L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Accusations après les inondations de Boulmiougou : Le mémoire en défense de Simon

Accusations après les inondations de Boulmiougou

Le mémoire en défense de Simon

 

La pluie qui est tombée le dimanche 25 mai 2008 a provoqué des inondations dans l’arrondissement de Boulmiougou. Suite aux accusations portées contre la mairie au sujet des travaux de bitumage commandités par cette même mairie, l’édile de la ville de Ouagadougou a donné une conférence de presse le 27 mai 2008. Pendant la rencontre, Simon Compaoré a démenti certains propos parus dans la presse en donnant sa version des faits.

 

Les habitants de certaines zones de Kouritenga et de Sandogo, dans l’arrondissement de Boulmiougou, avaient les pieds dans l’eau après la pluie qui est tombée dimanche dernier. Selon le maire de la commune de Ouagadougou, des représentants d’organes de presse qui ont fait le déplacement sur les lieux, ont, dans leur livraison, mis en cause les travaux de bitumage qui y ont été réalisés, notamment l’absence de caniveaux. «Non, ce n’est pas vrai», a tempêté Simon Compaoré avant de faire remarquer : «Vous n’avez pas l’entièreté de l’information, et il est bon que nous vous la donnions. A chaque fois qu’il y a ce genre de problème, la source de l’information juste, c’est la mairie, qui détient les renseignements sur la mise en œuvre du projet de bitumage et de construction des caniveaux».

Assisté du 1er adjoint au maire de Boulmiougou, du directeur général des Services techniques et municipaux  de Ouagadougou, il a énuméré quelques facteurs qui ont provoqué le déluge : la quantité d’eau qui est tombée, le refus par certains habitants  de quitter les réserves, endroits inadaptés pour ériger des maisons. Il a par contre reconnu l’absence de caniveaux dans certaines réalisations, les moyens faisant défaut. Quand le cas se présente, a-t-il poursuivi, il faut faire un choix : faire des routes ou construire des caniveaux. Barthélemy Toé, directeur général des Services techniques municipaux (ex-voirie) est venu a sa rescousse en donnant une idée du coût de réalisation d’une conduite d’eau, faisant remarquer qu’un mètre coûte plus de 100 000 francs CFA. C’est ainsi qu’à Kouritenga, ils n’ont pu réaliser que 9 km contre les 12 km nécessaires pour faciliter l’écoulement des eaux. Quant à la zone sinistrée située à Sandogo, le maire a fait savoir qu’elle se trouve dans un bas-fond, donc un terrain réputé inondable.

Malheureusement, les inondations dans cet arrondissement ont provoqué une perte en vie humaine. Il s’agit d’un enfant de 10 ans qui revenait de la messe. Il s’est noyé au secteur 18 et le courant l’a emporté jusqu’au secteur 19, a précisé un conseiller de la zone concernée, Boureima Sawadogo. Après la conférence de presse dans la salle de conférences de l’hôtel de ville, s’en est suivie une visite sur les lieux des inondations. Ablassé Sam, un riverain, a incriminé la hauteur de la voie bitumée qui empêcherait l’écoulement des eaux de pluie.

Malgré tout, le constat est que des habitants continuent de vivre dans les réserves alors qu’on leur a attribué des parcelles. Et les autorités municipales semblent désemparées quant à la décision à prendre. Alors, que faire pour que pareille situation n'arrive plus, surtout quand la saison pluvieuse va réellement s’installer ? En attendant, ceux qui vivent dans les zones courent de grands risques. Autant la mairie doit prendre ses responsabilités, autant les habitants aussi doivent prendre conscience des dangers qu’il y a à rester sur place. Vivement qu’une solution qui arrange les deux parties soit trouvée au plus vite.

Alima Koanda

L’Observateur Paalga du 29 mai 2008



29/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres