L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Exécutions extrajudiciaires à Pièla : Un an après, le souvenir reste douleureux

Exécutions extrajudiciaires à Pièla

Un an après, le souvenir reste douleureux

Le jour 29 octobre 2007, jour anniversaire de l'assassinat de Djolgou Yarga, Lankoandé Bandambé et Mano Amsoanguini à Piéla dans la province de la Gnagna, l'Association pour le développement économique et social de Piéla, a organisé une marche pour réclamer vérité et justice sur les événements du 28 octobre 2006. Tour à tour, ce sont la mairie, la préfecture de Piéla et le haut- commissariat de Bogandé qui ont été les points de chute des marcheurs.

C'est sous les slogans "Djolgou Yarga, vérité et justice" "Lankoandé Bandambé, vérité et justice" "Mano Amsoanguini vérité et justice" d'une part "commissaire Baïkoro, en prison" "assistant Coulibaly, en prison", "Guira Ouattara en prison" d'autre part, que les marcheurs se sont dirigés vers la mairie de Piéla avec à leur tête, entre autres, les membres du comité d'organisation et des autorités coutumières et religieuses. Reçu par Mme Banhanla Lankoandé/Mano 1er adjoint au maire, le président de l'association des commerçants René Lankoandé, a situé l'objectif de leur action. Voici un an jour pour jour que Djolgou Yarga, Lankoandé Bandambé et Mano Amsoanguini ont été assassinés. Nous sommes profondément choqués par l'inertie des autorités. Nous sommes aussi attristés à la vue des sept veuves et des trente-trois orphelins que les victimes ont laissés dans la souffrance et le dénuement. Nous exigeons la restitution des biens emportés lors de la perquisition des forces de l'ordre aux ayant droits. Nous venons à vous afin que vous usiez de tout ce qui est en votre pouvoir pour que cette affaire connaisse un dénouement heureux. Si rien n'est fait d'ici à six mois, nous ne répondrons de rien". Ainsi, a parlé René Lankoandé, au nom des manifestants.

A la préfecture de Piéla, le même message a été porté

au préfet qui avait à ses côtés le commissaire de police. A bord de camion 10 tonnes, de voitures particulières, les manifestants se sont ébranlés vers Bogandé, chef-lieu de la province, situé à 30 km au nord.

Contrairement à Piéla décrétée ville morte, les Bogandais continuaient de s'affairer et semblaient surpris par l'arrivée de tant de personnes. Au haut-commissariat, le même message a encore été livré au premier responsable qui était en compagnie du commissaire de la police nationale.

En réponse aux marcheurs, les autorités administratives, politiques et communales ont chacune déploré le drame qui est survenu il y a un an. Elles ont toutes pris l'engagement de continuer à oeuvrer afin que la lumière soit faite sur cette affaire. Face au haut- commissaire de la Gnagna, le porte-parole du comité d'organisation a dit qu'ils étaient animés d'intentions pacifiques et étaient respectueux de la loi sinon ils lui auraient demandé la permission de se rendre à Manni, poste actuel du commissaire Baïkoro pour des explications d'homme à homme. A l'exception de la 1re adjointe au maire de Piéla, ni le préfet, ni le haut-commissaire n'ont voulu décliner leurs identités. Soyez rassurés messieurs les autorités c'était juste pour respecter l'orthographie correcte de vos noms et prénoms.

Hubert Dapouguidy DIABRI

Le Pays du 2 novembre 2007

 

Encadré

Rappel des faits

Des bandits ont attaqué un véhicule de transport en commun le 28 octobre 2006 sur la route Fada-Bilanga. Quelques temps après, Lankoandé Bandambé et Mano Amsoanguini circulant sur la même voie ont été arrêtés par la police et conduit à la direction provinciale de la police nationale de Bogandé. Ils auraient été soupçonnés d'avoir participé au braquage. Informé, Yarga Djolgou, vendeur agréé d'or et patron des infortunés se rend à Bogandé pour mieux comprendre. Il est aussi arrêté et écroué avec ses employés. Après une perquisition à son lieu de travail et à son domicile, il aurait été constaté la disparition de près de 6 000 000 F CFA et environ 4 kilogrammes d'or. Les victimes laissent derrière eux 7 veuves et près de 33 orphelins.



01/11/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres