L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

De zéro à plus l'infini

Ouédraogo Florent, étudiant en mathématiques

De zéro à plus l'infini

 

Aux âmes bien nées, la valeur n'attend pas le nombre des années. Ce dicton s'appliquerait-il  à Florent Ouédraogo, jeune étudiant en 2e année de mathématiques physique-chimie à l'université de Ouagadougou ? Après deux ans d'université, il s'essaye déjà à la recherche qui l'aurait conduit à des découvertes qu'il veut éprouver grâce à la lumière des chercheurs attitrés. Avant d'en arriver là, c'est la note de 00/20 qui a réveillé le potentiel qui dormait en lui. Dans l'entretien qu'il nous a accordé, il nous parle de ses théorèmes et des résultats auxquels il aurait abouti. Un entretien qui ne peut pas laisser indifférents les mathématiciens et les littéraires, même s'il peut paraître complexe pour les seconds.

 

Présentez-vous à nos lecteurs.

 

• Je m'appelle Ouédraogo Florent, étudiant en 2e année de mathématiques physique-chimie (MP) à l'université de Ouagadougou. Je suis né à Kongoussi, plus précisément à Pouni en 1983.  Je n'ai pas le niveau de chercheur, mais j'ai fait des recherches qui m'ont amené à découvrir une série que les mathématiques appellent "la série harmonique", à laquelle personne n'a pu trouver une somme exacte jusqu'à nos jours sauf la somme approximative d'Euler. J'ai trouvé une somme exacte en calculant la limite d'une expression mathématique et une somme approximative qui se calcule directement.

 

Avant d'en arriver à cette recherche, pouvez-vous nous raconter l'histoire d'amour qui vous a lié aux mathématiques, un domaine tant redouté par bien de personnes ?

 

• Je vais vous raconter une anecdote. En 1998-1999, je faisais la classe de 6e. Cette année-là, suite au drame de Sapouy, notre établissement (le lycée Dimdolobsom) était en grève. Je me suis laissé entraîner par le mouvement si bien que je n'apprenais plus mes leçons. Lors d'un devoir de mathématiques, je n'ai pas eu d'autre choix que de tricher. Malheureusement, j'ai été dénoncé par mon voisin et sanctionné par la note de 0/20. Je n'ai pas digéré cette humiliation et je n'ai plus dormi pour les mathématiques. Les résultats ont suivi. En 4e par exemple, j'ai eu 20/20 de moyenne annuelle dans cette matière. Si on  m'avait octroyé "des plus", dont les autres élèves ont bénéficié, j'aurais eu 21,25/20. Mon ancien professeur, Konseiga Nestor, peut en témoigner.

 

Par fierté donc, vous avez aimé cette matière, mais est-ce que votre niveau d'étudiant de 2e année suffit pour entamer des recherches ?

 

• La deuxième année ne suffit pas pour faire des recherches, il faut au moins le DEA. Mais en toutes choses, il y a des exceptions, je ne savais pas que mes recherches allaient me conduire jusqu'à une série de mathématiques aussi complexe, qu'est la série harmonique.

 

Au fait, qu'est-ce que la série harmonique pour nous autres profanes ?

 

• La série harmonique est l'expression mathématique qui s'écrit de la façon suivante :

1  +    1    +    1     +....+  1  +  1

n      n -1     n-2         2      1

 

Qu'est-ce que vous avez découvert dans vos recherches ?

 

• J'ai découvert la somme de la série harmonique, un théorème sur les nombres premiers et une famille de suite que j'ai nommée "suite ascarique" vue leur forme. S'agissant du théorème, la démonstration prend 102 pages d'un cahier de grand format. Ce théorème est le suivant : "si x, m et a sont tous des entiers naturels et si a est un nombre premier strictement plus grand que x, le nombre des combinaisons des x + am  éléments x à x ôtés de 1 est un nombre divisible par am".

Pour un exemple de suite "ascarique", on peut donner :

1 (n+1) + 2 (n) + 3 (n-1) + .... + (n-1). 3+ (n). 2 + (n+1).

1 = (n+3) (n+2) (n+1)

                6

 

Quelles applications pratiques peut-on tirer de cette découverte ?

 

• Dans la pratique, il faut reconnaître avec Henri Poincarré que "la science a eu de merveilleuses applications, mais la science qui n'aurait en vue que les applications ne serait plus de la science, elle ne serait plus que de la cuisine". C'est pour dire que je ne m'attends pas à une application immédiate de cette découverte.

 

Parmi les mathématiciens de renom, quel est ton modèle ?

 

• Il faut dire que j'admire les mathématiciens de première classe comme Thalès et Pythagore, mais je veux ressembler à Wilson, qui a donné un théorème sur les nombres premiers ainsi qu'à Pierre de Fernand, qui a aussi construit un petit théorème en la matière.

 

Comment les professeurs te jugent dans ta casquette de chercheur ?

 

• Tous ne se donnent pas la peine pour l'instant de se pencher sur mon travail. Toutefois, certains, à l'image de Somé Longin, m'apprécient et m'encouragent. Ce qui me donne plus de force dans mes recherches. Je voudrais solliciter l'encadrement et le soutien de tous les professeurs et d'autres chercheurs. Je demande aussi l'accompagnement du ministère des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique ainsi que celui des autorités universitaires.

Tous ceux qui s'intéressent aux mathématiques,  peuvent me contacter pour vérifier ce à quoi j'ai abouti et apporter leurs critiques.

 

Propos recueillis par

Abou Karim Sawadogo

L’Observateur Paalga du 3 octobre 2007



03/10/2007
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres