L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Banfora : Un voleur de portables au frais

Banfora 

Un voleur de portables au frais

 

Un voleur de téléphones portables a été appréhendé et conduit au commissariat central de police de Banfora le 9 juin 2007. Spécialisé, au regard des faits, dans les vols de téléphones portables avec effraction, ce dernier, en attendant des enquêtes plus poussées, semble avoir dépouillé plusieurs victimes dans la ville, grâce à sa stratégie : un déguisement féminin.

 

A l’aube de ce samedi 9 juin, ils sont nombreux, les habitants du secteur n°4 de Banfora, à être réveillés par des cris et d'autres appels au secours. La raison, un jeune homme était poursuivi, accusé qu’il était de vol. Pour avoir beaucoup couru, ils étaient nombreux, les poursuivants, à transpirer à grosses gouttes, malgré la fraîcheur matinale. Ce qui traduisait toute la détermination à cueillir le fuyard. En tout cas, à voir les ardeurs des uns et des autres, on comprenait tout de suite la gravité de l’acte commis.

En effet, le jeune homme qui a effectué une longue distance, escaladant plusieurs murs, n’a pas échappé à ses poursuivants, malgré tant d’efforts et de stratégies. Rattrapé, le fuyard sera copieusement battu à sang avant l’arrivée des forces de sécurité. Il sera sauvé par la présence d’un élément de sécurité en civil, qui, face à la furie des gens, demandera un téléphone portable afin d’appeler du renfort. Sorti dans la précipitation, cet agent n’obtiendra pas gain de cause au sein la foule. C'est le voleur même, visiblement pressé de bénéficier de secours, qui fouilla hâtivement dans sa poche, pour en sortir un téléphone portable qu'il tendit à l’agent, qui réussit à joindre la police. Celle-ci ne tarda pas à venir le chercher aux environs de 6h 20 du matin.

Sur les lieux, les langues n’avaient pas du mal à se délier sur les griefs portés contre le délinquant supposé. Les témoignages de victimes vous laisse perplexe. Comme cet homme qui a  juste eu le temps d’enfiler un débardeur pour se lancer à la poursuite du prétendu voleur. Selon lui, il se serait réveillé et aurait trouvé sa porte ouverte, et pas de trace de ses deux téléphones portables. L’auteur présumé du vol aurait poussé l’audace jusqu'à soulever une moustiquaire sous laquelle un couple dormait. Dans le même carré, plusieurs témoins disent avoir trouvé leurs portes forcées. Un autre, plus chanceux, dit que, par coïncidence, il dormait dans son salon quand l’on a commencé à forcer sa porte. Le forceur s’est enfui dès qu’il a senti sa présence. Toujours au chapitre des témoignages, un autre, avec un ton exagéré, mais qui traduisait  l’ampleur des pertes de portables, dira qu’il a fini de dérober tous les portables du secteur n°7, pour se rendre maintenant au secteur n°4.

Le 9 juin aux environs de 5h du matin, dit-on, le voleur supposé était en action quand il a été surpris. «Quand je l’ai vu, j’ai d’abord cru que c’était une femme», avoue un témoin. Selon ce dernier, «il portait une perruque, un soutien-gorge et un pagne». Quand il a crié pour alerter les voisins, le voleur, en escaladant le mur, aura son pagne arraché. Il réussira à s’en emparer de son pagne et à prendre ses jambes au cou. La promptitude des habitants et leur détermination ont eu raison du censé voleur, qui, acculé, a été  obligé de fuir à poils comme un ver.

Dans une cour, avant d’être appréhendé, il réussira non seulement à s’habiller, mais aussi à se débarrasser de son butin dans la fosse septique. Ainsi délesté de tout,  l’accusé niera les faits. Mais c’était sans compter avec la détermination des honnêtes citoyens, et les preuves trouvées. Car  des bonnes volontés ont réussi à retirer trois portables de la fausse septique, et une des victimes a "reconnu" ses deux portables. De plus, le pagne qu’il avait porté pour opérer a été retrouvé et reconnu par des témoins. La perruque avec laquelle il opérait aurait été abandonnée. Tous ces objets ont été amenés à la police.

La grande question est de savoir s’il opérait seul. A ce sujet, certains pensent qu’il doit y avoir des complices, car, avant d’être appréhendé, l’accusé aurait eu le temps de passer un appel.

Une chose est sûre : elles sont nombreuses à Banfora, les victimes qui auraient eu les téléphones portables emportés de la sorte. Comme dans le cas de cette dame, raconté par un témoin. Très tôt, au secteur n°7, cette «femme» déguisée avait fait irruption dans leur cour. Coïncidence, cette famille hébergeait une étrangère, et le chef de famille pensa que c’était cette dernière, avant de se rendre compte, trop tard, que c’était un voleur, lequel réussira à emporter le portable de madame. Le voleur, dit-on, n’aurait pas hésité à ramener la puce, qu’ils aurait retrouvée le lendemain dans la cour.

 

 

Luc Ouattara

L’Observateur Paalga du 11 juin 2007



11/06/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres