L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Emprunt obligataire BOA : Spéculateurs à vos bourses

Emprunt obligataire BOA

Spéculateurs à vos bourses

 

Bank of Africa (BOA) Burkina Faso a réalisé avec succès un emprunt obligataire sur le marché financier de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) en fin 2006. Pour permettre à tous ceux qui veulent acheter à nouveau ou vendre les titres acquis lors de cette opération, la BOA a demandé et obtenu la cotation desdits titres sur la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM). Cette opération boursière a été lancée le 1er octobre 2007 à Ouagadougou.

 

Cette opération de cotation des titres issus de l’emprunt obligataire BOA-Burkina Faso 5,90% 2006-2011 est une très bonne nouvelle. D’abord pour les détenteurs de ces titres qui peuvent les revendre pour rentrer rapidement en possession de liquidité pour investir ailleurs plutôt que d’attendre d’être payés selon l’échéancier de l’emprunt obligataire. C’est aussi une bonne nouvelle pour tous ceux qui n’avaient pas voulu ou pu acquérir des titres lors de l’emprunt obligataire l’an passé. Ceux-là ont donc une occasion inespérée de devenir aussi des porteurs de titres BOA. Alors que ceux qui en possédaient déjà peuvent, s’ils le désirent, augmenter leur portefeuille de titres. Une bonne affaire en somme.

On comprend pourquoi la salle de conférences de la Chambre de commerce à Ouagadougou, où a eu lieu le lancement de la cotation de ces titres sur la BRVM, a refusé du monde. Il y a avait notamment les représentants des sociétés d’assurances, des opérateurs économiques et une catégorie du personnel de la BOA. Tout ce beau monde a pu suivre la séance de cotation des titres en direct d’Abidjan, siège de la BRVM.

L’emprunt obligataire avait mobilisé 2 milliards FCFA, fractionnés en titres de 10 000 FCFA soit 200 000 titres. C’est l’ensemble de ces titres qui sont aujourd’hui susceptibles d’être mis sur le marché boursier jusqu’en 2011. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’entrée en bourse des titres de l’emprunt BOA a été un succès puisqu’en quelques minutes, plus de 2 135 titres ont été échangés à 100%. La balle est donc lancée et il appartient aux boursicoteurs de jouer, d’oser, de prendre des risques  pour faire des affaires. Les choses vont gagner en dynamisme si les acheteurs venaient à faire des offres d’achats alléchantes. L’opération de cotation a été préparée et conduite par ActiBourse, une société béninoise d’intermédiation financière.

Jean Paul Gillet, directeur général de la BRVM a profité de l’occasion pour présenter sa structure et expliquer aux uns et autres comment fonctionne la bourse. Il a assuré que la BRVM se porte bien et que les perspectives sont très bonnes avec l’arrivée très prochaine des parts publiques détenues par les   Etats dans de nombreuses sociétés qui seront privatisées dans un court ou moyen terme. Il a remercié la BOA pour cette opération de cotation et déclaré que la BRVM est prête à l’accompagner dans le financement de ses activités.

Egué Délé Omo, le directeur d’ActiBourse a fait un exposé sur la préparation et la conduite de l’emprunt obligataire BOA et sur le lancement de la cotation des titres issus de cet emprunt.

Selon son directeur général, Michel F. Kahn, la BOA-Burkina Faso, en à peine 10 ans d’existence, occupe la 4e place des banques au Burkina avec 12% des parts du marché. La banque gérait en 2006 plus de 54 000 comptes dans 8 agences avec 11 guichets automatiques de banque.

C’est Léopold Ouédraogo, directeur de l’antenne nationale de la BRVM qui a expliqué à l’assistance comment se fait concrètement la cotation à travers les ordres d’achat et de vente.

Le marché de la BRVM s’ouvre les jours ouvrables à 8h et se ferme à 10h30. Pour aller en bourse ou pour pouvoir acheter des titres, il faut forcément s’attacher les services d’une société d’intermédiation financière. Le siège de la BRVM se trouve à Abidjan mais une antenne nationale existe dans chaque pays de l’UEMOA. Dans notre sous-région, le Burkina occupe la 4e place financière.

 

San Evariste Barro

L’Observateur Paalga du 2 octobre 2007

 



02/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres