L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Capitulation sans condition du Général Deby (Arche de Zoé)

Arche de Zoé

Capitulation sans condition du Général Deby

Sur les bords du fleuve Chari, les choses se sont donc passées comme prévues par Nicolas Sarkozy.

Depuis le lundi 31 mars, en effet, Idriss Deby n’a pu que confirmer ce que nous écrivions déjà (cf. notre Regard sur l’actualité du 29 février au 02 mars) : "Le maître de N’Djamena finira par prendre son plus beau stylo pour signer la grâce présidentielle en faveur de la bande à Breteau", condamnée en décembre dernier par la Cour criminelle de N’Djamena à huit ans de travaux forcés pour tentative d’exfiltration de 103 enfants vers la France.

Face à l’intransigeance du président français, qui promettait d’aller chercher ses compatriotes embastillés à N’Djamena, quoi qu’ils aient fait, la fermeté du général Deby n’aura duré que le temps d’essuyer des salves rebelles.

Car, se rappelle-t-on, il aurait suffi que l’ancienne puissance coloniale joueât la neutralité le 02 février pour qu’à jamais, le président tchadien, encerclé dans son palais, perdit le pouvoir et, peut-être aussi, la vie.

Le message était sans équivoque et Deby ne se fit donc pas prié pour laisser entrevoir, dès le 05 février, la possibilité d’une grâce présidentielle au profit des condamnés de l’Arche de Zoé, pour peu que la France en fasse la demande.

Dit à haute et intelligible voix à la faveur d’une escale du président Sarkozy en partance pour l’Afrique du Sud, cela ne pouvait que paraître comme le juste retour de l’ascenseur à son saint sauveur.

Sur les bords de la Seine, l’attente donc ne sera pas vaine et voilà le général Idriss Deby Itno signant sans la moindre condition le décret accordant sa grâce aux six condamnés français, incarcérés déjà dans l’Hexagone, où ils avaient été transférés deux jours après leur jugement, et où leur peine a été convertie en huit ans de prison.

En tout cas, c’est Paris qui se frotte les mains lorsque le Premier ministre François Fillon, martèle à l’envie qu’il est hors de question que le contribuable français paie les 6,3 millions d’euros que les condamnés doivent verser solidairement aux familles des 103 enfants, pour des erreurs que la France n’a pas commises.

Toutefois les graciés de cette fin mars n’ont pas encore fini avec la justice au regard de l’instruction menée à Paris contre eux pour "aide au séjour irrégulier de mineurs étrangers en France "et" escroquerie", mais c’est une cuisine interne française, et rien ne nous dit que la procédure aboutira. Les seuls perdants dans cette farce judiciaire ne sont que ces pauvres petits tchadiens, hier promis à la transhumance et dont les droits viennent aussi d’être sacrifiés sur le trône du Gal Deby, et bafoués par la patrie qu’on dit des droits de l’homme, la si douce et généreuse France.

Bernard Zangré

L’Observateur Paalga du 2 avril 2008



02/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres