L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Guiba : Le maire RPC gagne le bras de fer

COMMUNE DE GUIBA

Le maire RPC gagne le bras de fer

Suite à la motion de défiance déposée par 15 conseillers municipaux de la commune de Guiba (province du Zoundwéogo) à l'encontre du maire, celui-ci a convoqué une session extraordinaire qui s'est tenue le vendredi 13 avril. A l'issue du débat suivi du vote, Victor K. Guigma conserve son fauteuil.

9h 32. Le maire ouvre la session. Les secrétaires de séance sont rapidement choisis, et l'on procède à la vérification des présences. Le quorum est atteint. Le conseil peut donc siéger et délibérer sur l'unique point de l'ordre du jour: motion de défiance déposée à l'encontre du maire. Il était reproché au maire la gestion opaque des affaires de la commune, le manque de communication entretenu entre lui et les conseillers, la rétention de l'information qui grippe le fonctionnement normal de la commune, faits que les 15 conseillers jugent suffisamment graves. Ce ne fut pas facile de développer le contenu de ces griefs. Après une heure et demie environ de débat, un conseiller, excédé, lance: "On va voter pour quoi? On tourne, comme une femme qui remue son tô. Si nous sortons d'ici comme cela, nous ne serons même pas en mesure de dire à quelqu'un sur quoi nous avons débattu au juste." Pour le maire, qui a confirmé son appartenance au RPC, "c'est en fait cela la raison de la motion". Le conseiller Albert Ouédraogo précise alors qu'en partant au RPC, il a abandonné la commune. "S'il était allé à l'ADF/RDA ou à l'UNDD (NDLR: à l'issue des municipales, ces 2 partis ont eu respectivement 11 et 2 conseillers), il n'y avait pas de problème." Dès lors, les choses sont allées très vite; tout le monde avait bien compris. Le vote, pour ou contre la motion, s'est effectué à main levée. 26 conseillers ont voté pour, 12 contre, 3 se sont abstenus. La motion est donc rejetée, puisqu'il fallait 28 voix pour qu'elle soit adoptée. Les débats, bien que la plupart du temps menés en langue nationale (mooré), étaient francs, quelquefois houleux, mais sans écart de langage. Certains conseillers, surtout les femmes, n'ont jamais fait entendre leur voix durant la session.

Dominique Dipama

Le pays du 19 avril 2007

Impressions après la session

Albert Ouédraogo (conseiller municipal) : Mes premières impressions sont la déception, parce que je suis l'un des conseillers signataires de la motion de défiance, laquelle motion retrace tout ce que le maire de la commune de Guiba fait et qui n'entre pas dans le domaine de la démocratie et de la bonne gestion de la commune. Il y a bien quelque chose de consistant dans la motion, puisque ce manque de communication contient ce qui a amené les vrais débats. Comme ça a été des débats contradictoires suivis de vote, la démocratie s'est exprimée: on ne peut que s'aligner. Avant cette session, malgré les quelques erreurs et dérives, nous travaillions ensemble. Après la journée d'aujourd'hui et ma déception, on verra.

Victor K Guigma (maire) : Ce sont des sentiments de joie. Quand la motion a été déposée, je savait que je pouvais sortir la tête haute. J'attendais cette victoire, mais, si le vote était à bulletin secret, elle serait plus éclatante. Vous avez constaté que dans la salle, il y avait beaucoup d'hésitations. Je le dis tout de suite, et à haute voix, le contenu de la motion n'était pas consistant; beaucoup de personnes le disent d'ailleurs. Ici, il s'agit d'un problème politique, mais j'étais tenu de convoquer la session. Je ne pense pas que les travaux du conseil seront bloqués à l'avenir. C'est une balle que l'on a jetée sur moi, et je ferai tout pour relever les défis à venir.



19/04/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres