L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Drôles de parents d'élèves

COUP DE GUEULE

Drôles de parents d'élèves

 

Une classe de 3e du lycée municipal de Pô, reconnue pour ses nombreux actes d'indiscipline, a été fermée pour 3 jours sur décision du conseil de discipline. Dans la même période, l'équipe de football de ce même établissement a elle aussi écopé d'une sanction à la suite d'un conseil de discipline. Les joueurs s'étant mal comportés à l'endroit non seulement de leurs professeurs, mais aussi des autorités de la place, lors de la finale du tournoi inter établissements organisé par le club UNESCO. Ayant par la suite reconnu leur tort, les intéressés sont allés présenter leurs excuses aux autorités. Malgré tout, le bureau de l'Association des parents d'élèves de ce lycée s'est mué en avocat-défenseur de ces élèves, "leurs enfants", d'abord lors de la tenue des conseils et à travers un écrit avec ampliation à plusieurs autorités de la province, voire de la région. Un écrit dont l'auteur connu de tous refuse de s'assumer pour n'y avoir pas apposé sa signature, encore moins son nom. L'écrit reproche aux enseignants de vouloir, à travers "leurs conseils de discipline illégaux", mettre en place un plan de sabotage de l'éducation de leurs enfants. Par ailleurs, l'écrit exige que désormais l'on "institue l'acquisition de l'autorisation parentale comme préalable à toute activité extra-scolaire dont une tierce personne est promotrice et qui doit engager nos enfants". Plus loin encore, l'écrit recommande que les enseignants fournissent des explications pour avoir "chassé nos enfants d'une façon arbitraire qui les a poussés à quitter les classes". Les enseignants dont parlent ces parents d'élèves sont-ils des éducateurs ou non ? Les parents devraient plutôt encourager les enseignants à les aider à éduquer leurs enfants au lieu de vouloir les blâmer pour cela.

 

COUP DE CŒUR

Embellissement : le bel exemple de la SONAPOST

 

La beauté, tout comme la laideur d'un cadre de vie laisse rarement indifférent. C'est le cas présentement au siège de la Société nationale des postes (SONAPOST) à Ouagadougou, qui a été embelli. L'habitué se rend compte que depuis un certain temps, les lieux ont changé de physionomie avec une cour pavée et fleurie qui forcent l'admiration. Le regard ne peut que s'attarder sur ce cadre rénové que malheureusement on ne voit pas dans beaucoup de services publics comme du privé. Ils ne sont pas nombreux les Burkinabè qui ont le réflexe de paver leur cour, d'y planter des arbres ou d'embellir leur cadre de vie avec des fleurs. Pour certaines personnes, c'est une affaire de "Blancs". Dans ces conditions, on ne peut qu'être admiratif devant un cadre embelli comme celui de la SONAPOST. Ce bel exemple devrait être suivi par tout le monde. Seulement, il faut des mesures incitatives comme un abattement fiscal, à défaut d'une défiscalisation de l'activité d'embellissement. En effet, plus d'un embellisseur a été surpris de se voir taxer par la commune pour avoir recouvert leur cour ou leur devanture avec des pavés. Motif : occupation du domaine public. On aurait mieux compris l'autorité municipale si cette occupation était faite pour mener une activité lucrative. Or, ce n'est pas le cas. Cette disposition doit donc être revue en terme d'assouplissement, voire de suppression pour ne pas décourager les initiatives qui participent à l'embellissement de la ville. D'autant qu'il existe même un ministère en charge du Cadre de vie.

 

 

Le Pays du 15 mai 2008



15/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres