L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

"Halte aux tracasseries et aux intimidations policières contre les conseillers de la commune de Dori !"

PDS

"Halte aux tracasseries et aux intimidations policières contre les conseillers de la commune de Dori !"

 

Le mois de novembre 2007 semble mouvementé dans la commune de Dori. Des conseillers municipaux seraient l'objet de maltraitance de la part des forces de l'ordre.

Ces tracasseries sont dénoncées par le Parti pour la démocratie et le socialisme (PDS), qui tient à informer l'opinion publique de "ces comportements antirépublicains",  orchestrés par le CDP.

 

Depuis le début de novembre 2007, sur instruction de commanditaires masqués, la police de Dori, qui n'en est pas à sa première provocation contre les militants de partis politiques, a entrepris une opération d'intimidation contre des conseillers municipaux. La faute reprochée à ces derniers est d'avoir osé désobéir en septembre 2007, au mot d'ordre de boycott des sessions du conseil municipal à la commune urbaine de Dori, mot d'ordre antirépublicain lancé par les dirigeants locaux du CDP, dès l'élection du maire Hama Arba Diallo en juin 2006.

En effet, les caciques locaux du CDP pensaient avoir enfin réussi à empêcher la tenue, en septembre 2007, d'une session du conseil municipal. Ils avaient soudoyé ou interdit par la menace beaucoup de conseillers d'y participer, à la première convocation du 08 septembre 2007, qui n'a donc pas recueilli la majorité des deux tiers (2/3). Mais contrairement à leurs plans machiavéliques, lors de la deuxième réunion du conseil, le 12 septembre 2007, la majorité absolue des conseillers était présente, soit physiquement, soit grâce aux procurations qu'ils avaient données.

 

Le haut-commissaire délibère sur la base de rumeurs

 

Leur complot ayant ainsi lamentablement échoué encore une fois, et ne sachant plus à quel saint se vouer, les dirigeants locaux du CDP se sont alors tournés vers le haut-commissaire, qui n'a jamais fait mystère de ses positions ouvertement partisanes. Comme s'il n'avait même pas pris connaissance du procès-verbal de la session, dont le compte-rendu lui avait été pourtant adressé, monsieur le haut-commissaire s'est empressé d'écrire au maire de Dori pour lui déclarer, sur la seule foi des rumeurs qui lui sont parvenues, que le quorum de la majorité absolue, requis par l'article 238 du Code général des collectivités territoriales, n'avait pas été respecté pour la session ! Rappelant le procès-verbal de la session, qui avait été envoyé au haut-commissaire, le maire lui a aussitôt répondu qu'il tenait à sa disposition les originaux des documents attestant de la présence des conseillers et l'existence des procurations reçues.

Honteux d'avoir aussi piteusement échoué dans leurs manœuvres d'obstruction du fonctionnement du conseil municipal, les dirigeants locaux du CDP ont sans doute imaginé une suite policière à leur dépit.  Ils ont réussi à embarquer dans leur entreprise de sabotage des conseillers municipaux élus de partis membres de l'Alliance qui dirige le bureau de la mairie. Ils ont sournoisement manipulé tout ce groupe sans vergogne contre les intérêts de la commune et des populations, qui les ont pourtant mandatés pour promouvoir le développement communal et le développement local de leurs villages.

Depuis le 07 novembre 2007, des policiers en uniforme vont dans les villages et convoquent cavalièrement les conseillers municipaux qui ont donné des procurations pour la session de septembre 2007. Ils savent qu'en interpellant ces conseillers au vu et au su de tout le village, ils leur infligent une humiliation devant laquelle ils sont impuissants. C'est aussi une façon de les dissuader de donner des procurations pour les prochaines sessions du conseil municipal. Les policiers exigent que les conseillers répondent aux questions suivantes, qui correspondent manifestement à des violations de leurs libertés individuelles : 

1. as-tu effectivement signé une procuration pour la session de septembre 2007 ?

2. combien de francs  as-tu reçu pour donner cette procuration ?

3. à quel parti appartiens-tu ?

En outre, les policiers remettent aux conseillers interrogés une convocation pour se présenter au commissariat de police de Dori. Les conseillers qui ont été ainsi soumis à cet interrogatoire humiliant, qui les assimilent à des délinquants et ne respectent ni leur statut d'élus locaux ni leurs droits constitutionnels, sont ceux des villages suivants : M'Baaga, Taaka, Lerbou, Gotogou, Belarè Djamalel, Goudoubo et Ouro Torobè.

Même le 1er adjoint au maire de Dori, pourtant physiquement présent à la session, a été convoqué à la police avant que les policiers ne s'excusent de leur méprise.

 

Des comportements antirépublicains

 

Ce harcèlement policier décrédibilise la politique officielle de décentralisation, en montrant que les autorités locales ne donnent aucune considération à l'honorabilité des conseillers municipaux, du maire et des membres du bureau de la mairie. Il montre en outre qu'ils ne prennent nullement en considération les conséquences que leurs agissements peuvent avoir sur le travail futur du conseil municipal. Ces leçons de la police, des autorités locales et des rcsponsables locaux du CDP sont absolument inaceptables, et c'est ainsi que la population de la commune de Dori les perçoit. 

La fédération provinciale du PDS du Séno dénonce ces tracasseries policières, qui sont le fait de commanditaires et d'exécutants restés des nostalgiques indécrottables de la période d'exception. EIle appelle ces commanditaires et ceux qui exécutent leurs ordres sans intelligence à changer d'attitude et de comportement, à respecter les institutions républicaines et les élus du peuple. Elle leur rappelle que dans un Etat de droit, les libertés individuelles, conférées par la Constitution et la loi, doivent être respectées par tous et par chacun, quelle que soit la responsabilité qu'ils assument actuellement. Qu'ils se souviennent que tôt ou tard, chacun d'eux aura à rendre compte au peuple de son comportement et notamment de ses violations délibérées des droits des citoyens.

Si ces comportements antirépublicains continuent, si les violations flagrantes des droits des citoyens persistent, personne ne devra s'étonner que les citoyens du Séno se dressent contre leurs oppresseurs pour exiger le respect de leurs droits et de leurs libertés.

 Dori, le 17 novembre 2007

 

Pour la fédération du PDS du Séno

Le secrétaire général

Boubacar Madani Diallo

L’Observateur Paalga du 22 novembre 2007



21/11/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres