L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

De la kalach à Pô au samsa à Niamey (Ex-sergent-chef Youmali Issouf Lompo)

Ex-sergent-chef Youmali Issouf Lompo

De la kalach à Pô au samsa à Niamey

Un homme de 52 ans qui prépare et vend des beignets au bord de la route. La scène se déroule à Niamey et ne pouvait qu'intriguer un Burkinabè, comme moi, de passage dans la capitale nigérienne. Ma surprise a été encore plus grande lorsque je me suis rendu compte que ce « cuisinier » est non seulement un compatriote mais aussi un ancien commando de Pô, qui a fui le Burkina suite au coup d'Etat qui a renversé le capitaine Thomas Sankara en octobre 87...

....A son « usine », située près du stade Seyni-Kountché sur le boulevard Zarmanganda en face du Village chinois, l'ex-sergent-chef de l'armée burkinabè, Youmali Issouf Lompo, puisque c'est de lui qu'il s'agit, s'est confié à moi dans cet entretien en levant le voile sur des pans entiers de sa vie.

Vu du Burkina, votre pays d'origine, on peut dire que vous faites là un travail bien atypique. Avez-vous toujours fait ce boulot depuis que vous êtes établi au Niger ?

• Je dois préciser que j'ai d'abord travaillé comme imprimeur à l'imprimerie Al-Barka à Niamey entre 91 et 94. Puis, j'ai été temporairement avec des Américains durant deux ans. C'est après cela qu'un coopérant français m'a engagé comme cuisinier. J'ai passé trois ans avec lui. Quand il est rentré en France, je me suis retrouvé au chômage. J'ai alors commencé le jardinage pour pouvoir nourrir ma famille. Je cultivais des carottes, des choux, de la salade, etc. Mais, entre-temps, il y avait mévente au jardin et j'ai été obligé de venir m'établir au bord des grandes avenues pour essayer d'écouler moi-même mes produits.

Donc vous avez été aussi vendeur de salade ?

• Tout à fait. C'est d'ailleurs là qu'un garde républicain m'a suggéré de préparer ma salade avant de la vendre. Il m'a donné 5000 F pour que je puisse commencer mon affaire. Quand la période propice à la culture de la salade est passée, j'ai commencé à faire des frites de pomme de terre et d'igname. Comme ça marchait bien, j'ai donc varié avec les beignets de farine de haricot (samsa) et de farine de blé (bourmassa).

Quelle est votre situation matrimoniale ?

• Je suis marié à une femme haoussa et suis père de six enfants. Ils vont tous à l'école sauf l'aîné, qui a quitté les bancs et est maintenant taximan au Ghana.

Que fait votre femme dans la vie ?

• Elle fait du petit commerce en vendant des cacahouètes. Parfois elle prépare du riz pour le vendre au bord de la route.

Votre épouse pense quoi de votre boulot ?

• Elle est très fière de moi et me soutient. Elle me dit qu'il n'y a pas de sot métier à part le vol.

Et vos enfants, qu'est-ce qu'eux pensent de votre boulot ?

• Voici mes enfants [il me les montre]. Ils sont fiers de moi, car ils savent que c'est le fruit de ce travail qui les nourrit. On travaille en tandem : ils m'aident, en transportant les ustensiles de cuisine, l'eau et le bois de chauffe. Ils font aussi ma vaisselle quand ils ne vont pas à l'école.

Quelle est la composition de votre clientèle ?

• Sans distinction, hommes, femmes, jeunes et enfants, tous achètent mes friandises. Mais mes clients sont surtout des agents du ministère de la Jeunesse et les habitants du quartier Plateau.

Quand un client vient pour la première fois, est-ce que vous ne sentez pas chez lui de l'étonnement en vous voyant au fourneau ?

• Tout à fait. Beaucoup s'étonnent de me voir ainsi à l'œuvre. Certains s'étonnent qu'à mon âge je sois toujours là à faire ce métier. Mais je leur réponds que ça ne me dérange pas.

Pourquoi est-ce que vous avez choisi d'établir votre fourneau sur cette avenue ?

• Il faut dire qu'avant, tous ces bâtiments n'existaient pas. J'étais sous un manguier, où je faisais mon commerce. C'est lors du lotissement que je me suis rapproché de la route.

Quels rapports entretenez-vous avec les femmes qui font la même activité que vous aux abords du boulevard Zarmanganda ?

• Tout va bien entre nous. Nos rapports sont conviviaux. Elles viennent me demander des services, comme des sachets, du piment ou tout autre assaisonnant lorsqu'elles sont en rupture de stocks. Elles trouvent en plus que je sais bien préparer mon piment.

Dites-moi, monsieur Lompo, vous faisiez quoi au Burkina avant de vous installer au Niger dans les années 90 ?

• … (Longue hésitation, puis il se décide à parler). Franchement dit, j'étais dans l'armée. J'étais sergent-chef. Je suis de la classe 79 et mon numéro matricule est le 007269. J'étais au Centre national d'entraînement commando (CNEC) de Pô. Nous étions proches du capitaine Thomas Sankara. Suite au coup d'Etat qui l'a renversé, pour des raisons de sécurité, beaucoup d'entre nous se sont dispersés, en quittant à la hâte et clandestinement le pays.

Depuis 1987 vous n'avez jamais remis les pieds au Burkina ?

• Non. Ici, je suis père de famille. Et pour le moment je ne peux pas retourner au pays, faute de moyens. Sinon c'est mon rêve de retourner dans mon Faso natal.

Quand vous avez quitté le Burkina quel a été votre parcours d'exilé ?

• Je suis entré au Ghana, d'où je suis arrivé au Niger avant de continuer mon chemin en Libye. C'est là qu'avec un ami malien, un certain Modibo, je suis parti en aventure en Algérie et au Tchad. On a été jusqu'en Tanzanie avant de revenir au Sénégal puis en Libye et enfin au Niger au début des années 90, où je me suis établi, puisque l'aventure ne me réussissait pas.

Avec un tel parcours vous devez parler quelques langues ?

• Je parle d'une près dizaine de langues : moorée, gourmantché, fulfuldé, français, anglais, haoussa, djerma, bambara.

Vous étiez combien de militaires à fuir le pays ?

• Chaque chose en son temps. Je ne peux pas vous vous le dire. Mais sachez que j'ai de l'amour pour mon pays. Je veux bien rentrer au pays et entreprendre quelque chose.

Vous étiez donc sergent-chef au CNEC à Pô. Est-ce que vous vous souvenez de certains de vos collègues militaires ?

• J'ai beaucoup de souvenirs. Je me souviens de mon ami le sergent-chef Karim Tapsoba. Sous la Révolution, il fut régisseur de la Maison d'arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO). Je me souviens aussi du sergent Xavier Tougma et du lieutenant Idrissa Nana. A Pô nous étions avec Gilbert Diendéré et Blaise était notre commandant.

Vous avez peur de rentrer au Burkina ?

• Je n'ai pas aussi peur que ça. Seulement si je rentre, je ne serai pas dans des conditions normales pour stabiliser ma famille.

Mais 20 ans après les événements d'octobre 87, il n'y a plus de nuages entre vous et Blaise ?

• Pour moi, il n'y a plus de problème, seulement je ne sais pas s'il en est de même pour lui vis-à-vis de moi. Je ne sais pas s'il a quelque chose contre moi. Pour ma part, tout cela, c'est du passé. De plus, je me dis qu'avec le vent de la démocratie, normalement je ne risque plus rien.

Avez-vous une idée de ce que sont devenus les autres déserteurs ?

• Je n'ai pas beaucoup d'information là-dessus. Mais il semble que certains sont rentrés au pays, comme Dieudonné Zityandé, qui était de l'escadron blindé. C'est en tout cas ce que son frère m'a dit quand on s'est rencontré, par hasard, à Niamey. A l'époque, il m'a même conseillé de rentrer, mais j'étais sur le point de me marier…

Savez-vous que de nombreux militaires brimés lors de la période de l'Etat d'exception ont été réhabilités ces derniers temps ?

• J'en ai entendu parler à la radio. Je pense qu'on devrait pouvoir aussi statuer sur mon cas et m'octroyer uneeeee pension de retraite.

Alors vous comptez monter un dossier dans ce sens ?

• Je veux bien être réhabilité. Je pense souvent à ça. Mais vous savez, je suis pauvre, est-ce qu'on va m'écouter ? Il semble qu'il faut être appuyé pour obtenir gain de cause. Moi, je n'ai personne…

Si vous devez rentrer au Burkina, vous vous installeriez à Ouaga ?

• Non. Si je rentre, c'est à Namounou que je vais m'installer. C'est à quelques kilomètres de mon village natal, Lambouali.

Avez-vous des relations avec votre famille au Burkina ?

J'ai gardé certains contacts au village. Mon beau-frère est un infirmier d'état en poste à Kantchari. Il sait que je suis à Niamey. J'ai des parents, qui sont venu ici me rendre visite et ils m'ont dit avoir appris que j'étais mort.

Propos recueillis à Niamey par

San Evariste Barro

L'Observateur Paalga du 10 juillet 2008

Encadré

Lompo, la mascotte du boulevard Zarmanganda !

Il fait véritablement parti du décor sur le boulevard Zarmanganda dans le quartier Plateau de Niamey. Derrière sa poêle de samsa et de bourmassa en face du Village chinois, Youmali Issouf Lompo a été un sujet de curiosité pour moi dès mon arrivée dans la capitale nigérienne le 21 juin 2008. En effet, je n'avais jamais vu un homme en train de préparer et vendre des friandises. Ici, au Faso, c'est un boulot plutôt réservé aux femmes.

Et il faut dire que, comme moi, beaucoup de personne ont été étonnées de voir un homme d'un âge certain derrière le fourneau des friandises. Maïmouna Koudougou Diallo, une Nigéro-Burkinabè, a aussi été surprise de voir un homme occupé à cette tâche pour gagner sa pitance quotidienne.

« Ce qui m'étonne chez Lompo, c'est son âge. Sinon vers le marché de Yantala, on voit de jeunes garçons qui font la même chose que lui ». Elle estime que si « le vieux » mène cette activité, c'est parce qu'il n'a sûrement « personne sur qui compter pour l'aider et que ses enfants sont trop jeunes pour le soutenir ».

Il y a trois mois, l'étonnement était aussi à son comble chez Ibrahim Moumouni lorsqu'il a été engagé comme gérant d'une boutique de vente de CD et de DVD : « C'est la première fois dans ma vie que j'ai vu un homme préparer et vendre des friandises ».

Ibrahim Moumouni affirme que chaque jour, les clients de sa boutique lui demandent si ce vendeur de friandises est vraiment un homme. « Je leur assure tout de suite qu'il est bel et bien un homme et je leur précise même qu'il est Burkinabè ».

Il semble que le commerce de Lompo marche assez bien, si on ose dire, puisqu'il ne fait jamais d'invendu. « Les mets préparés par Lompo sont très prisés. Des gens viennent ici en voiture ou à moto spécialement pour payer des friandises ».

Une chose est sûre : sur le boulevard Zarmanganda, passé l'étonnement, tout le monde est unanime à reconnaître le mérite de ce cinquantenaire, qui se bat pour procurer le pain quotidien à sa famille.

En se comportement ainsi avec dignité et humilité, Lompo fait honneur à son pays, en restant intègre. C'est sans doute ce courage qui a valu à cet ancien élève de l'école St-André et du "Centre austro", situés à Ouagadougou, la protection du Pr Seyni Hamado, responsable de la clinique « Couronne Nord » à Niamey. En effet, Lompo habite une maison mise gracieusement à sa disposition par ce médecin.

S. E. B.



10/07/2008
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres