L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

François Compaoré et l'affaire Norbert Zongo : De nouvelles révélations en perspectives ?

François Compaoré et l'affaire Norbert Zongo

De nouvelles révélations en perspectives ?

 

Le sport scolaire et universitaire renaît de ses cendres. Après avoir longtemps été la pépinière prolifique de talents au profit de toutes les disciplines sportives au Burkina, le sport en milieu scolaire et universitaire était tombé dans une léthargie comateuse. Le parrainage par M. François Compaoré de l'édition 2006-2007 augure d'une renaissance attendue. Un succès qui n'est pas pour plaire à tout le monde.

 

L'élite sportive ressent douloureusement les effets de la léthargie prolongée du sport scolaire et universitaire, de même que les activités parascolaires maintenant réduites aux bals de fin d'année et autres nuits culturelles ou la singerie de vedettes d'ici et d'ailleurs n'apporte vraiment rien d'éducatif aux élèves et étudiants. Il fallait réagir avec un signal fort contre cette perte d'intérêt pour le sport dans nos établissements scolaires et universitaires. 

C'est dans cette quête d'un renouveau que l'idée d'un parrainage est née. M. François Compaoré sollicité à cet effet s'est véritablement engagé étant lui-même un sportif qui fit le bonheur de l'équipe de football du collège Joseph Moukassa où il a fréquenté le secondaire. 

Ce parrainage des compétitions de l'USSU-Bf, Union des sports scolaires et universitaires du Burkina Faso a été pour l'homme comme un retour à ses premiers pas d'amoureux du sport lui qui est par ailleurs conseiller de la Confédération africaine de football. Au vu de la bonne organisation des compétitions de l'USSU-BF pour l'édition 2006-2007, on peut dire que M. François Compaoré lui a apporté un parrainage gagnant. Les différents matchs dans toutes les disciplines ont montré que nos écoles, établissements et autres instituts universitaires regorgent de talents bruts qui n'attendent que d'être décelés et modelés au service de l'élite sportive nationale. En outre, la dimension d'activité d'animation parascolaire a tenu toutes ses promesses au vu de l'engouement des foules de scolaires, d'encadreurs sportifs et de parents d'élèves déplacées pendant les compétitions notamment pendant les matchs des finales joués à Ziniaré.

 

Un succès qui ne plait pas  à tout le monde

 

Les compétitions USSU-BF cette année ont été si riches qu'une fédération spéciale a même vu le jour pour désormais chapeauter leur organisation. La touche personnelle du parrain est passée par là comme pour conclure en beauté ce « success story » sur toute la ligne dans le renouveau des sports scolaires et universitaires.
Mais nous sommes au Faso et cette grande réussite de ce parrainage de M. François Compaoré n'est pas pour plaire à tout le monde. 
Ainsi il nous revient que dans certains milieux on s'évertue à trouver la petite bête pour enquiquiner l'heureux parrain des compétitions USSU-BF. Et comme le dit le dicton « l'âne retourne où il a bu hier ». Les contempteurs de M. François Compaoré pourraient remuer à nouveau l'affaire Norbert Zongo pour nous servir des « révélations » croustillantes faites de préférence par un homme de tenue. On a déjà vu cela avec un certain Daongo Longo militaire boulanger à la retraite avec son histoire d'albinos sacrifié.  Que nous « révèlera » le prochain soldat sans peur ni reproche tiré de son silence amnésique pour se mettre au service des infatigables croisés de la lutte contre l'impunité ? Lutte contre l'impunité ou contre la famille présidentielle ?  Allez-y leur demander de faire la différence. 
A défaut de cela, faite comme  nous : scrutez les canards de la place, surtout les hebdomadaires. Si les contempteurs du « petit président » ne changent pas leur plan de campagne médiatique on pourrait entendre un tam-tam nous jouer du déjà entendu sur l'affaire Norbert Zongo. Pourquoi cet harcèlement rancunier ? 
Pour écorcher l'image de sportif ami de la jeunesse burkinabè dans ses activités éducatives parascolaires qui sied si bien à celui que ses promotionnaires admiratifs avaient surnommé Moukila, grand attaquant du football africain des années 70 ? N'allons pas vite en besogne et attendons de voir ce qui nous sera servi comme nouvelles révélations dans l'affaire Norbert Zongo.

 

Djibril Touré

L'hebdomadaire du Burkina du 18 au 24 Mai 2007



25/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres