L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Culture du coton : Des producteurs de Bakata jettent l'éponge

Campagne cotonnière 2007-2008

Des producteurs de Bakata jettent l'éponge

Face à la baisse du prix du kg de coton et à la hausse du coût des intrants, agricoles des contonculteurs de Bakata ont fait savoir à une délégation de la Société burkinabè des fibres et textiles (SOFITEX) le 18 mai 2007, leur décision d'arrêter la culture de l'or blanc, de réduire leur surface de production.

 

"Venez reprendre vos engrais et semences. Nous n'en voulons plus". Ces propos expriment le ras-le-bol d'un Groupement de producteurs de coton (GPC) du département de Bakata dans la province du Ziro. Et ce, faisant suite à l'annonce de la baisse du prix d'achat producteur du coton et à l'augmentation du coût des intrants agricoles pour la présente campagne. Le 18 mai 2007 à Bakata, certains cotonculteurs ont estimé qu'ils ne pouvaient plus continuer à produire du coton dans de telles conditions. Des discussions, il est ressorti que la campagne écoulée a été difficile pour les producteurs et cela pour plusieurs raisons : la longue saison des pluies a détruit une partie de la production; l'évacuation du coton et le paiement des producteurs ont accusé du retard. Les contonculteurs qui comptaient sur cet argent pour se marier, s'acheter des motos, organiser des funérailles ou pour se rendre à La Mecque, ont été désabusés. A ces motifs de découragement s'ajoute pour la présente campagne, la baisse du prix du kg de coton. La crise du coton bat son plein au Burkina Faso. Que faire ? La SOFITEX est consciente des difficultés que vivent les cotonculteurs. D'où l'organisation de missions à travers le pays pour échanger avec les producteurs de coton afin de trouver des solutions pour faire face à la mauvaise passe : "Nous sommes venus pour instaurer un dialogue direct avec vous. Nous sommes des partenaires et donc, nous devons rester unis face à la crise", a dit d'entrée, Innocent Yago, inspecteur à la SOFITEX et chef de la mission du jour. A Bakata, la nouvelle de la baisse du prix du kg de coton et de la hausse du prix des intrants a été dans l'ensemble mal accueillie. Du coup, on a vu se former deux groupes de producteurs. Le premier regroupant ceux qui ont décidé d'arrêter la culture du coton. Le deuxième camp constitué de ceux qui veulent poursuivre tout en réduisant leurs superficies afin de minimiser les charges. A ces derniers, les agents de la SOFITEX ont prodigué des conseils pour une bonne productivité : "je préfère de loin celui qui produit 4 tonnes sur 2 hectares à celui qui produit 4 tonnes sur 4 hectares". La SOFITEX souhaite que la réduction des superficies n'entraîne pas une réduction de la production. L'objectif pour la présente campagne est de produire de 600 000 tonnes de coton. Pour y arriver, il va falloir que les producteurs respectent scrupuleusement les consignes de production. Un appel a été lancé pour un recours à la fumure organique afin de réduire la dépendance vis-à-vis des engrais chimiques plus coûteux. Aussi, la SOFITEX est convaincue que l'introduction de la culture du coton OGM à grande échelle sera bénéfique aux producteurs. La culture du coton OGM est moins exigeante en termes de traitement chimique. Pour M. Yago de la SOFITEX, la situation est grave certes mais elle n'est pas désespérée. La recapitalisation de la société par un apport de 34,4 milliards de francs CFA, les négociations pour la suppression de la TVA sur les frais de transport du coton, la caution de 50 milliards de F CFA que l'Etat va souscrire auprès des différentes banques sont autant de pistes de solutions qui augurent de lendemains meilleurs pour la culture du coton.

Rabankhi Abou-Bâkr ZIDA

Sidwaya du 22 mai 2007

Les acteurs apprecient

 

Tedi Gérard Banao, secrétaire de l'Union départementale des producteurs de coton de Bakata : "A Bakata, les populations se sont investies dans la production du coton. Cela se manifeste à travers l'augmentation des superficies, des rendements, etc. Le côté déplorable est que la SOFITEX ne respecte pas ses engagements : les délais de paiement, les délais d'évacuation des productions, etc. Pour le cas de Bakata, à peine les premières pluies tombées que la zone devient inaccessible. L'évacuation du coton devient donc difficile.

Pour la présente campagne, la baisse du prix du coton et la hausse du prix des intrants ont découragé plus d'un producteur. Certains ont même pris la décision de ne plus produire du coton. Parmi eux, il y a des semeurs de troubles qui ne sont pourtant pas de grands producteurs. Nous allons au niveau de l'Union, initier une campagne de sensibilisation sur la crise du coton. C'est une situation ponctuelle car des solutions sont en train d'être recherchées. La culture du coton a fait du bien à notre zone. Des producteurs ont pu se construire des maisons, acheter des motos. Les producteurs se sont également organisées pour la construction d'infrastructures telles que les logements des enseignants, le CSPS... En toute franchise, arrêter la culture du coton à Bakata ne peut qu'avoir des répercussions néfastes".

Innocent Yago, inspecteur à la SOFITEX : "L'option prise par certains cotonculteurs de ne plus produire du coton constitue une forte déception pour nous. Nous avons dans nos projets, prévu d'installer une usine dans la région. Cette infrastructure à terme, permettra d'atténuer les difficultés de production et de commercialisation du coton. Malgré les déceptions manifestées par les producteurs, nous allons poursuivre la sensibilisation, l'information des producteurs. Nous irons de porte en porte s'il le faut.

Nous allons tout mettre en œuvre pour maintenir et développer la production du coton. La culture du coton est un moyen de lutte contre la pauvreté. La zone de Bakata est une zone importante pour la SOFITEX, le département de Bakata seul est à une production d'environ 6000 tonnes. A cela s'ajoutent celles de Dalo et Bouyoua etc. Cela donne un total d'environ 7000 tonnes. La production peut toujours s'accroître compte tenu des potentialités de la zone. Pour cette campagne, l'objectif de la SOFITEX c'est de produire 600 000 tonnes. Et c'est possible. Il suffit pour cela que les producteurs utilisent la fumure organique afin de minimiser la hausse du prix des intrants. En améliorant leur rendement à l'hectare, ils ne sentiront pas la baisse du prix du coton. Nous sommes de cœur avec les producteurs. La crise actuelle est momentanée. Nous allons rebondir".

Propos receuillis par RAZ

Sidwaya du 22 mai 2007



23/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres