L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Après les inondations, Simon Compaoré fait le tour

Ouagadougou

Après les inondations, Simon Compaoré fait le tour

La pluie du dimanche 25 mai 2008 a fait des dégâts à Ouagadougou où il y a eu des inondations dans le quartier Kourittenga. Par rapport à ce qui a été dit au lendemain de ces inondations, le maire de la commune de Ouagadougou, Simon Compaoré, a tenu à apporter des précisions en rencontrant la presse dans l'après-midi du mardi 27 mai dernier. Il a conduit aussi les journalistes sur le terrain pour faire des constats.

La décision de convoquer une conférence de presse dans l'après-midi du 27 mai 2008 a été prise, selon le maire de la commune de Ouagadougou, Simon Compaoré, le même jour dans la matinée. Elle fait suite aux inondations suite à la pluie du dimanche 25 mai dernier à Ouagadougou et sur certains aspects relatés sur ce sujet dans le quotidien "Le Pays" du mardi 27 mai 2008. S'il ne conteste pas la photo publiée pour illustrer l'absence de caniveaux, le maire Simon Compaoré n'est pas d'accord avec le qualificatif de caniveaux "préfabriqués". Il s'est expliqué et a conduit au volant de sa voiture le cortège de journalistes et certains de ses collaborateurs sur les lieux pour constater les faits. Simon Compaoré dira : "En l'absence de caniveaux, nous avons réalisé des saignées pour faire passer l'eau en cas de pluie." En effet, il y a des caniveaux sur le nouveau bitume qui quitte la station Shell de Pissy pour réjoindre celle de Petrofa à Ouaga 2000 mais ils ne sont pas achevés. Il précise que les caniveaux vont continuer mais "nous n'avons pas d'argent", dit-il, avant d'ajouter qu'ensemble avec l'entreprise, ils verront comment poursuivre les travaux.

 

Un caniveau coûte plus cher qu'un goudron

 

Le maire de Ouagadougou relève que ce n'est pas un manque de volonté de réaliser des caniveaux mais plutôt de moyens. A ce sujet, il indique que pour toute la ville de Ouagadougou, le nombre de caniveaux réalisés est nettement insuffisant par rapport au nombre de routes existantes. Il fait savoir que le mètre linéaire de caniveau coûte 103 mille FCFA et demande à ce qu'on fasse un calcul, avant de conclure que les infrastructures qui permettent de drainer des eaux coûtent plus chères que la route. Par rapport aux inondations dans le quartier Kourittenga, ce sont 93 familles représentant 542 personnes qui ont été sinistrées. Ainsi, avec l'aide du ministère de l'Action sociale et de la Solidarité nationale et le CONASUR, des couvertures et des nattes ont été distribuées aux sinistrés qui ont été installés sur le site de la maison des jeunes et de la culture du secteur 16, après avoir transité dans des écoles retenues comme centres d'examens scolaires. La mairie, selon son premier responsable, a acheté 5 tonnes de vivres à distribuer aux familles et le ministère de l'Action sociale et de la Solidarité nationale a remis 60 sacs de maïs et 10 sacs de riz qui devaient servir à faire de la cuisine collective dès le mardi 27 mai dernier. Un conseiller municipal du secteur 19 de Boulmiougou a fait une précision sur le jeune décédé par suite de noyade le dimanche 25 mai dernier. Il est né le 17 août 1998 à Ouagadougou et c'est de retour de la messe que le courant d'eau de la pluie l'a emporté jusque-là où il a été retrouvé.

 

"La mairie n'a aucun centime dans le goudron de François Compaoré"

 

Le maire Simon Compaoré a saisi l'opportunité pour conduire les journalistes pour une visite guidée sur la nouvelle voie qui conduit au village de Boassa à quelques encablures du quartier Pissy. A ce niveau, il dira qu'il a fallu surélever pour faire la voie parce qu'il y a un lit du barrage et c'est une zone inondable. Maintenant, dit-il, il faut trouver une solution pour faire une excavation le long de la voie pour que l'eau ne puisse pas entrer dans les concessions.

Une question a été posée sur le bitume qui a été réalisé au niveau du domicile du conseiller à la présidence du Faso, François Compaoré. Simon Compaoré a tenu à préciser que ce n'est pas la mairie qui a décidé de bitumer cette voie. Il explique que c'est François Compaoré qui a adressé une demande à la mairie de Baskuy pour avoir une autorisation de bitumer cette voie. La mairie de Ouagadougou a été saisie et ses services techniques se sont penchés sur le dossier, avant que les travaux ne soient réalisés. "Il n'y a aucun centime de la mairie dedans", a insisté le maire Simon Compaoré, tout en faisant savoir que toute personne qui le souhaite peut entreprendre des travaux sur la voie publique mais doit auparavant adresser une demande pour que tout se fasse dans les règles de l'art.

 

Antoine BATTIONO

Le Pays du 29 mai 2008



28/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres