L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Equipement contre l'incendie : "Il y a beaucoup de négligence"

EQUIPEMENT CONTRE L’INCENDIE

"Il y a beaucoup de négligence", selon Harouna Nikiéma

Pour comprendre le marché des équipements incendie, nous avons rencontré, Harouna Nikiéma, équipementier de la place spécialisé dans le transport de fonds et la sécurité incendie. Sa société, BURVAL SA, commercialise des extincteurs et surtout des systèmes de détection et d'extinction d'incendie .

"Le Pays" : Quel matériel faut-il pour faire face à un éventuel incendie ?

Harouna Nikiéma, BURVAL SA : Il y a une gamme variée : le matériel de première intervention (extincteurs à main, robinet d’incendie armé...). Les extincteurs sont fonction de la source du feu à combattre (papier, essence, bois, etc).

La détection automatique est constituée d’un système de détecteurs optiques ou ioniques pour alerter tout début d’incendie. Il existe aussi l’extinction automatique qui est liée à la détection automatique. Cette technologie donne la possibilité de commander l’extinction automatique à travers des gaz. Une fois le départ du feu détecté par le système, des gaz sont libérés pour étouffer le feu naissant. Les gaz sont de deux types. Il y a le CO2 et le SM 200. Ce dernier n'est pas nocif pour l’homme, car une fois libéré, il permet de rester quelques minutes dans la salle. Le CO2 en revanche étouffe l’homme. Un autre système qu’il est bon d’avoir est le Sprinkleur. Ce système détecte le début de l’incendie et le combat avec l’eau.

Faut-il donc un réseau hydraulique supplémentaire ?


Ce système est installé avec un réseau d’eau dans le plafonnage. Dès le début de l’incendie, le système libère l’eau contre le feu.


Vous êtes sur le marché de la sécurité incendie. Peut-on dire que ça va ?

Sur ce volet incendie, nous sommes présent depuis 2003. Il y a un grand problème au Burkina Faso. Il y a beaucoup de textes sur la réglementation au sujet de la sécurité incendie, mais ça ne bouge pas comme il faut. Au lendemain de l’incendie du grand marché, on a senti une certaine mobilisation des acteurs pour réglementer le domaine de la sécurité incendie. Mais je dis qu’il y a un besoin urgent d’une grande campagne de sensibilisation de la population pour prévenir le danger. Il y a beaucoup de négligence en matière de sécurité incendie. Les gens sont plus préoccupés par les équipements de luxe qu’ils vont mettre à l’intérieur des bâtiments que par leur sécurité. C’est le jour où il y a une catastrophe qu’on y pense. Cependant, il y a des institutions qui sont obligées de se conformer aux normes internationales. Elles nous font souvent appel. En dehors de celles-là, il faut faire des démarches commerciales pour convaincre les gens de se protéger contre les incendies et pouvoir placer un extincteur. Il faut dire que c’est un marché récent. Notre souhait, c’est que l’Etat s’y mette pour obliger les propriétaires et les promoteurs à se conformer aux normes de la sécurité incendie. Les autorisations de construire sont assorties de dispositifs contre l’incendie mais au finish, on se demande si les gens en tiennent compte. Il faut que l’on soit rigoureux en vérifiant si ce qui était prévu dans le projet est réalisé. Un contrôle en amont et en aval est nécessaire. On nous a souvent demandé une étude en matière de protection incendie pour des projets de construction. On fait l’étude. Ceux qui l'ont demandée la joignent à leur dossier. Mais on constate qu’au finish les installations ne sont pas effectives. On voit beaucoup d’immeubles où il n’y a aucun système d’incendie. Le minimum, c’est l’extincteur à main dans un bâtiment.


Encore faut-il qu’il soit fonctionnel….

Tout à fait. J’étais dans une pharmacie et j’ai remarqué que leur extincteur avait été vérifié depuis 1999. Un extincteur doit être vérifié tous les ans afin de contrôler si la matière qui est à l’intérieur est toujours active et si l’appareil est utilisable. En fonction de la sensibilité du site, le contrôle se fait deux fois l’an.


L’Etat ne vous sollicite-t-il pas ?


Pas pour l’instant. Nos principaux clients sont des organismes internationaux. Quelques démembrements de sociétés d’Etat nous font appel de temps en temps à travers leur département Sécurité. L’administration publique elle-même ne respecte pas toujours les textes en la matière. Allez dans les mairies, dans les ministères, et ailleurs : il n’y a souvent pas d’extincteurs, pas d’issues de secours, etc. Les blocs autonomes de sécurité sont absents. En cas de coupure, c’est le noir total.


Ne serait-ce pas la cherté des équipements qui décourage les gens ?


Non, pas du tout. Tout dépend du niveau de sécurité recherché. L’extincteur ne coûte pas vraiment cher. A BURVAL, nous faisons de la sensibilisation et du conseil gratuitement. Nous avons initié des séances de formation à l’utilisation des équipements, il ne suffit pas d’en disposer, il faut savoir les utiliser en cas de besoin.

Propos recueillis par Abdoulaye TAO

Le Pays du 26 juin 2007



26/06/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres