L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Bobo-Dioulasso : Une mauvaise nuit pour des prostituées

BOBO DIOULASSO

Une mauvaise nuit pour des prostituées

Dans la nuit du dimanche 15 avril 2007, des prostituées basées au quartier Colma, secteur 11 de Bobo Dioulasso ont subi la vindicte des populations riveraines qui n’en pouvaient plus de supporter leur pervertissement à proximité des lieux de culte. Des jeunes en colère ont volontairement incendié une maisonnette qui servait de « lieu de travail » à ces « femmes sur tabouret », dont la plupart, selon des témoins, étaient de nationalité ghanéenne. Une prostituée de plus de 60 ans était dans le lot. Matelas, produits de beauté, tabourets, et autres matériels de travail ont été réduits en cendres, en même temps que la palissade en paille qui entourait la maison. Mais les travailleuses du sexe n’ont subi la moindre brutalité de la part de leurs détracteurs. Elles auraient simplement été mises en demeure de plier bagages, ce à quoi elles ne s’étaient pas soumises après un certain nombre d’avertissements. Mais dès le lendemain de l’incident, les prostituées dites de nationalité ghanéenne auraient effectivement déguerpi avec ce qui leur restait comme bagages, à bord de taxis loués à cet effet. Des témoins que nous avons rencontrés sur les lieux ont justifié la nécessité du délogement de ces dames par la mitoyenneté de leur "maison de travail" avec des lieux de prière. Ces "chambres de passe" incinérées étaient en effet voisines de deux mosquées et d’une église. Toujours selon des témoignages recueillis sur place, la décision de saccager les locaux de ces travailleuses du sexe aurait été prise par un groupe de jeunes musulmans qui ont ensuite décidé de confier la suite de l’affaire à une pieuse musulmane du quartier. Et cette dernière qui a tenu à s’exprimer sous le couvert de l’anonymat a dit avoir prodigué des conseils aux prostituées avant de les orienter vers des structures d’ octroi de micro-crédits pour des activités génératrices de revenus. Mieux, deux d’entre elles auraient été islamisées et se seraient engagées à ne plus jamais pratiquer « le plus vieux métier du monde ».

Paul-Miki ROAMBA

Le Pays du 18 avril 2007



18/04/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres