L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Cours d’histoire sur un devoir de mémoire

A.G. des anciens combattants, anciens militaires…

Cours d’histoire sur un devoir de mémoire

 

L’Association unique des anciens combattants, anciens militaires, veuves, orphelins et victimes de guerre (AUACAMVOVG) tient les 21 et 22 août 2007 son assemblée générale au Mess des sous-officiers sur le bilan de la vie de la structure et pour un renouvellement de la structure dirigeante. Hier matin, à l’ouverture des travaux, le président de l’association, Mamadou Sanfo a, à l’occasion, fait un cours d’histoire sur ceux qu’on appelle «Les tirailleurs sénégalais» qui méritent un devoir de mémoire.

 

Bien que l’association existe depuis 1946, elle continue de traîner des difficultés de tout genre dont certaines sont devenues récurrentes. En effet, il suffit de se référer aux doléances répertoriées lors de l’A.G. du 12 au 14 mai 2005 pour se rendre à l’évidence que les choses évoluent au pas de caméléon. L’intendant militaire de 2e classe, Mamadou Sanfo, à la tête de l’AUACAMVOVG est revenu cette année encore sur certaines préoccupations à savoir : le manque de moyens de transport, de bureautique, de personnel et le besoin de la restauration de la Maison du combattant. Tout cela aura comme effet, a-t-il dit, de faciliter le lancement du Fonds de solidarité.

Cette assemblée générale à laquelle participent 145 délégués venus de l’ensemble des provinces de notre pays, examinera le bilan des activités de l’association qui compte plus de 2000 membres, avant de procéder à la mise en place d’un nouveau bureau national.

Dans son discours, Mamadou Sanfo s’est réjoui de la jonction établie entre la commémoration de la journée du Tirailleur sénégalais célébrée le 23 août et la présente rencontre. Et de se livrer à un cours d’histoire sur les sacrifices du tirailleur partout dans le monde. «Qui sont donc ces tirailleurs ? C’est ceux-là qui ont abandonné nos terres pour s’embarquer pour l’Amérique latine pour se battre pour la liberté du Mexique, aux Caraïbes, en Haïti pour lutter pour son indépendance, en Asie du Sud et du Sud-Est. Ce sont ceux-là qui sont restés dans les flots, dans les monts et autres lieux livrant bataille aux Nazis, aux Russes. Ceux-là qui ont servi de mulets en Hollande pour tirer des pièces d’artillerie, qui ont combattu en Libye aux côtés des Français, en Sardaigne, en Italie et en France à travers les débarquements pour sa libération. C’est toujours ceux-là, qui ont soutenu des expéditions françaises en Indochine, en Algérie, etc. Et c’est enfin, ceux-là qui, en 1974 et 1985, ont combattu lors des deux guerres pour la liberté du peuple burkinabè», a lâché Mamadou Sanfo, avant d’ajouter qu’un devoir de mémoire, un devoir social s’imposent à l’endroit de ces personnes, pourtant restées dans l’esprit de la misère. Il a indiqué que sur 1,5 milliard d’Euros promis par la France dans le cadre du dossier sur la décristallisation des pensions des tirailleurs sénégalais, 72 millions ont jusque-là été débloqués. «Nous continuons le combat avec des associations françaises mais nous ne pourrons pas y parvenir sans le soutien de nos autorités, de nos cadets». Il a également émis le vœu que le 23 août soit une journée de respect et de considération à l’endroit de tous ceux qui sont encore vivants.

Quant au représentant du ministre de la Défense, le colonel Augustin P. Zongo, conseiller technique, il a noté le regain de dynamisme de l’AUACAMVOVG, tout en relevant que le premier responsable du département, sensible aux doléances des membres de la structure, n’hésitera pas à trouver des solutions idoines en fonction des moyens disponibles. S’agissant de la commémoration de la journée du Tirailleur, il a fait observer que celle-ci est impérative pour le ministère de la Défense. En plus de la «Semaine du cinéma contre l’oubli» qui consistera à une série de projections d’œuvres cinématographiques sur les tirailleurs, cette journée sera marquée le jeudi 23 août 2007 par un dépôt de gerbes de fleurs au Monument des martyrs, à la Place de la nation ; une exposition d’objets divers des anciens combattants du 22 au 26 août au Centre culturel des armées (face à l’ex-Economat de l’Armée) ; une table ronde le samedi 25 août à 9 heures au CBC sur l’utilisation et l’image de tirailleurs et sur la question de la cristallisation, de la décristallisation et leurs effets...

 

Cyr Payim Ouédraogo

L’Observateur Paalga du 22 août 2007



22/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres