L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

C’est parti pour une nouvelle alliance entre la Côte d’Ivoire et le Burkina

Côte d’Ivoire/Burkina

C’est parti pour une nouvelle alliance

Laurent Gbagbo est donc reparti hier pour Abidjan. Mais avant son départ, lui et son homologue burkinabè ont concrétisé ce qui s’apparente à une nouvelle alliance par la signature d’un traité d’amitié et de coopération.

Que ce soit lors du toast à son honneur le 27 juillet dernier ou au cours de son adresse aux députés le lendemain, le chef de l’Etat ivoirien aura été constant sur toute la ligne pendant cette visite officielle de 72 heures (27 - 29 juillet).

Il est venu pour dire officiellement merci au peuple burkinabè et à son président et leur assurer que 6 ans de crise ne peuvent pas rompre à jamais des relations séculaires qui lient la Côte d’Ivoire et le Burkina. "Je souhaite que l’axe Yamoussoukro-Ouagadougou soit le pivot de la coopération en Afrique de l’Ouest", a-t-il signifié il y a deux jours aux parlementaires burkinabè.

C’est donc un Laurent Gbagbo satisfait par les fruits qui ont tenu la promesse des fleurs de cette visite qui repart chez lui tout heureux. Qui ne l’aurait pas été ? 21 coups de canon, décoration, signature d’accord d’amitié et de coopération, visite privée à la résidence de Blaise Compaoré.

Un président burkinabè qui est tout aussi ragaillardi : d’abord parce que l’Accord politique global dont il est le maître d’œuvre tient la route ; ensuite il est conscient que le Burkina Faso a tout à gagner avec ce voisin, dont l’économie, jusqu’à une certaine période, pesait 40% dans la balance de l’ensemble de l’espace UEMOA.

Et véritablement on peut parler de nouvelle alliance, car à lire le traité d’amitié et de coopération et le communiqué conjoint (voir encadré), on ne peut plus en douter.

Du reste hier sur le coup de 17 h 30, avant de s’envoler pour Yamoussoukro, Laurent Gbagbo a déclaré au sujet du bilan de cette visite que : "Nos deux pays sont liés par l’histoire ancienne, mais par l’histoire récente... ; on vient de sortir d’une crise, Blaise en a été le Facilitateur, mais ce n’est pas un hasard, c’est à cause de l’histoire ancienne... et nous avons dit : plus jamais ça... ;

le fait de pouvoir nous réunir deux fois par an (article 12 du Traité) est une bonne chose... ; il y a aussi par exemple la question de l’autoroute de l’intégration" (Ndlr : dans 2 semaines en principe, le ministre Patrick Achi retrouvera son collègue burkinabè et le ministre des Finances pour en parler).

On peut retenir entre autres points importants du Traité que les deux pays s’engagent à améliorer le climat des affaires et des investissements, à favoriser la fluidité des échanges commerciaux, le transit des marchandises, la facilitation du droit d’établissement... sans oublier les rencontres ministérielles, sectorielles, etc. Avec cette visite, le nouveau paradigme relationnel est lancé. Reste à en attendre les retombées concrètes dans quelques années.

Signalons que, de Ouaga, Gbagbo va à "Yakro" d’où il ralliera Bouaké, aujourd’hui même, pour célébrer le premier anniversaire de la flamme de la paix. Le président du Faso, lui, ira également à Abidjan pour parrainer la sortie d’une promotion d’officiers, qui porte son nom.

Z. Dieudonné Zoungrana

L’Observateur Paalga du 30 juillet 2008



30/07/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres