L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Des propriétaires terriens attendent leurs dédommagements

Travaux de renforcement de la route nationale n°1

Des propriétaires terriens attendent leurs dédommagements

Le chef coutumier de Boromo, le naaba Rélwendé a échangé, le 18 avril dernier, avec la presse sur les problèmes des terres cultivables que le groupement d’entreprises DTP Terrassement SOGEA-SATOM exploite dans le cadre des travaux de renforcement de la route nationale n°1 entre Bobo-Dioulasso et Sakoincé.

«Cela fait une année que les responsables chargés du renforcement de la route sur l’axe de Boromo nous ont saisis pour installer une base pour l’exécution des travaux ; cette base située entre Lapara et Boromo était des champs. Là où se trouve la centrale, c’est mon propre champ et nous nous

sommes concertés avec les propriétaires terriens, les responsables de la société et les autorités compétentes pour les conditions pratiques», déclare le chef coutumier de Boromo tout mécontent. Par la suite, il dira que le haut-commissaire de la province avait réquisitionné les services techniques à savoir l’agriculture et l’environnement pour évaluer les superficies occupées à Boromo et à la carrière sise dans le village de Lapara pour un éventuel dédommagement des exploitants. La carrière, selon lui, occupe plus de 100 hectares de champs et ses propres champs environ une vingtaine d’hectares. «Jusqu’à l’heure où je vous parle, les promesses de dédommagements sont sans suite ; nous ne savons même pas où ils en sont », martèle le naaba Rélwendé. “A un certain moment, poursuit-il, des responsables des travaux ont promis embaucher des fils de Boromo et de Lapara comme ouvriers sur le chantier et beaucoup ont déposé des demandes à la préfecture et ils n’ont rien obtenu ; pourtant, ils sont nombreux ceux qui sont venus de Bobo-Dioulasso et qui évoluent sur la route”. Le chef indique qu’ils ont tenu plusieurs réunions à Lapara en présence du haut-commissaire et leurs doléances avaient été bien notées et actuellement les victimes et les jeunes de Boromo et de Lapara ont tous le regard tourné vers lui. A l’allure où vont les choses, soutient le chef de Boromo, ils n’auront plus rien car les travaux sont presque finis sur l’axe. Environ une soixantaine de champs sont concernés. Le chef soutient que dans le cadre de l’interconnexion entre Ouaga et Bobo, la SONABEL vient de dédommager tous ceux dont les champs ont été touchés dans cette opération et dit ne pas comprendre pourquoi cette société est restée de marbre. Il invite les autorités compétentes à les aider afin qu’ils obtiennent réparation car la saison hivernale est proche et ils n’auront pas de lieu pour cultiver encore cette année. Nous avons tenté de joindre les responsables du groupement des sociétés mises en cause mais malheureusement les responsables ne semblent pas être prêts à nous recevoir suite au différend qui les opposait à leurs employés et que nous avons relaté dans nos colonnes.

Rasmané ZONGO AIB/Boromo

Sidwaya du 4 mai 2007



04/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres