L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

«Blaise a tué plus que Sankara» : Crimes politiques au Burkina

Crimes politiques au Burkina

«Blaise a tué plus que Sankara»

 

Dans les lignes qui suivent, Joseph Ouédraogo, le président de la coordination de l’Union des partis sankaristes (UPS), réagit à l’écrit d’Enock Ghislain Wendenda Kafando, qui interpellait dans la presse Mariam Sankara sur le fait que son mari «a aussi fait des veuves». Pour Joseph Ouédraogo, Sankara n’est pas comptable de tous les crimes commis sous son régime alors que le pouvoir de Blaise Compaoré, sur une même période de quatre ans, a «tué» de très nombreux militaires et civils.

 

Suite à l'écrit d'Enock Ghislain Wendenda Kafando dans l'Observateur Paalga, interpellant Mariam Sankara sur les veuves que son mari a faites, l'Union des partis sankaristes (UPS) voudrait réagir sur des faits rapportés par l'auteur, lui qui ne porte pas les bienfaits de la Révolution dans son cœur.

L'écrit est truffé de propos qui ne résistent pas à la critique. Mais pour aller à l'essentiel, permettez-nous de dire ceci et il reste entendu que les faits non relevés ne rencontrent pas pour autant notre assentiment.

Pour qui roule  Enock Ghislain Wendenda Kafando qui, par ailleurs, n'a pas le courage d'écrire masque à terre ? Parlant de Mariam Sankara, qui n'a pas été empêchée de revenir au bercail, l'auteur se permet de douter fort, malgré l'écrit plus tôt d'Odile Sankara dans les journaux et relayé par Radio Savane FM, qui a parlé des tentatives du système pour empêcher la veuve Sankara de revenir au Faso. Et puis RFI, qui en a parlé se trouve à Paris tout comme l'Elysée, Matignon, ou le Quai d'Orsay. Là-bas, l'information est un droit et certainement que les propos du correspondant de RFI de Ouagadougou ont été corroborés par la station mondiale qui a approché les officiels français. Pourquoi  un tel  démenti de la part de Kafando, un quidam ?

Historiquement, l'auteur de l'écrit doit s'intéresser à la chose politique depuis peu de temps. Voilà pourquoi il y a des amalgames sur la responsabilité entière de Sankara seul dans la mort du lieutenant-colonel de gendarmerie Nézien  Badembié Pierre-Claver, qui serait, selon lui, le "1er cadavre politique" au Burkina.

Aussi loin  que puissent aller nos souvenirs, il y a des cadavres politiques depuis l'ère coloniale, à l'orée des indépendances et sous les différents régimes avant la RDP. Pour nous UPS, un cadavre politique est toute victime décédée par le fait de ses adversaires, par tout moyen, mais pas seulement celle abattue à l'arme de guerre. Renseignez-vous, on vous dira que chaque République a ses morts suspectes en politique parfois à l'insu du président.

 

Les mauvaises habitudes ont la vie dure

 

De plus, dire que Thomas Sankara était Premier ministre le 9 novembre 1982, lors de la mort  de Nézien est archifaux, car à cette date, c'était le Conseil provisoire de salut du peuple (CPSP), dont aucun membre n'était connu et plus tard ce sera le médecin-commandant Jean-Baptiste Ouédraogo. Le communiqué officiel lu à la télévision dit que "Le prisonnier (Lt-col Nézien Badembié) a été abattu lors de son transfèrement pour tentative d'évasion".

Kafando parle également de survivances de l'Etat d'exception en écrivant que "Les mauvaises habitudes ont la vie dure de sorte que nous continuons de traîner les survivances des Etats d'exception, particulièrement des années de braise révolutionnaire". C'est un jugement à la Ponce Pilate qui inculpe la Révolution et absout "les rescapés  de la Révolution mués en Rectificateurs". Et justement, parlant des crimes politiques sous le CNR, vous citez Nézien (pas vrai), Yorian, Guébré, les 7 conjurés de la Pentecôte et vous en oubliez en négligence pour les autres morts sous la même période comme le Cdt Amadou Sawadogo, Valentin Kinda, ou le Blanc abattu entre le Conseil et l'ENAM. Nous sankaristes assumons collégialement avec les Rectificateurs ce passif de la Révolution et pour moins de 15 morts en 4 ans vous avez applaudi la chute du CNR.

Alors que ceux qui ont pris le pouvoir le 15 octobre 1987 en 4 ans ont tué : 13 personnes au Conseil, 2 à Kamboinsin pour arriver au pouvoir, une vingtaine le 27 octobre 1987 à Koudougou, sans oublier les morts suspectes de Watamou Lamien, de Gaspard Somé, de Clément Oumarou Ouédraogo. Et entre-temps, le 19 septembre 1989, 5 militaires dont le Cdt Lingani, les Capt Zongo et Koudamba, soit près du triple dans le même laps de temps. Si pour moins que ça on a été balayé, quelle logique pour ceux qui ont tué plus par sadisme que par légitime défense et c'est toujours "leur soleil".

 

Pourquoi garder un régime qui a fait des centaines de morts ?

 

Et sans oublier les civils comme Guillaume Sessouma, Dabo Boukari, les lycéens de Garango, le scolaire de Boussé, Mamadou Koné à Banfora, les quatre brûlés de Sapouy, le vendeur de pneus mort à la DUMAS, les victimes de Balpouré, de Piéla et puis des hommes de Dieu comme le Père Célestino et Mor Alim et ceux morts dans l'anonymat par suite de "décès brutal" suspect à la fois aux yeux de la famille, des collègues et du personnel soignant. Ce sont aussi les morts de Blaise Compaoré, puisque vous, Kafando Ghislain, proclamiez que "Et puis après tout c'est quand même Thomas Sankara qui était le chef et il faut bien qu'on mette sur son  dos ce lourd passif au lieu de l'en absoudre à bon compte pour ne retenir que l'actif". Dans cette logique, les morts énumérés plus ceux morts de l'injustice, des privatisations les ayant rendus gavroches et qui sont morts dans le dénuement, plus ceux morts au Liberia, en Sierra Leone, en Côte d'Ivoire, au Tchad, au Togo, en Angola, etc. Comme ces morts se sont passées sous le règne de Blaise Compaoré, dans la logique de Kafando, que chacun porte sa croix. Vu le nombre des morts sous Blaise, il y a eu plus de morts que sous Sankara. Entre Compaoré et Sankara, qui préserve mieux la vie de ses concitoyens ? Et pourquoi garder un régime qui a fait des centaines de morts alors qu'on a applaudi la chute de celui qui n'a fait que 15 ?

Enfin, l'auteur de l'écrit, plus qu'électique, aurait aimé que Mariam Sankara approchât "en toute humilité ces femmes et ces enfants devenus veuves et orphelins quand (...) Thomas  était aux affaires". Pour effacée qu'elle fût sans Thomas, ce conseil est tout indiqué pour Chantal qui, pour un rien, est devant les caméras, ès qualité première Dame. Dites-lui de commencer à voir les orphelins, les veuves du régime de son mari, pendant qu'elle a encore le temps et les moyens pour aller à l'extérieur. Pour les orphelins et les veuves sous Sankara, nous sankaristes, nous nous en chargerons a posteriori.

Nous sentons que Kafando en a gros sur le cœur et peut-être que la "furie du CNR" a touché un de ses proches. Mais pourquoi pas d'autres ? Et ceux dits victimes de la Révolution ont été réhabilités en grande pompe.

Seulement, sur l'ensemble des sanctionnés sous la Révolution, si une instance impartiale doit siéger, 70% des sanctionnés sous la Révolution le demeureront pour faits établis. Peut-être que les 40% sanctionnés par abus seront du fait de Blaise et de ses hommes au moment où ils tissaient leur toile pour prendre la Révolution de l'intérieur. Là aussi, nous avons les faits encore frais dans nos mémoires. Qui a fait quoi et où et comment sous la RDP ? Kafando, ayez le dos large pour endosser à visage découvert vos propos.

 

Pour la Coordination

 

Le président

Joseph Ouédraogo

L’Observateur Paalga du 7 novembre 2007



06/11/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres