L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Gbagbo fait des fans au Burkina

Côte d'Ivoire

Gbagbo fait des fans au Burkina

 

L’ALG/BF, ce n’est pas le sigle de l’Autorité du Liptako-Gourma, mais plutôt celui d’une nouvelle association, dénommée Les Amis de Laurent Gbagbo, en gestation au Burkina Faso. En attendant l’élaboration des textes constitutifs et la reconnaissance légale de ladite structure, ses géniteurs l’ont présentée à la presse, hier 2 août 2007 à Ouagadougou.

 

Les Amis de Laurent Gbagbo, en abrégé ALG/BF, est, ont déclaré ses pères-fondateurs, une association apolitique ouverte à toute personne sans distinction de sexe, de religion ni de race. Elle a été, selon eux, créée pour accompagner le processus de paix en Côte d’Ivoire, enclenché depuis l’accord de Ouagadougou, rendu possible grâce à la médiation du facilitateur Blaise Compaoré. Pour les ALG, «la crise ivoirienne n’est pas imputable à la personne de Gbagbo». Pour eux, c’est un «grand homme» dont les idées doivent être épousées par l’opinion nationale et internationale. Car, expliquent-ils, Laurent Gbagbo a fait preuve de patriotisme et d’abnégation pour défendre les intérêts de la Côte d’Ivoire face à la pression des puissances occidentales. «Marcoussis, Kléber, tous ces accords instrumentés par les puissances occidentales n’ont pas abouti grâce à la lucidité de notre illustre ami…», ont affirmé les responsables de l’association. Ils sont allés même plus loin en clamant que «jamais un chef d’Etat africain n’a défendu aussi vaillamment son peuple et les peuples africains contre les puissances coalisées, qui pensent jusqu’à nos jours avoir des solutions aux problèmes africains et qui, aujourd’hui, sont responsables de bien d’exactions commises en Côte d’Ivoire».  Au dire des ALG, leur idole, à travers ses idéaux, offre à notre continent «une nouvelle forme de gouvernance…porteuse d’indépendance et de développement».  A leurs yeux, Laurent Koudou Gbagbo est «un digne successeur de Lumumba et de Kwame N’Krumah».

Eu égard aux relations tendues qui ont existé entre le Burkina et la Côte d’Ivoire à propos du soutien supposé de notre pays à la rébellion, les journalistes se sont inquiétés de la crédibilité de cette association. Il ne faut pas, de l’avis des ALG, rappeler ce passé sinistre. Ils ont donc invité les Burkinabè à pardonner les exactions dont leurs compatriotes ont été victimes en Côte d’Ivoire et à voir en Laurent Gbagbo le président qui «offre à l’Afrique une nouvelle forme de gouvernance plus digne et porteuse d’indépendance et de développement». C’est ce qui explique, ont indiqué les ALG, «leur soutien indéfectible aux idéaux du président ivoirien». Ils ont par ailleurs dit n’avoir pas été parrainés ou contactés par qui que ce soit dans cette initiative de créer l’ALG/BF, aussi bien à l’intérieur du Burkina qu'à l’extérieur, même pas par leur idole, Laurent Koudou Gbagbo. Toutefois, ils ont laissé entendre qu’une rencontre ultérieure avec celui-ci n’est pas à exclure.

En attendant d’avoir leur reconnaissance légale, les ALG ambitionnent de se rendre dans toutes les régions du Burkina et dans la sous-région pour installer des bureaux.

 

Hamidou Ouédraogo

Simplice Hien (stagiaire)

L’Observateur Paalga du 3 août 2007



03/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres