L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Ils ont frôlé la mort

Accident de la circulation

Ils ont frôlé la mort

 

Un camion chargé de vivres et en partance pour Bobo-Dioulasso s’est retrouvé les quatre roues en l’air dans le département de Bama. Si on ne déplore aucune perte en vie humaine, il reste néanmoins entendu que les quatre occupants du véhicule ont frôlé la mort au vu des conditions dans lesquelles ce camion s’est renversé.

 

Sur l’axe Bobo-Faramana frontière du Mali que nous avons empruntée ce lundi matin, on ne pouvait que se faire des soucis avec ces nombreux camions en pleine circulation mais en piteux état. Des véhicules de transport en commun ou/et de marchandises qui n’ont pratiquement rien à voir avec les normes techniques autorisées pour leur mise en circulation. Défaut de freinage, absence de signalisation, excès de vitesse et j’en oublie, sont autant de défaillances que l’on peut constater sur ces véhicules qui ne sont en réalité que des cercueils roulants. Et comme si tout cela ne suffisait pas à mettre quotidiennement en danger la vie des usagers, ces conducteurs s’autorisent encore des surcharges qui ne sont que de nature à compromettre d’avantage la sécurité sur nos routes. Et ce qu’il nous a été donné de constater ce lundi matin reflète entièrement les énormes risques encourus par ces conducteurs hors-la-loi qui ne semblent nullement se soucier de leur vie encore moins celle des autres. Et c’est connu,  la plupart de ces conducteurs nocturnes consomment des substances anabolisantes afin de mieux résister au sommeil.  Et c’est donc sous l’effet des produits dopants que ce chauffeur a embarqué au milieu de la nuit dans son camion surchargé de sacs de maïs et de sésame. Mais la route pour Bobo s’arrêtera à Bama au petit matin lorsque le véhicule s’est renversé avec sa cargaison, les quatre roues en l’air. Un spectacle désolant s’offrait ainsi aux villageois qui accoururent pour porter les premiers secours.  Sur les lieux où nous sommes arrivés quelques instants seulement après le drame, des villageois s’affairaient encore  à extirper le conducteur du camion, coincé dans sa cabine. Non loin de là, des passagers couchés à même le sol et qui gémissaient. Selon certains témoignages recueillis sur place, le chauffeur qui somnolait a subitement perdu le contrôle de son véhicule qui a tangué avant de s’endommager. Même si on ne déplore aucune perte en vie humaine, cet accident aurait pu être évité si et seulement si, les règles minimales en matière de circulation routière avaient été respectées par ce chauffeur qui dit-on, aurait ingurgité une bonne dose de produits dopants au départ ; des substances qui malheureusement n’avaient plus d’effets après quelques heures de marche. La fatigue se faisant sentir, notre conducteur n’a donc pas pu résister au sommeil et ce qui devrait arriver arriva. C’est encore pour nous l’occasion d’interpeller les autorités sur l’état de ces poids lourds hors normes qui pullulent sur nos routes ; des véhicules conduits par des chauffeurs qui ont toujours fait fi des règles les plus élémentaires du code de la route et qui mettent perpétuellement en danger la vie des usagers.

 

Jonas Apollinaire Kaboré

L’Observateur Paalga du 10 janvier 2008



09/01/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres