L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Grève du 18 juillet 2007 : Le SAMAE en première ligne

Grève du 18 juillet 2007

Le SAMAE en première ligne

Les centrales syndicales et syndicats autonomes du Burkina Faso ont organisé une grève et une marche-meeting le mercredi 18 juillet 2007 à Ouagadougou. La hausse des prix des hydrocarbures et "les sanctions attentatoires à la liberté syndicale" prises contre des militants de certains syndicats (SAMAE et SATB) sont les principaux points de revendication au centre de cette grève.

"Les hausses intempestives des prix des hydrocarbures et les sanctions attentatoires à la liberté syndicale prises contre les militants du Syndicat autonome des agents du ministère des affaires étrangères (SAMAE) et ceux du Syndicat des agents du Trésor du Burkina (SATB)" sont les deux points qui ont amené les militants des centrales syndicales et syndicats autonomes du Burkina Faso à battre le pavé le mercredi 18 juillet à Ouagadougou et dans nombre de provinces du pays. Répondant au mot d'ordre de grève lancé par les syndicats, les militants ont renoncé à leurs postes de travail respectifs pour prendre d'assaut la Bourse du travail à Ouagadougou dès les premières heures de la matinée hier mercredi. Point de ralliement pour la marche suivie d'un meeting, "ce mur des lamentations" des travailleurs a enregistré la présence de diverses délégations de travailleurs venues de différentes corporations. Après une marche pacifique qui a suivi un itinéraire préalablement établi par les responsables syndicaux, les manifestants se sont retrouvés au point de départ aux environs de 11 h. Place aux différentes allocutions et messages de soutien. Les intervenants qui se sont succédé à la tribune ont tous salué la mobilisation de grand jour des militants. Mention spéciale a été faite aux femmes qui, de l'avis des responsables syndicaux, font preuve d'un engagement de plus en plus affiché dans la lutte syndicale. Cette manifestation des travailleurs burkinabè a connu le soutien de leurs camarades de certains pays de la sous-région dont le Bénin, le Niger et la Guinée Conakry d'où des délégations sont venues pour témoigner de leur soutien. Le secrétaire général de la CGT-B, Tolé Sagnon, s'est surtout appesanti sur la situation que traversent les militants du SAMAE et du SATB. Selon lui, en décidant de disperser ces travailleurs à travers différents ministères ou à l'intérieur du pays, l'objectif ultime du gouvernement est de décapiter leurs 2 syndicats. Ces actes qu'il qualifie d'antisyndicaux et de liberticides visent, selon lui, à intimider et à terroriser les travailleurs pour les contraindre au silence. Mais cela est peine perdu car les syndicats, a-t-il averti, ne laisseront pas passer une telle valse. Du reste, les concernés, fortement mobilisés au cours de cette manifestation, se disent déterminés à mener la lutte jusqu'à ce que l'on revienne sur cette décision qu'ils jugent inique et inacceptable.

Quant au président du mois des centrales syndicales, El Hadj Mamadou Nama, il juge que la liberté syndicale est prise en otage au Burkina Faso, et que l'heure est à l'intensification de la mobilisation pour contre-carrer cette dérive liberticide et antisyndicale. L'échéance de septembre 2007 où syndicats et gouvernement se retrouveront autour des préoccupations syndicales est très attendue par El Hadj Nama et ses camarades de lutte. La révision de la structure des prix des hydrocarbures et la question des libertés syndicales constitueront, avec la plate-forme minimale des syndicats, le plat de résistance de ce rendez-vous, à en croire les projections de M. Nama. A Bobo Dioulasso, les syndicalistes ont dû renoncer au meeting-marche à cause de la pluie qui est tombée toute la journée.

Abdoulaye TAO et Ladji BAMA

Le Pays du 19 juillet 2007



19/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres