L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Vérifier si l’Etat malade prend bien ses médicaments

Sécurité dans la zone CEDEAO

 

Vérifier si l’Etat malade prend bien ses médicaments

 

Le Conseil de médiation et de sécurité de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est réuni hier à l’hôtel Sofitel Ouaga 2000. Pendant une journée, les membres de cette structure devraient passer en revue la situation des pays en guerre et ceux en postconflit.

 

Lancé officiellement en 2000 à Monrovia, le Conseil de médiation et de sécurité a pour mission de prendre, au nom de la Communauté, les mesures urgentes que pourraient requérir les situations de crise et met en œuvre les politiques de prévention, de gestion, de règlement des conflits, de maintien de la paix et de la sécurité. Il autorise toutes les formes d’intervention, y compris le déploiement des missions politiques et militaires. Il se compose de neuf Etats membres dont sept élus pour deux ans par la Conférence ; l’État qui exerce la présidence de l’organisation et son prédécesseur étant membres de droit. Il peut délibérer aux niveaux des ambassadeurs, de la réunion des ministres des Affaires étrangères, de la Défense et de l’Intérieur, aussi bien qu’au niveau de la réunion au sommet des chefs d’État membres du Conseil. 

La rencontre, qui a débuté aux environs de neuf heures hier matin, avait pour principaux invités les ministres des Affaires étrangères des pays membres. Et à la cérémonie d’ouverture présidée par le président du Conseil, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération régionale du pays hôte, il a été précisé l’ordre du jour de ces retrouvailles périodiques. Promesse a été faite de mettre un accent particulier sur la situation sécuritaire des pays suivants : Côte d’Ivoire, Liberia, Guinée-Bissau, Sierra Leone, Togo, Guinée. D’autres mémorandums seront également mis sur la table de discussions. Il y a, entre autres, les recommandations de la retraite du Comité des chefs d’état-major, la retraite du Conseil des sages, des bureaux de zone et des communautés de la paix, le mémorandum sur les activités de la CEDEAO contre la traite des personnes dans la sous-région. 

Avant le début des travaux à huis clos, deux personnalités ont pris la parole. Il s’agissait du président du Conseil de la structure (le ministre Djibril Bassolet) et de celui de la commission de la CEDEAO (Dr Ibn Chambas). Ils ont tous fait remarquer que la situation sécuritaire est assez bonne dans l’espace communautaire, même s’il y a souvent une impression de blocage dans les tentatives de résolution de certaines crises.

Issa K. Barry

L’Observateur Paalga du 14 novembre 2007



14/11/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres