L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Ça, ce n’est pas une bonne affaire

BURKINA # MOZAMBIQUE : 1-1

Ça, ce n’est pas une bonne affaire

 

Les Etalons du Burkina ont concédé samedi 24 mars le nul 1 à 1 sur la pelouse du stade du 4-Août devant les Mambas du Mozambique dans un match comptant pour la 3e journée des éliminatoires de la CAN Ghana 2008. Une parité au score qui vient compliquer l’obtention du ticket qualificatif pour le Ghana voisin.

 

Il n’y a pas de doute ; le nul concédé à domicile par les Etalons ce week-end sonne comme une défaite, dans la mesure où il fallait s’imposer à tout prix pour garder ses chances de qualification. Mais ce ne fut pas le cas. Pourtant l’on avait tous les atouts pour réaliser une bonne performance et engranger les 3 points de la victoire : l’avantage du terrain, un public acquis. Malgré tous les privilèges, le scénario ne pouvait être aussi pire pour les Etalons.

En effet, à peine jouait-on 2 minutes, sinon exactement 1mn 53s que les Mozambicains transforment la toute première action offensive en but. Sur un coup franc excentré, venu de la gauche, Carlos Chimomole surgit et trompe Soulama à la surprise générale. C’est la douche froide dans le stade. Personne n’imaginait un tel scénario. Malgré tout, le public pousse ses Etalons.

Ce but a eu l’avantage de donner confiance à l’adversaire, qui s’est mis dès lors à jouer sans complexe. Pendant ce temps, les Burkinabè concentrent le jeu sur le côté droit (avec Gervais Sanou) qui n’a donné aucune satisfaction. Il n’y avait pas du mouvement dans le jeu, encore moins du rythme. Seul Jonathan Pitroïpa se montre menaçant sur toute touche de balles. Burkina : 1 # Mozambique : 1

D’ailleurs l’une de ses combinaisons à la 26e mn avec le latéral gauche Madi Panandetiguiri est salutaire. Le deuxième adresse un centre-tir au premier qui propulse la balle de la tête dans le filet. Egalisation ; c’est l’extase dans la cuvette du 4-Août. Dès lors, le jeu gagne un peu en animation essentiellement avec Pitroïpa et Panandetiguiri.

Mais le reste du groupe ne suit pas la cadence à l’image de Charles Kaboré dépassé, Narcisse Yaméogo très inspiré, Gervais Sanou médusé et même de Pierre Coulibaly inexistant. Dans un tel contexte, que pouvait bien faire le feu follet Pitroïpa à lui seul, malgré son génie ? Assurément rien, car il n’avait pas de répondant. L’entrée d’Aristide Bancé à la 33e mn ne changera pas la donne. Celui-ci qui, habituellement, joue dans l’axe du but, va se perdre sur le côté droit. Plus rien ne se produira dans un tel désordre jusqu’à la pause.

A la reprise, les Etalons reviennent avec des arguments de conquérants. A la 48e mn, Pitroïpa, au four et au moulin, sert Pierre Coulibaly en plein axe du but des Mambas. Ce dernier, par précipitation, frappe à côté. Entre-temps, le sélectionneur national, Drissa Traoré Saboteur jette dans la bataille Alassane Ouédraogo à la place de Dagbéi (un ailier à la place d’un milieu de terrain). C’est à ne rien comprendre.

Un jeu sans mouvement ni rythme

C’est encore reparti pour la débrouille. Dans de telles circonstances, l’on ne peut que compter sur des individualités. Mais ne demandez pas au petit Pitroïpa de tout faire, même si à la 73e mn, il va marquer encore un but que l’arbitre refuse pour une position illicite. Deux minutes après, il met Bancé sur orbite, mais la frappe du colosse Etalon rase la cage du portier mozambicain Joao Rafael.

C’est donc sur ce score nul que l’arbitre Emmanuel Imiere siffle la fin de la partie, à la déception générale du public. L’on a laissé filer 3 précieux points qui étaient à notre portée. Il fallait gagner pour rester collé au peloton de tête désormais tiré par le Sénégal après sa victoire sans équivoque sur la Tanzanie par 4 à 0.

Osons le dire ; perdre des points à domicile n’ouvrira pas les portes de Ghana 2008. Saboteur nous avait assuré que le groupe dont il dispose était plus fort que celui qui avait battu le Sénégal. Si tel est le cas, cela veut dire que la victoire du 7 octobre dernier n’était qu’un pire hasard. En tout cas, l’on n’a plus droit à l’erreur. Concéder des points sur ces propres installations risque à coup sûr de nous bouter hors de la course. Et ce serait dommage que l’on ne se rende pas au Ghana voisin après la non qualification à la CAN 2006.

Kader Traoré

L'Observateur Paalga du 26 mars 2007



26/03/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres