L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Charles Néboua, maître à Laye (Premier marathon de l’Observateur)

Premier marathon de l’Observateur

Charles Néboua, maître à Laye

C’est incroyable ce qu’on a vécu le samedi 24 mai 2008 à l’occasion du marathon Ouaga-Laye, qui entrait dans le cadre du 35e anniversaire de l’Observateur. Les concurrents étaient nombreux, mais beaucoup ont perdu leurs illusions. Par contre, des téméraires sont allés jusqu’au bout et la bataille sur l’itinéraire a été à un moment impitoyable. Le maître à Laye est Charles Néboua, qui est arrivé en solitaire après avoir remonté la pente.

Depuis 5 heures, il y avait beaucoup de coureurs devant le siège de l’Observateur. Ceux qui sont entrés en possession de leurs dossards la veille de l’épreuve, au stade du 4-Août, sont venus retirer leurs tee-shirts. Le départ étant prévu pour 6 heures, il fallait gagner du temps. La bousculade ne manquait pas dans les rangs, puisque chacun tenait à être sur la ligne de départ.

Le nombre inattendu des coureurs (ils étaient plus de 300) a obligé la Ligue du centre d’athlétisme à renforcer son effectif. Au moment où l’aube se levait, la plupart des concurrents étaient satisfaits. On croyait que d’un moment à l’autre, ça allait finir, mais on continuait d’enregistrer des arrivées. C’est la fête et il ne faut écarter personne à moins que son nom ne figurât pas sur la liste. On prend tout le monde en compte si bien sûr les tee- shirts suffisent. Pendant que des membres de la Ligue s’affairaient à accélérer les choses, la fanfare de la garde nationale entretenait l’ambiance. Des invités étaient déjà là et parmi eux, le ministre des Sports et des Loisirs, Jean-Pierre Palm, le ministre de l’Emploi, Justin Koutaba, l’ambassadeur de l’Algérie au Burkina, Mohamed El Amine, le parrain de ce 35e anniversaire, Mahamoudou Ouédraogo, le directeur général de la SGBB, Patrick Delaille, et plusieurs personnalités amies du journal.

Les militaires font la différence

A 6h 10, on demande aux marathoniens d’être en place en prévision du départ. C’est à 6h 15 que le ministre Justin Koutaba, qui jouait le rôle de starter, a libéré les coureurs. On tourne à gauche de l’avenue de la Grande mosquée avant de se retrouver sur celle de Woayandé Ilboudo, qui mène à la station Horizon FM. Ceux qui voulaient seulement réveiller leurs muscles ne vont pas loin.

Les coureurs, qui n’étaient pas venus pour plaisanter, se retrouvent en si peu de temps sur l’avenue Kwamé- N’Krumah. La route est droite et mène vers l’Aéroport international de Ouagadougou. Des marathoniens sont encore nombreux et chacun court selon son rythme. On n’a pas oublié que le circuit est de 42 km, 195 mètres. La clémence du temps encourage tous ceux qui veulent arriver à Laye. Après le dernier feu tricolore de cette grande avenue, on a tourné à droite.

C’est l’avenue de l’aéroport. Il n’y a pas de fait marquant pour le moment. Laissons ceux qui ont commencé à sortir la langue pour nous intéresser à des coureurs qui se sont détachés. A la hauteur du château d’eau de Kamsonghin, ils sont au nombre de treize, tous des militaires. A les voir courir, on sent en eux une certaine détermination. Derrière, huit coureurs tentent de faire la jonction. Les hommes de tête poursuivent leurs efforts et creusent de plus en plus l’écart. Ils arriveront sans être inquiétés vers l’église de Kolog-Naaba, où le premier ravitaillement a commencé.

A 6h 45, on est sur le pont de Baskuy. Aux abords de la route, des vendeuses applaudissent les coureurs. L’allure est rapide et d’autres n’arrivent pas à suivre le rythme. Au niveau de la station Shell, six marathoniens lâchent prise. Les sept autres (Charles Néboua, Oumar Coulibaly, Karafa Coulibaly, Moumouni Bangré, Frédéric Bakahwon, Emile Zangré et Casimir Kaboré), tous des militaires, en profitent pour accélérer. Peu de temps après, le petit groupe s’étire. Oumar Coulibaly est aux avant-postes. Pendant un bon moment, il fait cavalier seul et traverse village sur village. Ses compagnons d’armes sont distancés. Avant le village de Sabtenga, il est toujours seul. Derrière, aucun de ses concurrents n’est visible. On pense qu’il touche au but et que la Kaizer Crystal de Watam l’attend à Laye. Mais on le verra un moment s’arrêter, puis marcher pour récupérer.

On est à 18 km de la localité où chaque vendredi, Passek Taalé écrit une lettre à Wambi. Malgré la fatigue, on se disait qu’Oumar Coulibaly ne baisserait pas les bras. Tous les regards étaient braqués sur lui quand subitement un coureur a commencé à pointer le nez. Il s’agit de Charles Néboua, qu’on avait laissé après le poste de péage. Après avoir couru comme un lièvre, il est venu dépasser Oumar au grand étonnement de tout le monde. Incroyable mais vrai. Au lieu d’essayer d’attaquer, celui-ci continue de s’arrêter. N’écoutant que son courage, Charles avale des kilomètres et des kilomètres. Il est à trois bornes de Laye alors qu’Oumar Coulibaly est à 23 minutes. Les jeux sont faits et Néboua va le confirmer en franchissant en solitaire la ligne d’arrivée sous les applaudissements. Le maître à Laye, c’est lui. Sergent et moniteur de sport à l’Ecole nationale de la gendarmerie de Bobo, ce vieux routier, qui a participé à quatre marathons, a fait parler l’expérience. C’est tout simplement impressionnant ce qu’il a fait sur le parcours.

Justin Daboné

L’Observateur Paalga du 26 mai 2008

Les prix

1er : Charles Néboua : 2 h 59’ 48’’ (une Kaizer Crystal de Watam et 150 000 FCFA)

2e : Anatole Gouba : 3 h 04’ 51’’ (250 000 FCFA)

3e : Karfa Coulibaly : 3 h 11’ 42’’(150 000 FCFA)

4e : Emile Zangré : 3 h 13’ 38’’ (100 000 FCFA)

5e : Fréderic Bakawo : 3 h 13’46 (50 000 FCFA)

6e : Moumouni Bangré : 3 h 15’ 50’’ (25 000 FCFA)

7e : Casmir Ouédraogo : 3 h 16’ 04’’ (25 000 FCF)

8e : Oumar Coulibaly (3h 23” 03’’ (25 000 FCFA)

9e : Philippe Kafando (3 h 25’ 03’’ (25 000 FCFA)

10e : Rasmané Zongo (3 h 28’53’’ (25 000 FCFA

Outre les prix officiels, le vainqueur a reçu de la SGBB 150 000 FCFA et une télé offerte par Watam. Quant au deuxième, il s’est vu attribuer 100 000 FCFA par la SGBB. Le troisième, lui, a reçu 50 000 FCFA par la SGBB.



26/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres