L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'imprimerie du Gouvernement ne doit pas disparaître !

 

Les Figas du jour du 16/10/2007

 

Alerte

L'imprimerie du Gouvernement ne doit pas disparaître !

 

L'imprimerie du Gouvernement, vous connaissez ?

Il s'agit de cette bâtisse en pierres taillées située à Koulouba (secteur 4) dans la même cour que les archives nationales.

Première imprimerie de la Haute-Volta, construite vers les années 1920-1930 (conf. l'Obs n°3400 du  23 avril 1993, si Ouagadougou m'était conté), le bâtiment subit actuellement des modifications.

Sans panneau de chantier, il est difficile de deviner ce que les rénovateurs veulent faire de ce vestige qui fut et demeure la fierté du Voltaïque devenu Burkinabè.

D'abord connu sous le nom "Papam hôtel", l'ancien campement hôtel a servi de sorte d'auberge dont l'administration coloniale avait doté les grands centres pour offrir le gîte et le couvert à ses invités de marque en déplacement. Il prendra par la suite l'appellation de campement des députés, sans doute en raison de la proximité de l'Assemblée nationale, qui incitait nombre de parlementaires à y élire domicile pendant les sessions.

Au fronton de la façade nord se détachent en creux, mais en romaines capitales bien lisibles, les mots "IMPRIMERIE DU GOUVERNEMENT".

L'objet de cette alerte est de prier les ordonnateurs des travaux de la présente rénovation de conserver le nom du bâtiment, qui rappellera toujours la première imprimerie de la Haute-Volta. Ce serait vraiment dommage de le détruire !

 

 

SOS

La rue ne saurait être transformée en garages

 

Le Ouagalais s'est toujours plaint de l'étroitesse des routes dans la capitale. Quitter son domicile et rentrer indemne le soir relève du parcours du combattant.

Si nombre de routes sont étroites, toutes ne le sont pas. C'est le cas notamment du boulevard de la "Jeunesse" à hauteur du camp général Aboubacar Sangoulé Lamizana (ex-camp de l'Unité) traversant les quartiers Wogdogo, Hamdalaye et allant jusqu'à l'avenue du Larlé Naaba Abga.

Est-ce la largesse de la portion de la route depuis la voie ferrée allant vers la direction nord qui pousse certains riverains à un incivisme qui ne dit pas son nom ?

Il suffit d'effectuer un tour dans la zone pour constater des stationnements anarchiques des deux côtés du bitume, même que les ruelles (6 mètres) ne sont pas épargnées (voir photo).

C'est comme si l'on s'était donné le mot d'ordre pour tous agir de la sorte. Quel incivisme !

Maintenant que l'on sait qu'un espace a été dégagé par l'autorité communale pour les garagistes, qu'ils aient au moins l'amabilité d'y transférer ne serait-ce que les épaves qu'ils entreposent sur les bas-côtés des voies !

Il faut agir pendant qu'il est encore temps et avant que la mauvaise graine gagne tous les riverains, qui transformeraient la rue en garages automobiles.

 

 

A la BNSP

2 bébés abandonnés retrouvés vivants

 

Quels veinards ! On peut dire que ces deux bébés abandonnés par des mères indignes, respectivement à quelques mètres du cabinet de soins "Notre dame de la Compassion" et le long de la voie ferroviaire au secteur 10, ont eu beaucoup de chance, car ils ont été retrouvés vivants par les hommes de la Brigade des sapeurs-pompiers.

Cette même structure a été alertée par un individu du côté du lycée Newton (Dassasgho) qui s'est retrouvé nez à nez avec un serpent qui avait élu domicile dans son véhicule.

L'animal a été tué, mais il aura eu le temps de faire peur au propriétaire de la voiture.

Au cours de cette période du 8 au 14 octobre 2007, la Brigade a effectué 90 sorties pour cause d'accidents de la circulation ,ayant fait 124 victimes dont une est décédée.

Les accrochages entre usagers d'engins à deux roues ont fait 51 blessés. 29 citoyens, ayant perdu l'équilibre de leur monture, sont tombés et ont dû être conduits à l'hôpital.

Outre les accidents de la circulation, les hommes de la première compagnie de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers (BNSP) ont eu 102 interventions concernant 80 victimes dont 3 sont mortes.

Quels détails peut-on donner ?

- 2 citoyens ont été repêchés des fonds de puits. Si l'une a eu la vie sauve, l'autre n'est plus de ce monde ;

- 25 personnes prises de malaises ont pu rejoindre des centres de soins, mais l'une d'elles est morte ;

- il y a eu 31 évacuations sanitaires, malheureusement l'on a déploré un décès ;

- la Brigade a reçu 20 appels motivés et 6 alertes qui se sont révélées fausses ;

- 1 femme en couches a pu rejoindre une maternité grâce aux sapeurs-pompiers.

Nous cessons de le dire, les soldats du feu, dans le cadre de leur mission, portent toujours secours aux femmes en travail. Il suffit donc de les contacter chaque fois que de besoin.

 

Dans nos maternités

 

Au cours de la semaine du 8 au 14 octobre 2007, la maternité "Pogbi" a enregistré 43 bébés dont 25 garçonnets.

A "Gounghin (sect 8)" sont né 46 mômes dont 29 du sexe masculin.

La structure sanitaire du "secteur 15" a totalisé 57 nouveau-nés parmi lesquels 30 mouflets.

On retient qu'au sein de toutes ces maternités, les bébés du sexe masculin sont les plus nombreux.

 

L’Observateur Paalga du 16 octobre 2007

 



16/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres