L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

"Je doute qu'il y ait eu la grippe aviaire au Burkina"

Prince Isaac :

"Je doute qu'il y ait eu la grippe aviaire au Burkina"

 

C'est dans son camping dit du Pharaon que la grippe aviaire s'est déclarée dans notre pays en mars 2006. Ouédraogo Issiaka dit Prince Isaac, puisque c'est de lui qu'il s'agit, a été au centre de bien de supputations au sujet de l'épizootie. C'est un homme amer et sceptique que nous avons rencontré le mardi 10 avril 2007 dans son domaine de Gampèla, sur la route de Fada N'Gourma.

 

Un an après la grippe aviaire, comment se porte le "camping du Pharaon" ?

 

• L'image du camping a été écornée du fait que la soi-disant grippe s'y est déclarée l'année passée. Je dis soi-disant parce que jusque-là, les autorités du ministère des Ressources animales n'ont pas pu me certifier par un papier que c'est cette épizootie qui a décimé ma basse- cour.

Qu'à cela ne tienne, mon camping a été gardé par la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) et fermé pendant 48 jours. Après un tel dommage, je n'ai eu que 51 300 FCFA au titre du dédommagement. Et partout où je passe, on me présente comme étant celui qui a introduit le virus H5N1 dans notre pays. C'est de la diffamation ; ce qui n'a pas été sans conséquence pour mon camping.

 

Parlant de diffamation, les populations des villages environnants  vous avaient accusé d'avoir introduit volontairement la maladie au Burkina. Qu'en dites-vous ?

 

• Est-ce qu'une personne de bon sens peut volontairement amener une maladie chez elle ? J'ai fait  preuve de bonne foi en demandant aux autorités de venir voir ce qui se passait chez moi et d'en chercher les causes.

 

Les populations avaient en son temps demandé qu'on fermât le camping ; est-ce que vos relations sont redevenues normales ?

 

• Nous avons toujours vécu en bonne intelligence. Il y a eu un malentendu, mais les villageois ont vite compris que je n'y étais pour rien. Cela dit, beaucoup m'ont félicité en disant que par mon geste citoyen, ils ont eu qui 100 000 FCFA, qui 150 000 FCFA, puisque le plus jeune poussin a coûté 1500 F pendant le dédommagement. Dans tout ça, c'est moi qui suis perdant, car les vétérinaires sont intervenus au moment où ma basse- cour avait été décimée. Ce qui a été pris en compte, c'est quelques poulets que j'avais dans mon réfrigérateur.

 

A combien évaluez-vous la perte engendrée par la fermeture du camping durant la crise.

 

• Pendant les 48 jours qu'elle a duré, j'ai perdu entre 5 et 6 millions de nos francs. A l'époque, on faisait 200 000 à 300 000 F CFA de recettes journalières. J'ai écrit au ministre des Ressources animales qui m'a fait savoir qu'il n'est pour rien dans la longue fermeture de mon camping. C'est dire que personne n'a voulu en assumer la responsabilité. Actuellement, les recettes ont chuté à première vue de 90%.

 

Des personnes sceptiques ont estimé que la grippe aviaire était une invention de l'Etat pour avoir des financements de l'extérieur. Qu'en pensez-vous ?

 

• Comme je le disais plus haut, je n'ai reçu aucun procès-verbal de l'analyse des laboratoires d'Europe sur lequel je peux me fonder pour affirmer qu'il y a eu la grippe aviaire dans notre pays. Si fait que j'en doute fort. Certains avaient laissé entendre que je me suis entendu avec les autorités moyennant une grosse somme d'argent pour décréter l'existence de la maladie. C'est ce qui m'écœure. J'ai plutôt été victime d'un complot. Comme je voyage beaucoup, on a dû dire de venir décrété l'existence du virus chez moi en m'accusant de l'avoir importé. Au lieu de me féliciter pour ma coopération exemplaire, on me fait subir l'injustice. C'est tout simplement absurde.

 

Vous voyagez beaucoup  à travers le monde, est-ce dans le cadre des activités du camping ?

 

• Mes voyages n'ont rien à voir avec le camping. Je viens de rentrer d'Allemagne d'où j'ai ramené 8 chiots dont des bergers allemands, des dobermans et des pit-bulls. Avec ces chiens, je suis sûr qu'on ne reviendra pas dire qu'il y a la grippe aviaire chez moi. Je n'ai pas que le camping à gérer et mes multiples activités m'amènent à voyager constamment.

 

Qu'avez-vous à dire à vos clients ?

 

• Je leur demande de faire confiance à mes prestations qui, même si elles sont chères, sont de qualité. Nous travaillons à restructurer le camping et j'invite tout le monde à venir nous voir.

 

Propos recueillis par

Abdou Karim Sawadogo

L’Observateur Paalga du 13 avril 2007



13/04/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres