L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Attention à cette histoire de "gendarmes couchés"

Les Figas du jour du 4/09/2007

 

 Alerte

 

Réalisation de routes en terre à Pissy

Attention à cette histoire de "gendarmes couchés"

 

On a encore en mémoire le lancement officiel  du projet d'aménagement et de désenclavement des quartiers périphériques de Ouagadougou en date du 28 août 2007 à Pissy (secteur 17).

Avec celui-ci, 9 km 200 de route bitumée sont au programme tout comme il est question de 4 km 300 de route en terre sur l'avenue de la "Dignité". A propos de cette dernière réalisation, il y a lieu de se poser des questions.

Et pour cause...

Une voie de 4 km 300 en terre ne risque-t-elle pas de poser problème aux riverains qui vont devoir prendre toute la poussière engendrée par des usagers trop pressés ?

L'expérience de la voie de Pissy (route du bus) est encore dans les mémoires quand elle fut rendue carrossable. En effet, les usagers roulaient à des allures qui poussèrent les riverains à ériger, de manière anarchique, des ralentisseurs de vitesse (plus connus sous le nom de gendarmes couchés). Si fait que l'action des premiers responsables de l'arrondissement de Boulmiougou fut réduite à néant.

Avec cette opération qui vient d'être lancée pour une route en terre, on peut se demander si de malins ou mesquins citoyens ne risquent  pas de dégrader l'ouvrage de plus de 700 000 000 FCFA avec des trous en pleine chaussée ?

Il faut souhaiter que les responsables de l'arrondissement de Boulmiougou aient songé à cet aspect, car il serait dommage de mettre autant d'argent dans un tel projet s'il venait à être dégradé au lendemain de sa réalisation.

Nous n'avons pas eu accès au cahier de charges, mais nous osons croire qu'au sein de l'entreprise "ECHA" chargée de la réalisation de cette portion, on y a pensé. Attendons donc de voir, d'ici 5 mois, délai prévu pour la réalisation de l'ouvrage.

 

 

Vu !!!

L’exemple béninois de la propriété des rues

_La propriété de la ville de Ouaga est sans aucun doute à mettre au compte du dynamisme de son maire Simon Compaoré. Les femmes balayeuses de nos rues que l’on appelle affectueusement «les femmes de Simon» sont si célèbres que leur notoriété dépasse les frontières du pays. En témoigne le récent prix décroché aux pays des blancs.

A Cotonou au Bénin, le balayage de la ville est tout autre. En effet, dans le pays de Yayi Bony, en lieu et place des femmes, c’est un petit véhicule, une balayeuse qui fait le boulot (voir photo). Ça a l’air assez original et la voiturette est très admirable quand elle est à l’œuvre. Mais si la balayeuse béninoise présente des garanties sécuritaires (le conducteur est à l’abri d’inhalation de poussière, et même d’accident), il n’en demeure pas moins que son introduction au Burkina pourrait engendrer le chômage d'une partie des femmes de Simon ; à moins qu’elle soit utilisée spécialement sur certaines routes.

     Feed-back

 

Dans notre édition du jeudi 30 août 2007, un lecteur faisait cas d'un dépôt d'ordures à Nonsin au secteur 19. Après la jonction des chemins de fer, s'installe  un vide entre les rails en direction de Bobo et ceux en direction de Kaya. Cet espace est devenu le lieu de rejet de toutes les ordures.

Le jour même de la parution de l'article, la Direction de la propreté de la commune de Ouagadougou a procédé à l'enlèvement des ordures. Mieux, elle a implanté des panneaux d'interdiction et y a commis deux jeunes qui veillent jour et nuit sur le site pour que le spectacle décrit par le lecteur ne revoie plus le jour.

 

 

A la BNSP

 

Nous l'avons toujours mentionné dans nos écrits sous la même rubrique, il faut se méfier des eaux ruisselantes en saison pluvieuse et des aventures dans des cours d'eau dont on ignore les profondeurs.

Mais c'est comme si nous prêchions dans le désert, car depuis le début de l'hivernage, il ne se passe pas une semaine sans que les statistiques reçues des sapeurs-pompiers fassent cas de noyades.

En cette semaine du 27 août au 2 septembre 2007, la première compagnie de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers a encore enregistré trois (03) morts des suites de noyade.

Il y a eu en outre 10 interventions pour porter secours à des victimes d'inondations.

19 citoyens blessés ont bénéficié des services des soldats du feu, mais l'un d'eux est décédé.

20 personnes prises de malaises ont été conduites vers des centres de soins et on a dénombré 28 évacuations sanitaires.

Quant aux accidents de la circulation, la Brigade en a totalisé 124 pour secourir 157 victimes dont une est décédée.

46 cyclomotoristes ont eu des accrochages entre eux.

24 piétons ont été percutés par des engins à deux roues et 4 autres par des automobiles.

Pour avoir perdu l'équilibre de leur monture, 27 individus ont   goûté à la température du bitume.

Du côté de la Brigade, on nous apprend que les chutes libres sont en grand nombre à chaque fin du mois et l'alcool en serait pour quelque chose.

Il faut donc travailler à éviter ce genre de situations.

 

L’Observateur Paalga du 4 septembre 2007



04/09/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres