L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Etat égoïste (Opération délivrance de titres fonciers)

Opération délivrance de titres fonciers

L'Etat égoïste

Les longues démarches, le coût exorbitant de l'opération ont longtemps freiné l'accès de bon nombre de Burkinabè aux titres fonciers. Si fait qu'ils sont légion les Burkinabè qui ne disposent pas de ce document. Mais depuis 2006, l'Etat a voulu faciliter l'obtention de titres fonciers pour le plus grand nombre de citoyens à des conditions souples. C'est ainsi qu'une opération spéciale de délivrance de titres fonciers à des coûts forfaitaires a été lancée en fin 2006. Au regard de l'allégement des lourdeurs administratives et du coût forfaitaire abordable, bien des gens ne se sont pas fait prier pour s'inscrire à l'opération.

Mais, depuis, c'est la déception pour un grand nombre. Certains demandeurs ont même adressé des lettres ouvertes au ministre de l'Economie et des Finances pour raconter leurs misères. D'autres ont préféré ruminer leur colère dans leur coin et ne décolèrent toujours pas face à la rétention voire la prise en otage de leurs documents en l'occurrence les PUH et les attestations d'attributions. La rapidité promise se révèle être, à leurs yeux, un bluff. Or, ce n'est un secret pour personne que pour bénéficier d'un crédit auprès d'une banque, par exemple, le Permis urbain d'habiter (PUH) fait partie des garanties exigées. Pourtant, les souscripteurs de l'opération, dans cette situation, ne peuvent plus reprendre ce titre pour constituer un dossier de demande de prêts bancaires. La situation est difficilement vécue par certains d'entre eux qui ne savent plus où donner de la tête pour sauver leurs activités, leurs projets qui peuvent à tout moment s'arrêter, faute d'argent. Ils se sentent abandonnés, floués, traumatisés, et parlent de défaillance et d'égoïsme de l'Etat qui, après avoir engrangé de grasses recettes dues à l'opération "titres fonciers", croise les bras. Tout se passe comme si dans cette opération, l'Etat n'avait pour seul souci que de réduire sa tension de trésorerie. Tant pis pour les affaires de ceux qui ont cru à cette opération. Curieusement, dans le même temps, des mesures sont prises pour favoriser le climat des affaires en allégeant les procédures, en réduisant les délais, les coûts, etc. Quelque chose doit être fait pour mettre fin au calvaire des souscripteurs.

Par Séni DABO

Le Pays du 14 mai 2008



14/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres