L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Conseil municipal de Banfora : La dissolution évitée de justesse

Conseil municipal de Banfora

La dissolution  évitée de justesse

             

 Les membres du Cadre provincial de concertation et de dialogue (CPCD), créé le 3 juillet dernier par arrêté n°2007-022/RCAS/GVT/CAB du gouverneur de la région des Cascades, Issouf Rouamba, ont fait la restitution de leurs travaux aux autorités le 13 juillet 2007. Le CPCD, fort heureusement, a abouti à cette conclusion : les conseillers ont accepté de combler la crise et devront siéger le 18 juillet prochain, à l’occasion d’une session extraordinaire convoquée à cet effet. C’est un ouf de soulagement dans la cité du paysan noir, en tout cas en attendant la mise en œuvre des accords.

 

Ainsi donc, la dissolution du conseil municipal de Banfora, qui constituait une hantise, pourrait être évitée. Le Cadre de concertation, qui avait 10 jours pour remplir sa mission, qui consistait à ramener les protagonistes de la scène politique de Banfora au conseil municipal, bloqué depuis le 18 juin dernier, n’a pas véritablement surpris en faisant sa restitution une semaine après,  dans la salle de la direction régionale de l’économie et du développement, qui a servi de cadre à la rencontre. La «rapidité» de la restitution, avant même le délai prévu  du 17 juillet 2007, laisse percevoir que les brèches n’ont pas été mal colmatées pour arriver à un accord entre les belligérants. Le contraire aurait nécessité de longs conciliabules. D'ailleurs, la disposition des belligérants dans la salle était révélatrice d’un dénouement heureux de la crise politique du conseil municipal : les représentants des deux (2) partis, le CDP et le RDB, qui étaient très distants à l’installation  du CPCD le 6 juillet, étaient assis côte à côte ce 13 juillet et étaient très détendus.

Lecture  du compte rendu du rapport et des propositions de sortie de crise par l’évêque de Banfora, Lucas  K. Sanou, président du CPCD, lecture des recommandations et remerciements, intervention du gouverneur des Cascades, prière de bénédictions, voilà le menu de cette rencontre de restitution. On retiendra surtout que la stratégie adoptée par le CPCD, et qui a consisté à rencontrer les partis politiques, a permis que des propositions de sortie de crise en plusieurs volets soient faites. Il s’agit de propositions en 7 points à l’intention des autorités dans l’optique d’améliorer la scène politique, de propositions à l’intention des partis politiques dans le but d’arriver à leur faire accepter les règles du jeu politique, tout en prônant la bonne gouvernance et le respect de l’intégrité des acteurs politiques, et enfin, de propositions en 6 points, adressées aux conseillers municipaux pour les inciter à la bonne collaboration et à la compréhension mutuelle pour honorer leurs engagements vis-à-vis de la population.

«Ils ont tous accueilli favorablement l’ensemble des propositions», indique le rapport. A la question de savoir si, au regard de ces propositions, ils sont prêts à reprendre les sessions, «chaque parti politique a marqué son accord et s'est dit prêt à travailler pour le développement de la cité de Banfora», poursuit le rapport. Aussi, pour concrétiser cet accord, la date du 18 juillet a été proposée pour la tenue d’une session extraordinaire du conseil. Les membres du CPCD devront y participer en vue d’un compte rendu de l’ensemble des propositions à tous les conseillers municipaux.

Le souci des membres du cadre provincial, c’est que cet accord verbal soit aussi celui du cœur, et ils entendent se donner 6 mois pour suivre l’application des propositions. Le CPCD ne s’est pas arrêté en si bon chemin, et une motion contre le nomadisme politique ainsi qu'une recommandation sur la formation des conseillers municipaux ont été adoptées. Les membres du CPCD, à travers une observation générale, demandent que le président du conseil municipal soit au-dessus de la mêlée. Le nomadisme politique est une trahison de la confiance des électeurs, estiment les membres du cadre de concertation.

 La population a voté un programme, et le CPCD a demandé fortement au conseil la poursuite de l’exécution de ce programme jusqu’au terme du mandat. Il est, par ailleurs, demandé aux autorités de prendre les dispositions nécessaires afin que l’enquête sur la gestion du lotissement et du jumelage se poursuive normalement et que les conclusions soient portées à la connaissance de la population, ce qui dissiperait les suspicions.

Du président du CPCD aux représentants des partis politiques en passant par le gouverneur des Cascades, tous ont paraphé les documents. Le gouverneur s’est réjoui des conclusions des travaux, marqués par cette réussite à renouer le fil du dialogue entre les protagonistes de la crise, ce qui restera historique. Il avertira «que le plus dur commence maintenant», chacun ayant pris des engagements qu’il faudra tenir.

 De son côté, l’évêque de Banfora, qui reconnaît que les premiers contacts ont montré qu’il y avait une crise profonde entre les deux partis, reste confiant. «Je crois que c’est définitivement fini», dira, pour sa part, le représentant du RDB,  Salif Barro. Tout le monde doit faire attention aux «on dit», a dit ce dernier. Le CDP, pour sa part, a choisi de s’abstenir de toute déclaration.

 

Luc Ouattara

L’Observateur Paalga du 16 juillet 2007



16/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres