L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Fatwa postélectoral à Manga

Cher Wambi,

 

Comme tu l'auras constaté toi-même depuis ton Laye natal, petit-à-petit, l'espoir renaît dans les différents hameaux où l'on n'en pouvait plus de scruter l'horizon à longueur de journée.

Car, elle est enfin là, la pluie, qui se faisait tant désirer en cette campagne agricole naissante.

Je ne t'en dirai pas plus, puisque cette semaine encore l'ASECNA est au rendez-vous, avec ses relevés pluviométriques, pour te donner la preuve que le Faso a été arrosé durant la période du 29 juin au 5 juillet 2007 : Dori = 6,5 mm ; Ouahigouya = 31,7 mm ; Ouagadougou-aéro = 30,3 mm ; Ouagadougou-Somgandé = 25,7 mm ; Dédougou = 43,1 mm ; Fada N'Gourma = 78,8 mm ; Bobo-Dioulasso = 7,4 mm ; Boromo = 37,3 mm ; Pô = 74,7 mm ; Gaoua = 13,9 mm ; Bogandé = 8,6 mm.

 

Hélas, cher cousin, pendant que je me réjouis de l'installation lente mais rassurante quand même de l'hivernale, du Zoundwéogo me parviennent des nouvelles alarmantes.

La campagne électorale est bien loin derrière nous, mais elle a causé dans cette partie de la région du Centre-Sud des plaies qui tardent à se cicatriser.

Car il y en a qui ne digèrent pas encore leur défaite, et qui entendent le faire payer à  ceux des anciens et des paysans qui ne les auraient pas soutenus.

A ce que l'on dit, en effet, il y en a qui se sont vu retirer leurs champs, qu'ils exploitaient depuis des lustres, en guise de fatwa postélectorale.

Bien entendu, cette confusion des genres, doublée d'un abus d'autorité, ne fait point l'unanimité dans la capitale du Zoundwéogo où gronde en sourdine la révolte ces jours-ci.

Il me revient en tout cas que des politiciens, tapis dans l'ombre, attendent la déflagration pour se porter sauveurs du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), en décadence.

Heureusement d'ailleurs que de bonnes volontés travaillent à calmer le jeu et prêchent la coexistence pacifique entre militants des différents partis qui  composent la faune politique au Zoundwéogo.

Dieu et les ancêtres nous préservent de la division et de l'intolérance, facteurs de conflits fratricides

Tu l'as certainement déjà appris, cher cousin, c'est une véritable opération de charme que la République de Chine vient de faire au "Pays des hommes intègres".

Tu te doutes bien qu'en parlant de la République de Chine, je fais allusion à Taïwan, grand pourvoyeur devant l'Eternel de devises et d'ouvrages socioculturels du Burkina.

Je n'en veux pour preuve que l'implication de Taïwan dans la concrétisation des Engagements nationaux du président du Faso ; la réalisation du palais des sports de Ouaga 2000, et j'en oublie.

Hier encore, Taïwan était dans nos murs à travers son ministre des Affaires étrangères, James C.F. Huang, qui vient d'y boucler une visite de travail de trois jours.

Et tiens-toi bien, cher Wambi, le chef de la diplomatie chinoise n'a pas débarqué à Ouaga les mains vides.

Nos militaires, en tout cas, ont reçu un don de 15 000 tenues ; nos élus à l'Assemblée nationale, eux, ont été comblés de : 125 ordinateurs portables, 80 micro-ordinateurs de bureau, 10 imprimantes réseau, 5 vidéo-projecteurs, 5 scanners, 280 clés USB et 5 graveurs.

Et ce n'est pas tout ; le cadeau du prince est sans doute le Centre hospitalier universitaire de Tengandogo dont la première pierre a été posée lundi dans la soirée en présence du grand sachem.

Coût de la réalisation de cet hôpital futuriste : 40 milliards de nos francs, s'il te plaît, cher cousin.

Y a-t-il meilleure expression des liens séculaires d'amitié qu'entretiennent Taipei et Ouagadougou ? Tu n'es pas sans savoir, en effet, que  Tengandogo, qui doit abriter ce joyau est situé à quelque deux kilomètres de Boulbi, ce village sur la Nationale 6 où justement les Taïwanais avaient réalisé les périmètres irrigrés au début des années 70.

C'est là aussi qu'ils lancèrent la culture  à grande échelle du riz, des melons et des pastèques dont raffolent tes lointains parents de Koubri.

N'est-ce donc pas un retour aux sources pour les Taïwanais s'ils ont choisi de s'investir à Tengandogo ?

 

Cher Wambi, la rumeur avait déjà couru l'année dernière, mais elle nous revient avec insistance.

D'où la question que je me pose de savoir si les Burkinabè ne prennent pas leurs rêves pour la réalité.

Il me souvient que tout Ouaga avait brui, en effet, de l'installation d'une base militaire américaine dans le Sahel burkinabè.

Si jusque-là rien ne m'autorise à être affirmatif, le ballet aérien d'avions militaires américains, de l'US  Air Force au-dessus de la capitale burkinabè ces temps-ci m'intrigue tout de même.

Mais ceux qui prétendent être dans les secrets des dieux avancent qu'il pourrait s'agir de cette toile que les Yankees tissent actuellement dans le désert ouest-africain pour contrer les infiltrations terroristes. Si des doutes subsistent pour ce qui concerne le Burkina, sache, cher cousin, que les Américains ont déjà posé le pied dans le désert malien où ils possèdent une base.

Peut-être que les jours à venir nous en diront davantage.

En attendant, revenons sur terre, cher cousin, pour constater qu'à partir de la semaine prochaine, le Tribunal de grande instance de Ouagadougou sera à Ouaga 2000. Après la Cour d'appel depuis le 18 juin, c'est au tour du Tribunal de grande instance et du Tribunal du travail de rejoindre leur nouvel immeuble, sis face à l'ARTEL. Comme tout déménagement, cela n'est pas sans désagrément. En effet, depuis jeudi, toute activité dudit tribunal est suspendue.

N'oublie surtout pas d'en informer ta nièce Koudbi qui veut établir son casier judiciaire et son certificat de nationalité burkinabè pour les concours. Désormais, direction Ouaga 2000. Il est évident que le trajet n'étant plus le même, il va falloir plus de carburant pour y arriver.

Pour les travailleurs de la Justice, le souci reste le manque de restaurant où casser la croûte à midi, car tu t'imagines bien que pour quelqu'un qui habite très loin, rentrer à midi est un casse-tête. Je me demande si à terme, il ne serait pas mieux d'affréter un bus pour rallier la zone.

Toujours est-il que certaines habitudes risquent d'en prendre un coup.

J'ose espérer avec toi, cher cousin, que ces inquiétudes tomberont dans une oreille attentive, afin que faire le pèlerinage de Ouaga 2000 ne soit pas synonyme de chemin de croix pour le justiciable.

 

C'est sur cette note d'espérance que je m'en vais t'ouvrir maintenant le carnet secret de Tipoko l'Intrigante, fidèle à son rendez-vous comme à son habitude.

 

Après sept ans de bons et loyaux services à la tête du gouvernement, Paramanga Ernest Yonli qui vient de passer le témoin à Tertius Zongo se ressource présentement au milieu des siens dans la région de l'est.

Si l'enfant de Tansarga a préféré céder son siège d'élu à l'Assemblée nationale à son suppléant, le mystère plane encore sur son avenir politique.

Serait-il destiné à une grande ambassade du Burkina à l'étranger comme il se raconte dans certains milieux ? En attendant, Paramanga Ernest Yonli, qui fut coordinateur régional de la campagne du CDP lors des dernières consultations électorales, entend féliciter et remercier les militants de ce parti pour le travail abattu et les victoires engrangées.

C'est sans doute pourquoi filles et fils de l'est convergeront vers Fada N'Gourma, le chef-lieu de la région, où a lieu un meeting ce samedi 14 juillet à partir de 10h00.

A l'occasion, il dévoilera peut-être ses intentions.

 

Depuis un certain temps, une colère sourde (jusqu'à quand ?) monte des rangs des commerçants installés aux alentours de la gare routière de Ouagadougou.

Convoqués en début de semaine par deux individus se disant membres du bureau de l'Organisation des transporteurs routiers du Faso (OTRAF), les détenteurs de boutiques et hangars ont été sommés de verser désormais chacun à l'OTRAF un montant mensuel de 5 000 F CFA finalement ramené à 1 500 F CFA après moult négociations.

Raison de cette surprenante imposition ? L'Organisation des transporteurs aurait contracté un prêt qui a servi à des investissements complémentaires dans la gare.

Mais sans la moindre preuve des nouvelles dépenses qu'aurait effectuées l'OTRAF, les commerçants ont décidé, malgré les menaces de destruction de leurs boutiques, de ne pas se soumettre à ce qu'ils considèrent comme de la pure arnaque.

Affaire à suivre...

 

Après l'Association des municipalités du Burkina Faso (AMBF), formalisée par les élus locaux, on s'achemine vers la constitution de l'Association des régions du Burkina Faso (ARBF).

Son Congrès constitutif est prévu pour se tenir ce vendredi 13 juillet 2007 à partir de 10h00 dans la salle de conférences du Conseil burkinabè des chargeurs (CBC).

Il devrait être consacré à l'adoption  des textes réglementaires et à l'élection du bureau exécutif.

 

Ils courent les rues maintenant, ces caissiers qui  disparaissent dans la toundra avec le magot.

Nous n'en aurions peut-être rien dit si le cas présent s'était produit dans nos banques traditionnelles, qui abritent trop souvent des rongeurs à deux pattes.

Cette fois-ci, c'est un caissier de la nationale de la sécurité sociale, la CNSS, qui a disparu dans la nature après avoir creusé un trou de 10 millions.

L'indélicat n'a derrière lui que quatre petites années de service .

 

Les centrales syndicales et les syndicats autonomes que compte le Burkina ont déposé un préavis de grève générale, accompagnée de marche-meeting, prévue  pour se tenir le 18 juillet 2007, à l'effet d'obtenir du gouvernement l'examen minutieux et la satisfaction de leur plate-forme revendicative. Une conséquence inéluctable du peu de fruits que donnent les concertations gouvernement/syndicats ?

Le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Jérôme Bougouma, qui redoute la fronde après la montée vertigineuse et inattendue du prix des hydrocarbures, a pris les devants pour tenter de désamorcer la bombe syndicale.

On apprend en effet qu'il recevra ce matin même, à partir de 10 h 00, en son cabinet, sis immeuble Baoghin, une délégation des syndicats.

Quel discours lui tiendra-t-il ? Pour sûr, ventre vide n'a point d'oreille.

 

Le mois de juillet est, on le sait, pour l'Eglise-famille du Burkina, le moment consacré aux ordinations sacerdotales. Après la série des ordinations presbytérales, le 7 juillet dernier, de sept (7) abbés et d'un père jésuite en la personne d'Anatole France Pitroipa, c'est au tour de plusieurs filles qui ont décidé de consacrer leur vie à Dieu de faire leurs vœux perpétuels.

Il s'agit pour l'archidiocèse de Ouagadougou des sœurs : Brigitte M. Parfait (paroisse de Guilongou), Jeanne Françoise  Kaboré (Guilongou), Odette Nikièma (Kologh-Naaba), Noèlie Léa Zida (Cathédrale - Ouaga), Emilienne Nabolé (Saponé) ; Diocèse de Koudougou : les sœurs Yvonne M. Nadine Kankyono (Mukassa), Yvette M. Sabine Kankyono (Mukassa) ; Diocèse de Manga : sœur Madeleine Compaoré (Toécé).

Feront leurs premiers vœux, pour le diocèse de Niamey (Niger), la sœur Mireille Sossou de la paroisse St-Gabriel de Barbado ; pour l'archidiocèse de Ouagadougou, les sœurs : Julie Compaoré (St-Guillaume), Germaine Bagré (Pabré-Boussé), Cathérine Douamba (Saponé), Isabelle Tiendrébéogo et Florence Nana (Patte d'Oie), Hélène Nikièma (Sâaba), Juliette Nacoulma (Christ-Roi-Pissy); Archidiocèse de Koupéla : les sœurs Honorine Kologo (Zorgho), Eulalie Lompo (Tenkodogo), Olive Malgoubri (Pouytenga), Angèle Kaboré (Pouytenga), Solange Zemane (Garango), P. Anne Marie Kaboré (Mogtédo) ; diocèse de Koudougou : les sœurs Marie Odile Seogo (Kokologo), Lucienne Yelkouni (Yako) ; diocèse de Manga : les sœurs Clémentine Bouda (Manga), Béatrice Kinda (Manga) ; diocèse de Bangui (Centrafrique) : la sœur M. Ange Syndayasse (Sts Martyrs de l'Ouganda) ; diocèse de Dédougou : les sœurs Lucie Séni (Ouakara), diocèse de Ouahigouya : la sœur Monique Sawadogo (Tikaré).

Les cérémonies d'engagements auront lieu le 16 juillet 2007 à  partir de 9 h à la chapelle du Noviciat à Pabré.

 

 

L’Observateur Paalga du 13 juillet 2007



13/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres