L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Etalons : Colère de supporters

Etalons

Colère de supporters

Suite à la défaite face à la Tanzanie, et à l'élimination des Etalons à la CAN 2008, des observateurs du football portent leur jugement sur le sport roi au Burkina Faso.

Ibrahim Traoré : "Le football burkinabè est au creux de la vague. Après plusieurs changements d'entraîneur, on se rend compte que le travail ne se fait pas sur la durée. C'est une erreur, sinon une aberration que de changer d'entraîneur à tout bout de champ. La solution ne se trouve pas à ce niveau."

Jean-Gabriel Ouédraogo : "Je suis très déçu. On ne sait pas ce qu'il ne va pas. La mayonnaise ne prend pas dans l'effectif. Le football burkinabè se porte très mal. Les problèmes internes au niveau de la gestion de notre football y sont pour quelque chose. Il faut recadrer les choses et asseoir une bonne politique pour notre football."

Arouna Sawadogo : "J'ai compté 8 occasions nettes de but que les Etalons ont ratées. Fallait-il faire descendre les supporters pour qu'ils jouent à leur place ? Des internationaux qui n'arrivent même pas à marquer le moindre but devant la Tanzanie. C'est la faute à qui ? Ils n'ont qu'à attraper leur propre tête pour pleurer. Pour relever la tête, il faut aller à la base, sinon c'est difficile."

Jacob Sia : "Je suis très déçu de cette équipe. Des professionnels qui n'arrivent même pas à marquer un demi but. Personne n'a fait un petit effort pour tomber sur le ballon et le pousser dans les filets de l'adversaire. Ce n'est pas vrai. Je suis déçu de cette équipe. Je préfère que l'on la renouvelle parce qu'elle est décevante. De façon générale, je pense qu'il faut aller à la base, recruter nos petits frères dans les quartiers et les encadrer. Ce serait mieux, car cette équipe n'en vaut pas la peine."

Alassane Traoré : "Je ne suis vraiment pas content que le Burkina soit absent à deux CAN consécutives. Ce n'est pas bon pour le football burkinabè. Il va falloir que la fédération revoie sa copie. Je pense qu'elle ne fait pas son boulot."

"Nabiga" : "Il faut que les autorités du football se retrouvent pour analyser la situation. La situation est grave. Ce ne sont pas des joueurs que nous avons vus. La solution est de faire confiance aux joueurs locaux. Les joueurs qui disent évoluer en Europe ne sont pas des joueurs. Ils ne jouent pas au football. Ils ont peur de se blesser. Je suis très déçu."

Kady Zerbo : "Le football burkinabè est malade. Si j'étais le président du Faso, j'allais raser ces Etalons et les "coffrer" avant de les libérer au bout de 10 jours. On doit également raser et coffrer les dirigeants. Imaginez-vous que l'on se saigne pour débourser 5 000 F CFA pour s'acheter un billet d'entrée pour récolter un tel résultat. 5 000 F CFA ce n'est pas petit à Ouaga. Je ne parle pas de l'essence que j'ai mise dans mon engin et le parking que j'ai payé. Tout cela pour une telle défaite. Ça fait mal. Qui va me rembourser cet argent ? D'ailleurs, c'est même mieux pour ces Etalons de ne pas aller à la CAN. S'ils regardent cette coupe à la télé, ils vont se mettre au sérieux désormais. La faute vient souvent des dirigeants. Le fait d'enlever Saboteur a eu des répercussions sur les résultats. Je suis très déçue. J'ai beaucoup dépensé pour ne récolter que des larmes. Ça fait mal. C'est une défaite pour moi aussi. C'est la fédération qui va rembourser mes 5 000 F CFA."

Gabriel Barrois : "Avec cette défaite, les Burkinabè sont passés totalement en travers de cette CAN 2008 qui sera malheureusement la 2e CAN à laquelle le pays des Hommes intègres ne participera pas. Cela est arrivé par la faute de son football inconstant, par la faute de son environnement qui n'est pas sain, de son humeur trop changeant par rapport à son encadrement technique. Il y a à revoir. Il faut revoir l'équipe nationale, la rebâtir et opter pour la formation à la base, de manière à sortir des joueurs qui prendront la relève, parce que ces Etalons ont atteint leurs limites, et il faut avoir le courage de le dire."

ENCADRE

Dans les coulisses du stade du 4-Août

* L'entraîneur de l'équipe tanzanienne a été prié de rejoindre les tribunes par l'arbitre malien. Il a donc suivi le reste du match loin de son banc de touche. A la fin du match, les membres de la délégation tanzanienne l'ont porté en triomphe. Il était tout en larmes. Des larmes de joie après cette victoire.

* Pour ce match Burkina-Tanzanie, la porte 10 du stade du 4-Août n'était pas ouverte au public. A tort ou à raison, d'aucuns pensent que cette tribune est occupée à chaque match par des "rebelles". Pour parer à toute éventualité, une dizaine de policiers ont occupé très tôt cette tribune. Ce n'est que peu avant le match que les élèves-policiers en uniforme (survêtement) y ont pris place.

* Lorsque les Etalons jouent mal, le public n'hésite pas à supporter l'adversaire. On l'a vu lors du match Burkina-Mozambique. Face à la Tanzanie, ce fut le même scénario. Aussi pouvait-on entendre des supporters scander : "Saboteur ! Saboteur", le nom de l'ex-entraîneur limogé le 20 avril 2007.

Alexandre Le Grand Rouamba

Le Pays du 19 juin 2007



19/06/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres