L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'ANEB menace de marcher

L'ANEB menace de marcher

Le comité exécutif de l'Association nationale des étudiants bukinabè (ANEB) a tenu une conférence de presse, le 8 mai 2007 à Ouagadougou. Il a été question de l'arrêt des cours qui a prévalu récemment à l'Université de Ouagadougou.

Les semaines écoulées, différents mots d'ordre de grève et autres manifestations se sont succédé sur le campus. Et pour cause ? La plate-forme revendicative 2006-2007 des étudiants de l'Association nationale des étudiants burkinabè (ANEB) adoptée en assemblée générale, le 16 décembre 2006 et transmise au ministre des Enseignements secondaire, Ssupérieur et de la Recherche scientifique, le professeur Joseph Paré, par voie hiérarchique, le 19 décembre 2006 est restée sans suite. Selon le secrétaire général du comité exécutif de l'Association nationale des étudiants burkinabè (ANEB), M. Adama Traoré, cette plate-forme est bien connue du ministre Joseph Paré. "La quasi totalité des revendications date d'au moins trois (3) ans et le ministre Paré les a d'abord connues en tant que président de l'Université, puis en tant que ministre depuis maintenant deux (02) ans", a-t-il soutenu. Il a ensuite souligné que pour toute réponse, le ministre leur a demandé de rencontrer d'abord, ses services techniques (CENOU, FONER, présidence de l'Université, etc.) et qu'ils sont habitués à effectuer une telle démarche depuis trois (03) ans.
Tout au long de la conférence de presse et au gré des questions des journalistes, Adama Traoré et le délégué général de la corporation ANEB, Millogo Tiéba ont justifié la décision des étudiants "de fustiger les manœuvres dilatoires des autorités du ministère en charge de l'Enseignement supérieur et d'engager des actions sur le terrain afin de contraindre lesdites autorités à se pencher sur leurs justes et légitimes revendications". De leur avis, les manifestations du mécontentement des étudiants par des grèves et meetings, démontrent leur adhésion inébranlable à la résolution de leurs revendications. Le jeudi 10 mai prochain, les étudiants prévoient une marche sur la présidence de l'Université de Ouagadougou.

La nature des revendications

Les revendications sont d'ordre académique et pédagogique et concernent la remise des copies et du corrigé d'un contrôle avant le contrôle suivant.
Il y a également des revendications d'ordre social notamment la question de l'aide. Un comité interministériel serait en réflexion.
Par ailleurs pour ce qui est de la bourse, les conférenciers ont dit que le ministre s'en remet à des partenaires car sa requête d'augmentation du contingent de bourse et de son taux aurait été rejetée lors des arbitrages du budget 2007.
En outre, les étudiants se plaignent de la mauvaise qualité du repas du restaurant universitaire et le non-accès aux cahiers des charges liant le CENOU aux restaurants universitaires. Les conférenciers se sont finalement penchés sur la situation des étudiants de l'Unité de recherche et de formation en sciences de la santé (UFR/SDS). Entre autres revendications, ceux-ci réclament au plan social, une augmentation de la rémunération des stagiaires internes à 75 000 F CFA/mois, la codification de l'échelonnement de la rémunération des stagiaires externes avec pour base 20 000 F CFA, l'octroi d'une allocation de stage terrain aux étudiants de 3e année de technicien supérieur de santé, option analyse biomédicale, la réalisation effective de la visite médicale annuelle et de la vaccination des étudiants stagiaires contre l'hépatite B et la méningite.

Aimée Florentine KABORE

Sidwaya du 10 mai 2007



10/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres