi a-t-il suggéré aux conducteurs de véhicules de ne pas prendre la route quand ils sont fatigués.

Pour Issoufou Maïga, le DG de TRANS-MIF, l’heure n’est pas aux explications. «Ce qui me préoccupe, ce sont les morts et les blessés. Ça me brûle…», a-t-il dit avant d’ajouter que la direction s’est engagée à prendre en charge les premiers soins des blessés.

 

Hamidou Ouédraogo

L’Observateur Paalga du 31 janvier 2008



30/01/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres