L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'ADF/RDA dénonce la "polémique stérile"

Chef de file de l’opposition

L'ADF/RDA dénonce la "polémique stérile"

 

Le Bureau exécutif national de l'Alliance pour la démocratie et la fédération- Rassemblement démocratique africain (ADF/RDA) s'est réuni le 26 mai 2007 à Ouagadougou. Le bilan des dernières législatives, la question du chef de file de l'opposition, des sanctions contre certains militants pour indiscipline sont, entre autres, les principaux sujets abordés au cours de cette rencontre du parti de l'Eléphant. C'est du reste ce qui ressort du communiqué suivant émanant de cette formation politique.


Le Bureau exécutif national (BEN) de l’ADF-RDA s’est réuni le 26 mai 2007 à Ouagadougou sous la présidence de Me Gilbert Noël Ouédraogo, président national du parti. Au cours de cette session de travail, le BEN a fait le bilan des élections législatives, prononcé des sanctions et discuté de sujets divers. Après avoir pris connaissance des résultats officiels du scrutin du 6 mai 2007 qui font de l’ADF-RDA la deuxième force politique du pays avec 14 élus à l’Assemblée nationale, le BEN a adressé ses vives félicitations à l’ensemble de ses électeurs, de ses militants, de ses candidats et aux partis alliés. Il a ensuite tenu à féliciter et encourager le président du parti pour les multiples efforts matériels et financiers fournis à l’occasion de cet événement majeur de la vie démocratique du Burkina Faso. La Direction nationale de campagne qui a donné une grande satisfaction dans la conduite de la campagne et dans la gestion des moyens du parti a été félicitée pour la qualité et le sérieux de ses prestations. Toutefois, il a été suggéré des éléments d’amélioration de son fonctionnement pour les prochaines échéances électorales. Au plan politique, le BEN a naturellement pris acte des résultats proclamés par la CENI dans l’attente de ceux définitifs qui seront prononcés par le Conseil constitutionnel, et a tenu à souligner que l’organisation pour la 4e fois consécutive d’élections législatives sur le territoire national et la participation de plus en plus forte des partis politiques honorent la jeune démocratie burkinabè.

Dans son analyse des performances du parti, le BEN s’est penché sur les différents résultats acquis depuis 2002. En effet, il y a cinq ans, l’ADF-RDA avait obtenu la confiance de 219 543 électeurs, soit 12,61 % des suffrages exprimés, ce qui correspondait à 17 députés dont 14 sur les listes régionales et 3 sur la liste nationale. Lors des municipales de 2006, l’ADF-RDA, nonobstant la crise interne qu’elle a connue en 2003 avec le départ de 7 de ses députés, a engrangé 207 735 voix, réalisant ainsi un score très proche de celui de 2002. En 2007, le parti de l’Eléphant a bénéficié de la confiance de 249 766 électeurs (Cf. résultats provisoires de la CENI), soit 30 223 électeurs de plus qu’en 2002, mais cette fois-ci avec 12 députés sur les listes provinciales et 2 sur la liste nationale. La modification unilatérale et non consensuelle du code électoral en 2004 par le parti majoritaire explique ce nombre réduit des députés du parti.

Toutefois, au regard de ces résultats encourageants, le BEN félicite sincèrement l’ensemble des militants, femmes, hommes, jeunes et anciens, et réitère son engagement pour une démocratie véritable au Burkina Faso.

Très clairement, l’ADF-RDA vient une fois de plus de gagner la confiance du peuple burkinabè. Comme en 2006, et bien plus qu’en 2002, les choix politiques et les positions de la direction du parti sont largement partagés par le peuple citoyen et électeur. La lecture politique de cette situation a conduit le BEN à réaffirmer l’engagement du parti à poursuivre la réalisation du programme "le progrès continu pour une société d’espérance" de SEM Blaise Compaoré, et cela conformément à la résolution issue du congrès de juillet 2005.

Se prononçant sur la question du chef de file de l’opposition, le BEN a pris acte des déclarations saugrenues de ce parti qui réclame précipitamment le statut de chef de file de l’opposition burkinabè, encouragé sans doute dans cette attitude par certains pourfendeurs de l’ADF-RDA, qui se sont tapis ailleurs qu’au sein de cette formation politique, qui, selon toute vraisemblance, est téléguidée. Toutefois, avec seulement 4 députés ne représentant que 2 provinces sur les 45 que compte le pays, et avec à peine plus de 3 % des suffrages exprimés en sa faveur, on peut s’interroger sur les visées irréalistes de ce parti en nette régression par rapport à la présidentielle de 2005, qui fabule et désire s’autoproclamer chef de file de l’opposition. Il est bon de ne jamais oublier que c’est le peuple qui décide de la position de chacun sur l’échiquier national, et que le peuple a voulu que ce parti, au moins jusqu’aux prochaines élections, soit quatrième et non deuxième. Le BEN est de plus surpris des agissements de cette formation politique, qui, il faut le rappeler, criait haut et fort en 2002-2003 et 2004 que l’opposition n’avait pas besoin de chef de file !

Tout en regrettant ce combat "d’arrière-gardiste", le BEN réitère la position du parti qui a été entérinée lors du 13e congrès organisé en juillet 2005. En rappel, l’ADF-RDA, après avoir demandé à son président de suspendre ses activités de chef de file de l’opposition, avait invité l’ensemble de la classe politique à rouvrir un débat pour clarifier la question du statut de l’opposition et de son chef. En effet, la loi sur le statut de l’opposition reste très ambiguë et n’est pas conforme à nos us et coutumes parlementaires. De plus, la volonté et la bonne foi politique nécessaires pour une application sereine de l’esprit et de la lettre de la loi sont encore absentes. C’est pourquoi, le BEN a tenu à affirmer l’urgence qu’il y a à travailler tous ensemble, afin de construire un véritable statut de l’opposition et, bien entendu, de son leader, plutôt que d’entamer une polémique stérile qui empêche d’avancer. Le BEN a par ailleurs précisé qu’avant un tel débat national et une relecture de la loi, il ne voyait aucun fait nouveau nécessitant un changement de la position du parti qui est toujours conforme à celle du dernier congrès.

Le BEN qui a analysé globalement les données issues des dernières élections législatives a invité les partis politiques à plus de responsabilité devant les faits inquiétants que sont l’effritement et l’usurpation du vote citoyen.

 

L’effritement est largement constatable dans les grandes villes du pays où le taux de participation est faible (le Kadiogo avec 46,71 % de votants, et le Houet avec 46,35 % de votants), alors que le niveau de développement de ces localités devrait conduire logiquement à plus d’engagement citoyen. L’autre phénomène inquiétant est l’usurpation du vote citoyen qui se traduit par la banalisation des fraudes dans le système électoral. Le BEN a noté une "institutionnalisation" et une "communalisation" de la fraude électorale orchestrée par certains militants du camp adverse. C’est pourquoi l’ADF-RDA demande avec insistance à l’ensemble des formations politiques, et surtout à la majorité, d’oeuvrer définitivement pour un processus électoral digne et honnête, afin de préserver la paix sociale au Burkina Faso. Pour cela, il est notamment impérieux de travailler dans les meilleurs délais à la fiabilisation du fichier électoral, d’instaurer pour les prochains scrutins une carte d’électeur infalsifiable comprenant une photo du titulaire, et de préciser davantage les droits des délégués des formations politiques dans les bureaux de vote quant à la vérification du processus de vote.

Le BEN appelle de ce fait tous les acteurs du jeu politique national à plus de clairvoyance et d’intégrité, pour, non seulement lutter ardemment contre la fraude et l’esprit de fraude, mais aussi et surtout, pour valoriser et encourager la participation des populations aux différents scrutins, car il y va de l’intérêt de toute la Nation.

Il est indiscutable qu’au sortir de ces élections législatives, l’ADF-RDA qui augmente le nombre de ses élus avec ses 14 députés confirme sa place de deuxième force politique et de parti de l’avenir du Burkina Faso. Le BEN donne donc mandat au président du parti pour travailler à renforcer les bases organisationnelles du parti et pour réaffirmer au chef de l’Etat, aux forces vives de la Nation et au peuple tout entier, la position de l’ADF-RDA, telle qu’elle a été définie par les résolutions issues du dernier congrès. Il ne saurait être autrement que de reconnaître ici et maintenant, que le parti de l’Eléphant a fait le bon choix, et nulle rhétorique ou complot ne l’en détournera.

Au plan moral, le BEN a relevé que le parti avait fait l’objet d’intimidations et de tentatives de déstabilisation avant et pendant les élections. Le BEN a constaté et condamné les comportements et les actes d’indiscipline de certains camarades membres des structures du parti. L’ADF-RDA, parti épris de paix et de justice, ne peut tolérer de tels manquements graves. Conformément aux articles 76 et 77 du règlement intérieur du parti, le BEN, après avoir examiné les cas concernés, a décidé de suspendre de toutes les instances du parti les camarades dont les noms suivent :

1 - Balamine Diané, Secrétaire général de la convention et de la fédération du Houet

2 - Hassane Barry, Secrétaire chargé des Affaires sociales et culturelles de la fédération du Houet,



3 - Bourgou née Kouamba Diabouga Agathe, Secrétaire chargée de la Promotion de la femme de la fédération du Houet,



4 - Sidiki Coulibaly, Secrétaire à la communication de la fédération du Houet.



Par conséquent, le BEN donne mandat au Secrétaire général adjoint de la convention, M. Gildas Sanou, de procéder au renouvellement de la convention des Hauts-Bassins, ainsi que de toutes les instances du parti dans le Houet.

Le BEN donne le même mandat à La Directrice nationale de Campagne, Mme Drabo née Kanyoulou Joséphine, et au Secrétaire général adjoint de la convention du Kadiogo, M. Yacouba Savadogo, de procéder au renouvellement de toutes les instances du parti respectivement dans le Sanguié et dans le Kadiogo.

Le président du parti a invité tous les députés et l’ensemble des militantes et militants à la vigilance et à la cohésion. Le BEN a salué enfin l’engagement et le courage des militants et des candidats, et a rendu hommage à tous ceux qui ont perdu avec honneur sur le champ de la bataille électorale.


Abordant les divers, le BEN a été informé de l’invitation de l’ADF-RDA en Afrique du Sud pour participer à la réunion des partis libéraux africains, ainsi que de la réception régulière de nombreux messages de félicitations des partis libéraux frères. Le BEN a en outre donné son accord pour la participation de deux jeunes militants de l’ADF-RDA à la réunion des jeunes libéraux qui se tiendra bientôt aux Etats-Unis.


Avant de clore sa séance, le BEN a salué l’ensemble des élus du parti et leur a souhaité d’être de véritables représentants du peuple à l’Assemblée nationale, et a exhorté toutes les structures et tous les élus à remercier les électeurs pour leur choix de l’Eléphant.



Paix – Liberté – Justice





Pour le Bureau exécutif national



Le Secrétaire à la communication,




Nouhou BERTE



30/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres